Bannière Salon Beige

Partager cet article

Principe de la stratégie : connaitre l’ennemi

France : Politique en France / France : Société

Cette synthèse en 5 minutes n’est pas nouvelle, mais elle va à l’essentiel, et dans les circonstances actuelles il n’est pas inutile de la rediffuser. Par un fin connaisseur de la chose. Et pour cause…

Trois commentaires toutefois, pour affiner la définition de l’ennemi.

1/ Le “marché”, qui semble être un acteur à part entière dans cette présentation, n’est en fait qu’un lieu, multiple, d’affrontements économiques et financiers. Le véritable ennemi est celui qui en définit les lois à notre détriment, et celui qui – en charge des destinées nationales selon la théorie républicaine – accepte ces lois sans combattre, par soumission ou complicité idéologique, mentale, et vénale. (re) voir notamment ceci.

2/ Conséquemment, il ne s’agit pas de lutter contre le marché, mais contre les acteurs qui en font un outil d’esclavage en les désignant sans ambiguité, et d’éviter donc d’opposer, stupidement ou habilement selon les cas, soumission au marché et recours à un État Providence en charge de protéger le bon peuple contre celui-ci. Dans les deux cas, c’est de l’esclavage, et d’ailleurs la situation actuelle est celle d’un cocooning (reposant sur les déficits publics qui se creuseront jusqu’à la catastrophe financière finale), et qui d’ailleurs s’étiole (à preuve les gilets jaunes), pour soumettre ledit peuple à l’eslavage du marché, de la façon la moins douloureuse possible. Le peuple français vit donc sous un double escalavage, imbriqué: esclave de l’État, lui-même esclave de la ploutocratie apatride.

3/ Conséquemment encore, la vraie libération du peuple de France est de faire renaître en son sein de véritables corps intermédiaires, et de refonder intégralement la manière dont ils sont représentés. Véritables, c’est-à-dire suscités par le pays réel en sa diversité culturelle, sociale, économique, associative, selon ses terroirs, ses métiers, ses familles et leur contribution au bien commun. Les pseudo corps intermédiaires républicains, d’essence à la fois administrative et idéologique, ne sont que la multiplication des chaines de soumission à l’État, évoquée ci-dessus. Ils ont d’ailleurs été créés à cet effet sur les ruines fumantes des organisations communautaires de l’ancienne France, garantes des vraies libertés françaises. Ce sont ces liens de vie sociale etéconomique, et de solidarité naturelle qu’il s’agirait de retisser, à partir du réel d’ici et de maintenant. En construisant un système de représentation qui associe expression démocratique par le vote et compétence sur les sujets soumis au vote, où les éventuels partis politiques n’auraient qu’un rôle limité par les subsides de leurs seuls militants, et l’État serait concentré sur ses prérogatives régaliennes recouvrées, et sur un rôle d’arbitre entre corps intermédiaires libres. Vaste programme, certes…

Message URGENT de Guillaume de Thieulloy

Cher ami lecteur
allons-nous manquer d’espérance ?
Vous et moi souhaitons de toutes nos forces que le mur de la culture de mort s’effondre.
Le Salon Beige participe à cette tâche selon ses capacités. Mais nous ne pouvons rien faire sans votre générosité.

S'il vous plait, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

1 commentaire

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services