Bannière Salon Beige

Partager cet article

Histoire du christianisme

Prière pour les morts – Albert Pestour

Prière pour les morts – Albert Pestour

Albert Pestour, poète complètement oublié aujourd’hui, même localement, avait dirigé une section de l’Action française en Dordogne. Il écrivait en langue limousine et en français. Très pieux, il rédigeait des prières. En voici une consacrée aux morts de 14-18.

Ayez pitié de ceux qui sont morts à la guerre

Seigneur, s’ils ont pêché, cela ne compte guère !

Ils ont assez souffert de la faim et du froid,

De la boue et des poux, dans le sépulcre étroit

Que, vivants déjà morts, ils se creusaient sous terre !

Ayez pitié de ceux qui sont morts dans les airs

Fracassés, comme l’aigle au milieu des éclairs,

De ceux qui sont tombés, mélangés à la foule,

Engloutis par la charge et roulés dans sa houle

Ou, seuls guetteurs perdus, au bord des cieux déserts.

Ayez pitié de ceux qui sont morts en silence

Et de ceux qui hurlaient sur le lit d’ambulance,

Seigneur, ayez pitié de tous ces pauvres morts

Dont l’âme, par vingt trous, s’échappa de leurs corps,

Ô vous dont le côté fut percé par la lance.

Ayez pitié de ceux qui sont morts dans les eaux,

De ceux que les Shrapnells ont taillés en morceaux

Que vos anges auront bien du mal à recoudre,

De ceux que les obus réduisirent en poudre

Et de ceux que les gaz ont pris dans leurs réseaux !

Ayez pitié des morts bienheureux dont la cendre

Engraissera ce sol qu’ils ont voulu défendre

De leurs corps étendus et de leurs bras en croix,

Et dont les yeux, ouverts pour la dernière fois,

Ont reflété l’azur français sublime et tendre !

Ayez pitié des morts qui dorment tristement

Sur un roc étranger, sous un ciel inclément,

Et de ceux-là surtout qui, les plus misérables,

Auront laissé leurs os captifs dans les sables

De la Poméranie au Vautour allemand.

Ayez pitié de ceux qui, dans leurs agonies,

Se rafraîchissent l’âme au vent des litanies,

De ceux qui blasphémaient au lieu de vous prier,

Hélas ! depuis longtemps le blasphème est guerrier,

Mais vos compassions, Seigneur, sont infinies !

Tous ces morts de Vingt ans fauchés en plein avril,

Seigneur, prévenez-les de votre amour subtil,

Et les autres, les vieux, ceux dont l’âme est moins belle,

Par la chair obscurcie, hésite et se rebelle,

Que le sang soit un baptême.

Ainsi soit-il…

Albert Pestour,  8 avril 1886 à Magnac-Bourg, Haute-Vienne – 28 décembre 1965 à Coulounieix-Chamiers, Dordogne

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]