Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Primates ou primaires : la politique de caniveau

Cnv

En dehors de toute passion, de tout sentiment, à la regarder seulement avec les yeux de la raison, la politique en France fait pité et les hommes qui croient la gérer aussi. Quand ils en sont à ce niveau-là d'attaque, sans aucun débat sur le fond, contraignant par jalousie, leur adversaire à se défendre de vieux poncifs éculés, on constate que surtout dans la politique française, le ridicule et la bassesse ne tuent pas.

Aucun de ces candidats des partis institutionnels n'a encore débattu autour des fonctions auxquelles ils postulent (quel électeur a eu droit à sa piqûre de rappel sur le rôle des cantonales?), mais nous avons tous entendu des propos aussi dégradants :

""Si le FN avait dit ça, imaginez quel tollé la bien-pensance aurait pu créer!", s'est exclamée la dirigeante. "Très républicain, ça?", s'est également exclamée Marine Le Pen sur les propos d'un autre député UMP, Jacques Myard, qui proposait d'interdire le FN, lors de la même réunion à huis clos.

"Monsieur (Jean-Michel Apathie, journaliste) qui dit que je suis pétainiste, M. (Jean-Luc) Mélenchon (co-président du Parti de gauche) qui me traite de fasciste, ça, ce sont des dérapages antirépublicains!", a-t-elle ajouté.

"Je suis la dirigeante d'un parti politique qui depuis 40 ans s'est présenté à toutes les élections, qui n'a jamais contesté les résultats d'une élection, qui n'a jamais appelé à faire une manifestation contre une réunion d'un de ses adversaires politiques, et qui en a subi des centaines", a-t-elle rappelé.

M. Goasguen a précisé en fin d'après-midi qu'il "ne savait pas (s'il) a(avait) dit primates ou primaires". "Mais en tout cas, je voulais dire primaires", a-t-il rectifié.

Et si on parlait politique au sens noble : bien commun, respect de la personne; conseil général et politique de proximité, etc. ?

Partager cet article

3 commentaires

  1. Vous avez raison de vous plaindre de ce niveau déplorable. Ce qui est pourtant assez malhonnête de votre part, c’est de faire de Marine le Pen une coupable, alors qu’elle absolument acculée à ce niveau, par la faute des autres.
    En regardant l’intégralité de l’émission, vous auriez pu constater qu’elle a déploré ces futilités, qu’elle s’est insurgée – dans des termes qui font penser aux vôtres – contre la futilité de ces adversaires qui l’empêchaient d’aborder des problèmes de fond.
    Certes, elle n’a pas hurlé “faisons une minute de silence pour tous les avortements d’aujourd’hui”…
    Mais admettez cher Lahire que ces bassesses propres aux politiciens people ne sont pas le propre de Marine le Pen.
    J’ai le sentiment parfois qu’il y a de la mauvaise foi parmi les critiques. Personne n’a su apprécier sa réponse franche à la question du mariage homosexuelle posée lors de cette même émission
    [Il n’y a aucune mauvaise foi, puisque ce que vous nous reprochez est pourtant écrit noir sur blanc ci-dessus :
    “Quand ils en sont à ce niveau-là d’attaque, sans aucun débat sur le fond, contraignant par jalousie, leur adversaire à se défendre de vieux poncifs éculés, on constate que surtout dans la politique française, le ridicule et la bassesse ne tuent pas.
    Aucun de ces candidats des partis institutionnels n’a encore débattu autour des fonctions auxquelles ils postulent (quel électeur a eu droit à sa piqûre de rappel sur le rôle des cantonales?), mais nous avons tous entendu des propos aussi dégradants.”
    Le but de ce post n’est pas de crier vive Marine mais de souligner le niveau caniveau des autres. Et ce but est atteint. Le SB n’est pas un blog du FN, mais de la DSE.
    Lahire]

  2. Marine vaut le coup, j’en suis de plus en plus convaincu. Elle parle du fond et même si on est pas d’accord sur tout avec elle, il faut reconnaitre qu’elle a une sacrée stature.

  3. Nos “politiques” sont les dignes héritiers de 1789; pour vous en convaincre vous pouvez lire avec grand profit l’ouvrage de Xavier Martin: ” La France abimée – Essai historique sur un sentiment révolutionnaire ( 1780-1820) ” Dominique Martin Morin éditeur 2009.
    Puisque la repentance est à la mode, il serait urgent d’en faire acte et à genoux à la basilique Saint Denis, sur cette période la plus noire de notre histoire.
    Tant que cela ne sera pas fait nous continuerons de vivre de ce funeste héritage

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services