Propagande athée dans la (ré)éducation dite nationale

Parents, soyez attentif aux agressions dont vos enfants peuvent être victimes dans leur for intérieur de la part même de ceux-là dont la charge devrait êter l'instruction et non la rééducation, malgré les intentions de l'actuel ministre. Voici le sujet qu'un père de famille a découvert dans les cahiers de son fils scolarisé à Vauvert :

"Un élève de 3ème, Pablo, est persuadé que les espèces n'évoluent pas mais sont arrivées sur Terre grâce à Dieu.
Son professeur de SVT est embêté. Il aimerait convaincre Pablo que l'évolution des espèces existe car elles ont toutes une origine commune.
Vous êtes le professeur."

PropSi, si, vous lisez bien!

32 réflexions au sujet de « Propagande athée dans la (ré)éducation dite nationale »

  1. Yves L.

    C’est plutôt l’évolution que l’athéisme. C’est dans quelle matière.
    Mais notez que c’est partout.
    Je viens de réviser un devoir SVT d’un de mes garçons en seconde : il faut montrer la *parenté* communes des êtres vivants (carboné, cellules, ADN, etc.).
    Pas la «communalité», mais la parenté, donc l’un descend de l’autre (comprendre évolution de l’amibe à l’homme).

  2. Christian

    Celui-là est un facile, je dirais juste à mon fils que l’énoncé est incomplet. Voici l’énoncé complet:
    “(…) Il aimerait convaincre Pablo que l’évolution des espèces existe car *LUI CROIT AU CONTRAIRE QU* elles ont toutes une origine commune.
    Vous êtes le professeur.”
    Maintenant faut reconnaître que cet exercice, utile pour les grands pour approfondir les arguments évolutionnistes, est dangereux pour les petits…

  3. aleks

    Quelle attitude avoir en tant que parent?
    Un mot : “nous soussignés…, parents de…
    refusons que notre enfant participe à l’exercice de propagande…”.
    Seul pb : l’enfant sera sans doute pénalisé…

  4. C.B.

    Professeur qui met en œuvre toute la méthodologie à la mode: “tâche complexe” (ça sent le “socle commun”), “compétence testée D4 (…) C1; E2”
    Il faudrait disposer des “supports mis à disposition”.
    Il s’agit de piocher dans ces supports ce qui fournit des “éléments de langage” (détournement d’un jargon du monde politique) constituant un argumentaire apparenté à un “raisonnement scientifique”.
    Ceci peut s’avérer un exercice extrêmement formateur, tout dépend sur quoi on le fait fonctionner.
    Je suis plus réticente sur la deuxième consigne “Formuler une hypothèse sur l’origine des êtres vivants (C1)” qui semble davantage appeler la restitution d’un catéchisme laïc sur le darwinisme.
    Initiative à mettre en place: une “classe bleue” pour les parents, pour qu’ils puissent disposer des éléments d’aide à l’analyse ainsi que des éléments d’aide à la ré-instruction (néologisme forgé sur ré-information) de leurs enfants?

  5. Peyo

    Rappelez-vous il y a quelques années déjà, un problème de mathématique dans un livre de collège (me semble t’il)où l’on se moquait du Pape, en faisant calculer le temps qu’il lui fallait pour déboutonner sa soutane. Il était bien évidemment précisé aux enfants le nombre de boutons et le temps qu’il mettait pour déboutonner un bouton…
    Toujours la même technique: on brocarde et on endoctrine les enfants.
    Je crains que nous ne soyons qu’au début de nos peines…

  6. ctm

    Dans la même idée de rééduquer les enfants endoctrinés par des familles trop conservatrices, en 1ere au bac de SVT, les jeunes peuvent tomber sur un sujet assez révélateur :
    “une jeune femme sur un forum est désespérée car elle a pris une une pilule du lendemain et a l’impression d’avoir commis un avortement
    “répondez a cette jeune femme pour lui expliquer qu’elle n’a pas a s’en vouloir car la pilule du lendemain n’est pas un abortif”
    on a des sujets sur Dieu, sur l’avortement, sur l’acceptation de notre orientation sexuelle (c’est a dire principalement accepter l’idée que nous avons probablement tous une part d’homosexualité en nous)… les sujets sur l’euthanasie ne sont qu’une question de temps
    qu’est ce que ça sera après ?

