Proximité croissante entre catholiques et orthodoxes

Jco Plusieurs faits récents auront marqué les esprits si tant est qu'on y eut fait attention. Ils témoignent d'une convergence marquante entre catholiques et orthodoxes :
"Nous ne pouvons que nous réjouir qu’il y ait eu des pas en
avant dans la communion eucharistique entre les évêques de la
Fraternité Saint.jpge X et le pape Benoît XVI.
 […] J’ai été
étonné de constater l’absence de solidarité de certains catholiques par
rapport à la décision du pape. Il n’a rien fait d’autre qu’exercer son
ministère de l’unité
; il est un peu triste de voir que cela divise
l’Eglise catholique".
"Il est souvent question d’une conquête 'démographique' de l’Europe par
l’Islam. Les familles musulmanes sont nombreuses, quelle raison de s’en
alarmer ? Il serait plus naturel de nous poser la question : pourquoi
les couples chrétiens ont si peu d’enfants? Les valeurs de la société
modernes ont cessé d’être chrétiennes :
le bien-être matériel,
l’avancement professionnel, les plaisirs prévalent sur celles de la
famille, de l’éducation des enfants. Les États européens, les Églises
chrétiennes ont la tâche commune de protéger la famille. Ce sera la
meilleure réponse à la prétendue menace islamique
".
"Le patriarcat de Moscou est solidaire avec la position du pape Benoît
XVI sur les moyens de lutter contre le SIDA
et le fait que les
préservatifs ne peuvent pas être considérés comme un remède contre
cette maladie.
"Il est faux de considérer les préservatifs comme un moyen d'enrayer la propagation du SIDA".
  "Le Jeudi Saint, 16 avril, à la fin de la liturgie, le patriarche
Cyrille de Moscou a lavé les pieds de douze prêtres. Ce magnifique rite
du lavement des pieds, prévus dans l'office épiscopal du Jeudi Saint,
n'avait pas été pratiqué à Moscou depuis plusieurs décennies
".
  • Échange de vœux à l'occasion de Pâques entre Benoît XVI et le Patriarche Cyrille de Moscou et de toute la Russie qu adressa aussi un message de condoléances au Pape après le séisme qui a frappé les Abruzzes :
"Dès l'annonce de la triste nouvelle du tremblement de terre dans les
Abruzzes, en Italie, lundi dernier, le patriarche Cyrille a adressé un
message de condoléances au pape Benoît XVI".
"La crise spirituelle en Occident est très profonde (…)
Là-bas, il n'y a pas eu
l'athéisme que nous avons connu (en URSS, ndlr). Là-bas, il y a eu un
bien-être apparent, notamment une vie religieuse en apparence
harmonieuse, mais à un certain moment tout a commencé à s'effondrer.
Et
à présent cet effondrement spirituel des fondements de la vie affaiblit
beaucoup la société occidentale, qui connaît aussi le stress, les
épreuves (…)
Et les chrétiens d'Occident malheureusement ne sont pas toujours capables de soutenir leur peuple".
Il l'a conclue en précisant que les Eglises orthodoxe et catholique oeuvraient "ensemble très activement
sur la scène internationale" pour la sauvegarde des fondements
religieux de la vie et du système chrétien de valeurs dans la
civilisation européenne
.

Lahire

24 réflexions au sujet de « Proximité croissante entre catholiques et orthodoxes »

  1. Jean

    J’ai moi aussi été rempli de joie en constatant ces nombreux signes, notamment les magnifiques paroles de justice et de vérité adressées en soutien à notre Pape par des prélats orthodoxes.
    Nous, orthodoxes et catholiques, sommes héritiers d’une même Eglise fondée par le Christ et propagée par l’Esprit-Saint. Nous avons partagé plus de 10 siècles dans la même Eglise. Aujourd’hui, nous prions le même Dieu et le même Seigneur, nous affirmons les mêmes vérités, à temps et à contretemps, et nous sommes calomniés et persécutés par les mêmes menteurs.
    Prions pour que se réalise cette magnifique unité qui serait un signe éclatant de la miséricorde et de la gloire de Dieu.

