PS : petite guerre entre "amis"

Après les déclarations tonitruantes du député PS Pascal Cherki, la presse révèle d'autres amabilités au sein de la majorité présidentielle :

Arnaud Montebourg parlant du premier ministre Jean-Marc Ayrault à François Hollande :

"C'est bien simple, tu as nommé un élu local à la tête du gouvernement. Il a l'envergure d'un élu local, il aurait dû rester un élu local!"

Florilège de déclarations anonymes de conseillers et députés PS à propos de l'intervention sur France 2 de François Hollande :

"Les parlementaires sont atterrés. Ils constatent une impuissance du politique face à une situation explosive (…) Si c'est pour agiter son impuissance, mieux vaut ne pas parler"

"Le climat est délétère. Les événements sont en train de nous échapper. Hollande doit tenir un discours ancré à gauche. C'est sur son discours contre la finance qu'il a gagné la présidentielle. Depuis, il n'a rien fait. Il ne s'en sortira pas par des artifices de communication. Il va devoir sortir ses tripes, son cœur"

"Personne ne s'attend à quelque chose d'extraordinaire. Lors de sa dernière conférence de presse, Hollande avait montré qu'il savait faire de la politique. Là, une seule question prévaut : Hollande a-t-il encore la main ou ne l'a-t-il plus?

5 réflexions au sujet de « PS : petite guerre entre "amis" »

  1. G

    J’ai entendu sur une radio que Hollande, lors de sa dernière intervention sur TF1, avait fait 9 millions d’audiences et 11, à la fin de son émission.
    Il faut fermer son téléviseur pour faire baisser “l’Audimat”.

  2. gug

    Ces élus croient connaître le peuple. Notre système électoral truque, avec le régime des partis et le mode de scrutin, les résultats électoraux.
    La représentation nationale “représente” une moitié des français, pas plus. Où est l’autre miotié, elle n’apparaît pas. Alors les média et nos hommes politiques découvrent avec effarement l’impatience d’un peuple floué, abreuvé du bas de gamme télévisuel et journalistique et si profondément méprisé. Et pourtant ces français invisibles font tourner la France en toute discrétion et elle compte beaucoup de talents.

  3. Jean Theis

    Comment il n’a rien fait ? Il a augmenté formidablement les impôts et mis une partie de la France dans la rue.
    N’oublions pas que c’est nous, les contribuables, qui allons payer les heures supplémentaires des policiers – à moins qu’ils ne gazent les gens bénévolement ?

Laisser un commentaire