  7. Chronophage

    Pie XII a admis que la théorie de l’évolution ne contredit pas le principe de la Création : l’homme fut créé à partir d’une matière déjà existante, si on lit la Genèse.
    Rien n’interdit de penser que Dieu ait achevé sa création étalée sur une semaine symbolique par l’insuflation d’une âme et de capacités supérieures dans les grands singes avec lesquels nous partageons 95 % de capital génétique commun.
    Les athées se servant de l’évolution abusent des mots, car ils ne disant rien de ce qui fut le départ de toute matière et de toute intelligence structurant la matière.

  8. Bigor

    Bonjour,
    Le problème ne réside pas dans le fait d’enseigner la théorie scientifique de l’évolution : celle-ci n’est pas absolument aberrante et semble confirmée par un certains nombre d’indices.
    Le problème est de croire que la théologie ait vocation à répondre aux questions scientifiques et que la science puisse répondre aux questions philosophiques et théologiques.
    Puisque la Bible n’est pas un livre à portée scientifique [mais à portée théologique], on ne peut pas s’appuyer sur elle pour en tirer une théorie scientifique.
    Il n’y aura donc jamais d’opposition entre Foi et raison, entre Foi et science, puisque l’objet, la méthode, le but n’est pas le même.
    Mais si, comme ici, on cherche à opposer les résultats de la science et ceux de la théologie, on tombe dans une impasse.
    en fait,
    “Pedro est persuadé que les espèces n’évoluent pas mais sont arrivées sur Terre grâce à Dieu”.
    semble une formulation ‘créationniste’,(donc non catholique), car elle laisse croire que Dieu n’a créé le monde que comme cause immédiate, et n’a pas laissé agir les causes secondes (dont il est pourtant maitre).
    Et pourtant, le récit biblique laisse à penser que la création de l’homme fut en plusieurs temps : Dieu nous a créé ‘homo’ a partir d’une matière existante (la boue selon la Bible, mais pourquoi pas un animal préexistant) et y a ajouté une chose absolument transcendante : son souffle. C’est là qu’est la nouveauté, l’originalité, la particularité absolue de l’homme : Il nous a ‘humanisé’, rendu image de lui-même et cela n’est pas œuvre de causes secondes…
    En conclusion, la faute de cet énoncé n’est pas de vouloir défendre l’évolution, mais c’est de faire la même erreur que les créationnistes : placer science et foi sur le même plan.
    in Xsto

  9. MONGE

    Outre l’imbécillité rédactionnelle (quelle nécessité d’avoir ce passage introductif qui ne peut que blesser les consciences) il est intéressant de noter que l’élève s’appelle Pablo. Il aurait pu se nommer Ahmed ou Vladimir mais Pablo c’est bien espagnol donc bien catho (enfin dans l’esprit de cet individu car en réalité malheureusement…) donc bien répugnant.
    Nous avons ici affaire à un enseignant qui non content d’écrire comme un démagogue s’adressant à des ilotes (il est “embêté”…), de piétiner les sensibilités (est-il stupide et borné celui qui croit et qui ne peut bien sur accepter Darwin…), se permet en outre de “stigmatiser” une origine et une appartenance (je n’ose écrire une identité!).
    Cet enseignant est la métaphore de l’enseignement public actuel. Il mérite d’être connu et que son nom soit publié. Il mériterait aussi d’être poursuivi, sur les chefs évoqués.
    Quelle honte!

  10. PEB

    En fait, il y a le principe d’évolution qui tire sa source de l’enchaînement physique des causes secondes et les théories de l’évolution, nécessairement partielles sinon partiales.
    Vu comme cela, et considérant la transcendance de la cause Première, rien de contraire à la scolastique classique. De fait, si vous croyez à la machine à vapeur ou au moteur à explosion chaque matin que Dieu fait, alors vous adhérez au principe d’évolution.
    Ce dernier repose sur les trois piliers de la thermodynamique:
    – Conservation: “Rien ne se perd, rien ne se crée.”
    – Evolution entropique: “Tout se transforme vers un plus grand désordre, plus qu’hier et bien moins que demain.”
    – Non-équilibre: “Rien d’immanent n’est dans un état stable.”
    Ces principes tirent leur source de la théorie de l’information. Comme la spéciation est une information, alors la biosphère, dont nous sommes partie prenante, est soumise à ces trois contraintes fondamentales.
    Cela ne veut rien dire quant aux mécanismes complexes effectivement à l’oeuvre. C’est toute l’oeuvre du chercheur que de les découvrir dans les différents contextes écologiques qu’il a à étudier.
    En tous cas, il est clair que le jeu du hasard y est nécessairement contraint par le poids d’un existant qui tend à se maintenir malgré tout.

