Bannière Salon Beige

Partager cet article

Homosexualité : revendication du lobby gay

Projet Taubira : la note d’un juriste jette le trouble au Sénat, même parmi les socialistes

Et le projet Taubira n’est pas encore voté au Sénat. Loin de là, malgré la lourde pression idéologique et politique : 

“«Chez nous, ça ne se passera pas de la même façon!», prédit un sénateur. Traduire: la Haute Assemblée va examiner la loi instituant le mariage pour tous avec un œil plus acéré que ne l’ont fait les députés. Alors que la commission des lois entame, ce mercredi, l’examen des amendements, la tension gagne le Palais Bourbon. Une note confidentielle, produite à la demande du groupe socialiste du Sénat, que révèle Le Figaro, alerte en effet les élus de la majorité sur le risque d’inconstitutionnalité du texte tel qu’il est actuellement rédigé. Cette note n’a été actuellement lue que par une poignée de décideurs au Sénat, mais ceux-ci savent que les débats qui débutent le 4 avril prochain n’échapperont pas à la polémique.

En quatre pages didactiques, le docteur en droit sollicité par le groupe explique pourquoi il estime «sérieux» le danger de voir ce projet phare pour le gouvernement retoqué par les membres du Conseil constitutionnel. La démonstration d’Hubert Lesaffre, conseiller aux lois, repose sur la question de l’adoption plénière, qui vient percuter le droit de la filiation.

«Il est invoqué le fait que le législateur aurait dû modifier le droit de la filiation et de l’adoption, et qu’il ne pouvait se contenter de n’en traiter qu’incidemment», explique-t-il. En effet, bien que la volonté de permettre aux couples de même sexe désormais mariés de pouvoir recourir à l’adoption plénière soit clairement affichée dans l’exposé du texte, celle-ci n’est pas clairement déclinée dans un article dédié.

Or, contrairement à l’adoption simple, l’adoption plénière modifie l’état civil, et donc la filiation de l’enfant. «Dans le cas d’une adoption simple, un enfant peut avoir un père biologique et un père adoptant ou une mère biologique et une mère d’adoption. Mais dans le cadre de l’adoption plénière pour des couples de même sexe, on ne sait pas bien ce qu’il advient des parents biologiques», détaille un magistrat.

«Ce grief me paraît quand même sérieux, souligne encore l’auteur de la note, et a été évoqué par plusieurs juristes devant la commission des lois de l’Assemblée», rappelle-t-il aux sénateurs. De fait, le projet de loi du gouvernement agite la communauté des juristes de tout bord, tant il bouscule, sans l’avouer, le socle du droit de la famille. Les défenseurs d’une filiation par la volonté veulent ici l’emporter sur ceux qui tiennent encore à la primauté de la biologie…

«C’est un texte bâclé qui arrive chez nous, se plaint un sénateur de la commission des lois, dont les véritables enjeux n’ont pas été traités.» «La Chancellerie le sait parfaitement, mais ne veut pas bouger, pour une question politique», s’inquiète un conseiller. Sans l’adoption plénière, pas de véritable filiation: le nouveau mariage pour tous ressemblerait alors en effet de près à «l’union civile» défendue par la droite… une forme de pacs rénové, offrant essentiellement de nouvelles possibilités de transmissions et d’héritage, trop loin, pour Christiane Taubira, de la revendication d’égalité des lobbys homosexuels.

La garde des Sceaux risque de ne pas emporter au Sénat la même adhésion qu’à l’Assemblée nationale. Déjà, au PS, on compte une par une les voix qui pourraient compenser celles qui feront, on le craint déjà, défaut au sein de la majorité sénatoriale”.

Partager cet article

6 commentaires

  1. Le “possible” est ennuyeux, avec l’impossible, on a toujours des chances…
    Balladons-nous, sur l’Avenue, le coeur ouvert…

  2. C’est une erreur de dévoiler ainsi les insuffisances de la loi Taubira.
    Si l’on veut que cette loi soit déclarée inconstitutionnelle, il faut que les constitutionnalistes laissent la loi arriver avec tous ses défauts pour mieux lui casser les reins.

  3. Les hommes de loi devraient être particulièrement sensibles au sens des mots qui structurent l’arsenal législatif.
    Le terme “mariage” a un sens bien précis qui est différent de celui de “contrat” (par exemple) qui lie des individus autrement.
    Quand une société commence à tricher avec la réalité de ce que recouvre les mots, les personnes finissent par ne plus se comprendre en parlant et c’est aussi ainsi que les civilisations périssent.

  4. barbier: agréable votre post, on devrait se retrouver à telle heure sur les Champs et chanter tranquillement la chanson de Joe Dassin, en famille, Papa embrassant Maman comme au premier jour, ça serait joli ça!! En rentrant des Rameaux, palmes, baisers amoureux, enfants et pique-nique, et Joe Dassin. Une belle France!

  5. Je viens d’appeler la préfecture à 9H20,
    la standardiste, sympa, m’a dit qu’il y avait 65 appels en attente et tous les appels concernent la manif, ils font remonter l’info au prefet,
    donc il faut INSISTER…
    Tél: 01.53.71.53.71

  6. Les discussions de nos dirigeants reflètent que LA FRANCE EST BIEN MALADE. Au lieu d’affronter les vrais problèmes de terrain, on impose une loi anti-humaine pour esquiver la réalité. La gauche a-t-elle été élue pour échapper à ses responsabilités ? Hollande n’aura pas le courage de relever son pantalon, les nazes qui l’entourent lui font croire que c’est la seule chose qu’il réussira de son mandat: la destruction du mariage. Saleté de gauchistes!

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.