  2. Mingdi

    Peu avant la chute de Constantinople, en 1453, le patriarche de Kiev, Isidore, joua au cocile de Florence, en 1439, un rôle de tout premier plan. C’est en tant que légat apostolique du pape qu’il rejoignit son poste à Kiev en 1441. Au cours d’une messe pontificale à Moscou il lut devant le grand prince Vassili, père du futur Ivan III le fondateur du tsarisme moscovite, la décision du concile de Florence quant à la réunion des Eglises orthodoxe et catholique. Le prince Vassili, furieux, le fit enfermer dans un monastère. Isidore parvint à s’enfuir à Rome où il vécut le restant de ses jours. A partir de ce jour, le patriarche de Moscou fut nommé par un concile d’évêques russes et non plus par le patriarche de Constantinople. Et pourtant, en 1469, Ivan III épousa Zoé Paléologue, nièce du dernier empereur byzantin, qui vivait à Rome depuis la chute de Constantinople, sous la protection du pape qui accorda sa main. Il fallut attendre 1596, durant cette époque trouble qui sépare les règnes d’Ivan le Terrible et de Boris Godounov, pour qu’avec l’Unia de Brest-Litovsk Rome renouer en territoire slave avec le rite byzantin, ce qui entaîna un durcissement entre Rome et Moscou.

  3. Berg

    @ Jean :
    ah non !
    1) Les orthodoxes et les catholiques ne sont pas les héritiers d’une même Eglise fondée par le Christ !!!
    L’Eglise fondée par le Christ, c’est l’Eglise catholique, fondée sur Pierre (dont le pontife romain est le successeur). Les “orthodoxes” (qui en fait sont hétérodoxes…) se sont coupés de l’unique Eglise du Christ.
    2) Nous n’affirmons pas les mêmes vérités !!! L’Eglise catholique enseigne la pleine vérité révélée. Quant aux “orthodoxes”, ils nient une partie de cette vérité, que pourtant les anciens chrétiens grecs proclamaient (par exemple, le fait que l’Esprit-saint procède du Père et du Fils comme d’un seul principe).

  4. Xtophe

    A Berg,
    Les Catholiques disent que le Saint Esprit procède du Père et du Fils, alors que les Orthodoxes estiment qu’Il procède du Père par le Fils. Admirez la nuance ! Et dire que cette broutille a été le déclencheur d’un schisme qui dure désormais depuis près de mil ans.
    Les Orthodoxes ne croient pas non plus en l’Immaculée Conception. Cela ne les empêche néanmoins pas de chanter des hymnes acathistes louant la pureté immaculée de la Sainte Vierge. Franchement, les différences entre Catholiques et Orthodoxes sont loin de sauter aux yeux !

  5. HB

    Oui les orthodoxes sont proches de nous.
    Oui ils sont également persécutés!
    Oui nous devons prier pour l’unité de l’Eglise.
    Oui les orthodoxes se sont coupés de l’Eglise.
    Oui ils vont y revenir, mais ce retour doit se faire, et ne se fera que par la totale adhésion à toute la Foi catholique.
    On ne peut être catholique qu’à 100%.
    Une seule Vérité de Foi non acceptée, fait de n’importe quel catholique, un hérétique.
    C’est pour cela que beaucoup qui se disent catholiques, fussent-ils sincères, ne sont de fait que protestants, même sans le savoir!

  6. Berg

    @ Xtophe.
    vous parlez de NUANCE !!! ??? En réalité, il s’agit de toute la distance infinie, de toute la contradiction, qui existe entre la vraie Foi et l’hérésie ! Si une telle “différence ne vous saute pas aux yeux”, c’est que vous ne voyez pas les choses du point de vue de la Foi, mais du point de vue d’un consensus humain.
    @ Hebe
    La question n’est pas d’avoir des “différences” ni d’être “proches”. Cela est un point de vue purement humain, naturaliste. En fait, il s’agit tout simplement d’avoir ou pas la vraie Foi, d’être ou pas dans la véritable Eglise du Christ. Or, un hérétique n’a pas la vraie Foi, et un schismatique n’est pas dans la véritable Eglise. Peu importe donc de se sentir proches ou pas !
    Il faut voir les choses d’un point de vue surnaturel, et non pas d’un point de vue naturel.

  7. Charlier

    Avez-vous eu l’occasion de regarder sur KTO la video intitulée “Roumanie, 40 ans de Vendredi Saint”
    La situation de l’Eglise gréco-catholique et le comportement des orthodoxes à son égard encore aujourd’hui.