  11. G

    La théorie darwinienne existe ; il ne faut ni la nier ni l’encenser. Au contraire, il faut la connaître. Cela fait partie de la culture générale.
    Cela n’empêche pas la croyance en Dieu.
    Ce qui est déplorable, c’est que l’enseignement est organisé pour combattre la religion chrétienne. Que vont faire, dans ce cas de figure, les enseignants travaillant dans des écoles privées sous contrat ?

  12. G

    Tâche complexe :
    Un président de la République socialiste, François, est persuadé que l’on peut s’abstraire de l’éthique et des lois civiles en ouvrant le mariage aux personnes de même sexe, sans entraver la loi naturelle.
    Les scientifiques sont bien embêtés. Ils aimeraient bien convaincre François que le mariage sert de cadre pour la perpétuation de l’espèce humaine. En effet, la fécondation n’est possible qu’avec la rencontre entre un ovule et un spermatozoïde. Nous tous sommes issus d’un papa et d’une maman.
    Vous êtes le scientifique…”

  13. aude

    Dans le même ordre d’idée, il y a environ deux mois, dans un collège public parisien : cours de 4ème, SVT.
    Le professeur installe un mannequin en plastique au tableau ; une boîte de préservatifs à côté. Puis il envoie des élèves mettre chacun leur tour un préservatif sur le mannequin, en vérifiant qu’il est correctement mis, et en commentant l’exercice à haute voix pour que toute la classe puisse en profiter.

  14. Gus

    Cela doit être l’occasion pour les parents de répondre aux questions de leurs enfants et de leur donner les arguments pour répondre aux darwinnistes pur jus.
    En outre, cela peut être l’occasion de leur apprendre la nuance et la subtilité: que les cathos ne sont pas des “créationnistes” au sens rigoureux du terme et reconnaissent donc la réalité d’une évolution des espèces (mais évolution négative: atrophie, perte de gènes, régression, disparition d’espèces etc. car la nature n’invente rien toute seule).

  15. Nicolas

    Pourquoi “Pablo” ? il me semble que la seule propagande pour les théories créationnistes faite ces dernières années en France dans l’école publique a été l’envoi d’un certain nombre d’ouvrage d’Haroun Yahya à des écoles, collèges et centres de documentation scolaires, envoi effectué par une organisation musulmane turque.

  16. René Grenoble

    Attention ne pas se tromper de bataille…
    Le pb ce n’est pas la théorie de l’Evolution, ( il faudrait dire les théories de l’Evolution ), le Pb ce sont les présupposés matérialistes de l’école néo darwiniste qui font du hasard et de la Sélection naturelle le moteur de l’Evolution.
    Deux antidotes à cela.
    Pour les jeunes et moins jeunes, les BD de Brunor.
    Pour ceux qui veulent approfondir
    http://renegrenoble.unblog.fr/le-cas-epineux-de-levolution-intro-et-resume/
    http://renegrenoble.unblog.fr/2013/03/07/sciences-de-l%E2%80%99univers-et-problemes-metaphysiques/
    Dans tous les cas, évitons le fidéisme ( nier l’évolution ) et le concordisme servile.

  17. Bernard Mitjavile

    On vous demande parfois avec une nuance de moquerie dans des milieux chrétiens branchés si vous êtes “créationiste”. Je réponds simplement que tout catholique est créationiste puisque le Credo de Nicée déclare “Je crois en un Dieu.. créateur … de toutes les choses visibles ou invisibles”. Cela ne veut pas dire qu’il ne pas accepter une forme d’évolution mais qu’il n’est pas évolutioniste au sens du refus de tout “schème finalisé, téléologique” et quelques soient les arguments pseudo-scientifiques en faveur de l’évolutionnisme ou du darwinisme. Tout catholique doit donc affirmer pour reprendre l’exemple donné que “les epsèces sont arrivées sur terre grâce à Dieu”.

