Bannière Salon Beige

Partager cet article

Non classé

Projet Taubira : un “attentat” de plus pour “décatholiciser la France”

Le week-end politique sera plus calme que prévu puisque les débats ont déjà pris fin à l'Assemblée nationale. Calme passager à mettre à profit. A la relecture de Vehementer nos, on peut approcher une première explication à l'échec annoncé par ce silence imprévu à l'Assemblée : les catholiques ont-il fourbi les bonnes armes comme nous y incitait Pie X déjà en 1906 dans cette encyclique adressée au peuple français?

"Vous savez le but que se sont assigné les sectes impies qui courbent vos têtes sous leur joug, car elles l'ont elles-mêmes proclamé avec une cynique audace : " Décatholiciser la France "

Les attentats passés

"Vous avez vu violer la sainteté et l'inviolabilité du mariage chrétien par des dispositions législatives en contradiction formelle avec elles, laïciser les écoles et les hôpitaux, arracher les clercs à leurs études et à la discipline ecclésiastique pour les astreindre au service militaire, disperser et dépouiller les congrégations religieuses et réduire la plupart du temps leurs membres au dernier dénuement. D'autres mesures légales ont suivi, que vous connaissez tous. On a abrogé la loi qui ordonnait des prières publiques au début de chaque session parlementaire et à la rentrée des tribunaux, supprimé les signes traditionnels à bord des navires le Vendredi Saint, effacé du serment judiciaire ce qui en faisait le caractère religieux, banni des tribunaux, des écoles, de l'armée, de la marine, de tous les établissements publics enfin, tout acte ou tout emblème qui pouvait, d'une façon quelconque, rappeler la religion. 

Ces mesures et d'autres encore qui peu à peu séparaient de fait l'Eglise de l'Etat n'étaient rien autre chose que des jalons placés dans le but d'arriver à la séparation complète et officielle.

Leurs promoteurs eux-mêmes n'ont pas hésité à le reconnaître hautement, et maintes fois, pour écarter une, calamité si grande, le Siège apostolique, au contraire, n'a absolument rien épargné. Pendant que, d'un côté, il ne se lassait pas d'avertir ceux qui étaient à la tête des affaires françaises et qu'il les conjurait à plusieurs reprises de bien peser l'immensité des maux qu'amènerait infailliblement leur politique séparatiste, de l'autre, il multipliait vis-à-vis de la France les témoignages éclatants de sa condescendante affection.

Il avait le droit d'espérer ainsi, grâce aux liens de la reconnaissance, de pouvoir retenir ces politiques sur la pente et de les amener enfin à renoncer à leurs projets; mais, attentions, bons offices, efforts tant de la part de notre Prédécesseur que de la nôtre, tout est resté sans effet, et la violence des ennemis de la religion a fini par emporter de vive force ce à quoi pendant longtemps ils avaient prétendu à l'encontre de vos droits de nation catholique et de tout ce que pouvaient souhaiter les esprits qui pensent sagement.

C'est pourquoi, dans une heure aussi grave pour l'Eglise, conscient de notre charge apostolique, nous avons considéré comme un devoir d'élever notre voix et de vous ouvrir notre âme, à vous, vénérables Frères, à votre clergé et à votre peuple, à vous tous que nous avons toujours entourés d'une tendresse particulière, mais qu'en ce moment, comme c'est bien juste, nous aimons plus tendrement que jamais".

(suite)

Partager cet article

5 commentaires

  1. Heureusement, les excès portent en eux-mêmes les ferments de leur destruction

  2. Prêtre diocésain, j’avoue que je m’en fiche pas mal des attaques politiciennes et autres contre l’Église Catholique. Ce qui me préoccupe, c’est d’avoir de saints prêtres en France. Il nous faut des prêtres qui soient des saints pour ré-évangéliser notre pauvre pays. Il nous faut des prêtres qui soient des saints pour sauver les âmes qui nous sont confiées. Il nous faut des prêtres qui soient des saints pour aider l’Église à reprendre la place qui soit la sienne dans notre société, à savoir la première.
    Pour ma part, je débute aujourd’hui même une consécration au Christ par Marie, selon l’intuition du Père Louis-Marie Grignon de Montfort.
    Le démon peut encore, malheureusement, gagner des batailles, mais il a déjà perdu la guerre …
    Priez le maître de la moisson pour envoyer des ouvriers à la moisson.

  3. comment laisser, abandonner, la FRANCE aux desirs de destruction manifesté par la N- aubira ??
    qui va réagir à cette independantiste qui veut diriger le pays dont elle veut se séparer ???
    en 1941 on avait le courage de ses opinions !!!!
    et de ses actes !!!
    il y a 2 heures
    Recommander
    Répondre
    Alerter
    Éditer
    Sur l’article du Figaro.fr
    Faut-il obliger les jeunes médecins à s’installer à la campagne ?
    vive le stalino-hollandisme !!!
    obliger des jeunes medecins à s’installer à la campagne ….. qui est devenue un desert ???
    comment faire vivre une famille quand tout ( commerce ,ecole etc ) se trouve à 10 km… au minimum !!!!… sans transport (car ! ) et la gendarmerie à tous les coins des chemins…. pour vous pénaliser à 91 !!!!
    il y a 5 heures
    Recommander
    Répondre
    Alerter
    Éditer
    Sur l’article du Figaro.fr
    Taubira, la nouvelle icône du mariage pour tous
    vous n’avez vraiment rien à ecrire que l’apologie de cette “”taubira “”?
    le figaro est entrain de filer un mauvais coton …de gauche !!
    il y a 1 jour
    Recommander
    Répondre
    Alerter
    Éditer
    Sur l’article du Figaro.fr
    Vers la suppression du mot «race» dans la Constitution
    quand on est c.n c’est pour la vie !!!
    on dira “”ethnique”” : relatif à la race ..;;
    et on trouvera bien un nouveau mot …. plus rigolo… et plus “”vache “”
    il y a 1 semaine
    Recommander
    Répondre
    Alerter
    Éditer
    Sur l’article du Figaro Bourse
    Fau

  4. Le 16 février 1892, le pape Léon XIII avait été l’initiateur, par l’encyclique “Inter Sollicitudines”, du ralliement des catholiques français à la IIIe République franc-maçonne et radicale qui menait pourtant une politique anti-cléricale, fermait les écoles catholiques et les couvents.
    A n’y rien comprendre ! L’acceptation entérinait un rapport de force qui était loin d’être à l’avantage de l’Église.
    Il faudrait que le pape revienne sur cette encyclique pour clarifier la situation.

  5. Merci Soleo, la prière sauvera le monde…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.