  8. mm

    Je vais peut-être dire une bêtise mais je pense que ceux qui possèdent la Présence Réelle ne devraient pas se faire la guerre.
    Ils devraient “gommer” les différences et rester unis dans le Christ.
    St Pierre et St Paul ont su, au nom de Jésus, “gommer” leurs différents points de vue pour retourner à l’essentiel… que catholiques et orthodoxes fassent ainsi afin que la parole de Jésus se réalise :
    “Père, qu’ils soient un …”.
    Mais si chacun tient à ses croyances sans les rapprocher de la pensée de Jésus, il y a peu d’espoir.
    Sainte Humilité !

  9. Hebe

    Berg,
    Pardonnez-moi, vous connaissez tout cela mieux que moi, vous avez sans doute raison.
    Je reconnais que je me laisse souvent mener par mes passions, et que je suis un peut confus face à certains points de la foi.

  10. un orthodoxe

    A Berg:
    Votre attachement à l’unicité de l’Église catholique est louable. Mais il faut reconnaître que le “Filioque” dont vous parlez, n’a pas été supprimé par les orthodoxes, mais rajouté par les Latins à partir de la fin du Moyen-Âge. N’avez-vous pas lu les actes du concile œcuménique de Constantinople (381), y compris dans la version latine?

  11. Mingdi

    Je me demande si les gréco-catholiques n’ont pas le même credo que les orthodoxes. C’est à dire sans le filioque. C’est une des décisions du concile de Florence, confirmée par l’Unia de Brest-Litovsk. A vérifier. Ne soyons pas plus dogmatiques que les docteurs de l’Eglise.

  12. Mingdi

    Au départ du schisme d’Orient, il n’était pas question que du filioque. “Michel Cérulaire, patriarche de Constantinople (1043-1058), réveilla tous les anciens griefs de Photius (jeûne des samedis de Carême, extension du célibat ecclésiastique, confirmation réservée aux évêques, et le filioque) deux siècles auparavant, et en ajouta d’autres : suppression de l’alleluïa en Carême, usage du pain azyme pour la messe. Il ferma les églises et couvents latins de Constantinople. Alors, les légats du pape Saint Léon IX l’excommunièrent (16 juillet 1054). Cérulaire répliqua en rejetant l’anathème sur Rome. Ainsi a été consommé ce schisme déplorable (extrait de l’Histoire de l’Eglise aux éditions Fideliter)”. Bref, pas mal de prétextes…

  13. RL

    Berg,
    Je suis navré de vous contredire. En théorie, vous avez raison, mais reconnaissez que la différence entre la préposition “par” et “de” n’est pas le point le plus important de la foi. Dans le fond, quel langage humain pourrait retranscrire avec une fidélité totale la réalité de la relation qui unit les trois personnes ?
    Au contraire, nous devons voir les choses d’un point de vue humain, car nous le sommes. Et d’un point de vue humain, le plus important est l’eséprance que le christianisme apporte. Le plus important est la divinité du Christ, la présence réelle, la virginité de Marie, mère de l’Eglise et mère des hommes, l’intercession des saints, le rôle du pape, les sacrements.
    Savoir si le St Esprit procède du Père par ou du Fils ne mérite pas un schisme.
    Il est important d’adopter une vraie rigueur théologique, de chercher la vérité, mais il y a des priorités. Celle-ci n’en est pas une. Un orthodoxe qui croit au “par” sera toujours plus proche de la vérité qu’un protestant qui croit au “du”.

  14. Mingdi

    Autres griefs : les prêtres habillés comme l’as de pique, qui ne croient ni à Dieu ni à diable, qui président des eucharisties mais ignorent les sacrifices propitiatoires, qui distribuent du pain bénit dans la main au lieu de la sainte communion sur la langue, qui font des sourires au peuple au lieu de se tourner vers le Bon Dieu, qui jouent à la belote entre eux au lieu d’enterrer chrétiennement leurs paroissiens, qui ne confessent plus parce qu’il n’y a plus de péché, etc… Croient-ils au filioque?

  15. Xtophe

    Vous avez raison Mingdi. Les dérives que vous énoncez m’ont contraint à quitter ma paroisse, où toute notion du sacré avait complètement disparu. J’ai rejoint une communauté ED, étant donné qu’en France, on refuse d’appliquer le Motu Proprio “Summorum Pontificum”.
    Toutes ces dérives ont causé un lourd préjudice à l’Eglise. Perte du sacré, perte des valeurs, perte de la Foi…
    On se dispute sur des arguments théologiques dérisoires et en parallèle on abandonne l’essentiel (destruction ou abandon d’églises, viols de sacrements, apostasies, promotion de thèses immorales, etc.). C’est déplorable !

Laisser un commentaire