Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

PS : Malheur aux vainqueurs!

La gauche face à ses contradictions. La gauche dans sa collusion avec la droite perd tous ses repères.

Il y eut une droite, il y eut une gauche. Même si elles se définissaient en fonction de l’endroit où les députés posaient leur derrière à l’Assemblée Nationale, elles correspondaient à deux mouvances intellectuelles distinctes, mais nées de la même révolution. Force est de constater un glissement à gauche de toute la classe politique et Chirac a beau s’escrimer tant et plus, il fait aujourd’hui la politique prônée, il y a 20 ans par la gauche : social, Europe, etc.
Issues d’une seule et même idéologie révolutionnaire, il est logique, qu’après les différences d’appréciation de situation ou de mise en oeuvre de cette idéologie qui ont jalonné la politique française du XX° siècle, la gauche et la droite se fondent aujourd’hui face aux grands problèmes dans un même ensemble. Celui-ci se caractérise par le même fond intellectuel : l’abandon et le reniement de la primauté social du Christ, de ce qui fit la France, de  sa place dans l’Eglise, de son rôle réel dans l’évangélisation du monde et la construction de l’Europe chrétienne unie derrière les étendards du Christ.

Certains gauchistes s’apercevant de ce magma sans délimitation claire qu’est devenu le champ politique, ont voulu se démarquer et ont récupéré des idées de la droite des années 70 pour clamer le "non" au référendum. Sortis du "politiquement correct", ils ont permis à d’autres "non" de s’exprimer et à d’autres meneurs politiques de donner des arguments pour le "non" : racines chrétiennes, respect de la personne humaine, etc, soit autant de valeurs niées par le fond commun de tous nos politiques qu’est l’idéologie révolutionnaire. Et ça, c’est impardonnable.

Ils sont aujourd’hui vainqueurs, et comme au gouvernement, seront exclus du débat et des grands appareils qui pourraient relayer leurs idées. Le premier d’entre eux s’appelle Fabius.

Le totalitarisme idéologique bat son plein dans la dictature de la pensée unique qu’on appelle le débat politique en France, pays où l’on enferme les opposants dans le goulag du silence.

Lahire

Partager cet article