  18. Bernard S

    Vision aberrante d’un Christ fils de David et arrière-petit-fils de singes…
    Ne pas oublier d’une part que la théorie de l’évolution — qualifiée par le biologiste Jean Rostand de “conte de fée pour grande personne” — est construite sur une longue série de faux scientifiques.
    Et que les expériences les plus récentes de stratigraphie montrent que les durées géologiques sont amplement surévaluées. Ce qui réduit à néant les approches probabilstes des évolutionnistes.

  19. Exupéry

    Il s'”agit là d’une évident provocation de l’athéisme militant.
    « Darwin nous donne le moyen d’être des athées intellectuellement comblés. » affirmait en 2006, Richard Dawkins (antichrétien emblématique). Cette stratégie est passée à la vitesse supérieure depuis l’anniversaire de 2009.
    Malheureusement nombre d’intellectuels catholiques se sont laissés séduire par cette déferlante du “scientifiquement correct”. Et tout aussi désastreuses sont les déclarations de catholiques emblématiques (de Dominique Lambert (astronome Belge), comme quoi Darwin est « une chance pour le théologien et le philosophe contemporain. » (Bernardins, 23/10/2009), ou du père François Euvé (Teilhardien de l’Institut Catholique) lors de sa conférence: “Darwin, une chance pour la foi”, (Maison du protestantisme, Nîmes, 11/12/2009)
    Au demeurant pour mener le bon combat face au naturalisme, il est important de bien préciser le créneau sur lequel on se bat. Le mien, en tant qu’ex universitaire, passionné par ce sujet depuis 50 ans et suivant quotidiennement la bibliographie sur cette question, est le suivant:
    – La micro-évolution biologique est un fait avéré.
    – La macro-évolution est plus que probable, mais ses discontinuités (sa ponctuation) très générales, posent problème.
    – Le Darwinisme contient une part de vérité, mais cette part d’efficacité est incapable de rendre compte de nombre d’adaptations luxueuses (comme les nommait le Pr. P.P. Grassé) qui vont très au-delà des conditions de survie et de compétition.
    – La sélection naturelle est incapable de rendre compte des faits. Certains phénomènes liés à l’apparition de l’homme se sont même produits indépendamment de la sélection naturelle (cf: PLoS Biol. vol.7, 27.1.2009), (PhysOrg, 3.11.2009) etc.
    – La sélection sexuelle, chère à Darwin, doit elle aussi être révisée (PNAS, v.109, p.11740, 2012)
    – On pourrait multiplier les découvertes récentes démontrant que l’auto-suffisance des mécanismes du hasard (des mutations) et de la nécessité (des contraintes génétique, organiques, environnementales, etc.) sont incapables de rendre compte de la complexité, et de la trop fréquente optimisation du monde vivant tel qu’il est.
    Quant à la spécificité de l’homme elle est évidemment intellectuelle et spirituelle. Même un athée comme Alain Prochianz (Pr. Col. de Fr.) s’en étonne: « Nous sommes le résultat d’une suite d’accidents génétiques, une sorte de monstre, il faut bien le dire. […] Nous ne sommes pas des êtres naturels, c’est-à-dire que nous ne sommes pas du tout dans le schéma normal des singes normaux.» (Conférence à l’ENS, Paris, 7/12/2002.
    Pour avoir une idée des critiques valables du darwinisme, lisez “La boite noire de Darwin”,Pr de la Renaissance 2009)
    Enfin, en réponse à la remarque légitime de Bigor comme quoi: “on ne peut pas s’appuyer sur la Bible pour en tirer une théorie scientifique.” j’ajouterai, mais on peut s’appuyer sur la doctrine catholique pour en rejeter certaines. Comme l’affirmait justement le Cardinal Schönborn « … l’évolution selon la conception darwinienne : un processus de variations aléatoire, non guidé, non planifié et de sélection naturelle ne peut pas [être vrai]. Tout système de pensée qui nie ou cherche à réfuter les preuves écrasantes, en biologie, d’une intelligence organisatrice, est de l’idéologie, pas de la science.» (New York Times, 7.7.2005)

Laisser un commentaire