Bannière Salon Beige

Partager cet article

Immigration

Près d’un quart de la population en France a un lien direct avec l’immigration

Près d’un quart de la population en France a un lien direct avec l’immigration

Jean-Paul Gourévitch, consultant international sur l’Afrique, les migrations et l’islamisme radical, a bien voulu répondre aux questions du Salon Beige à propos de son nouvel ouvrage :

Vous venez de publier un ouvrage intitulé: “Grand remplacement: réalité ou intox?” Comment peut-on répondre à cette question sachant que les statistiques ethniques sont interdites en France? 

L’ouvrage que je viens de sortir chez Pierre-Guillaume de Roux, qui a eu le courage de le publier,  vise justement à faire la lumière sur les questions liées à la population d’origine étrangère et à la population de confession musulmane sur lesquelles la législation française est une des plus frileuses dans le monde. La thèse du Grand Remplacement, adulée par les uns, exécrée par les autres, se nourrit de ces incertitudes et des fantasmes ou des schématisations qui s’y accrochent comme des sangsues. Elle suppose en effet une transformation quantitative de la population résidant en France  due à la fois à un  solde migratoire et à un solde naturel positifs de la population d’origine étrangère, et une mutation qualitative de cette population, l’islam et notamment sa mouvance la plus radicale prenant progressivement la place occupée par les chrétiens et les agnostiques. Enfin elle pose comme principe que ce « remplacisme »  est voulu ou au minimum toléré par les autorités nationales, ce qui lui a valu d’être accusée de « complotisme ».

Pour reprendre votre question, ce sont moins les statistiques ethniques qui sont interdites que leur publication, l’INSEE et l’INED ayant, à partir des données des recensements, des éléments pour déterminer le nombre et la composition de la population d’origine étrangère, du moins celle qui est en situation légale et qui a fait l’objet d’un dénombrement. Mais outre l’accès possible à certaines de ces données et la comparaison des ratios d’un recensement à l’autre, les chercheurs disposent d’éléments complémentaires : les statistiques de l’OFII, de l’OFPRA et de la Protection Judiciaire de la Jeunesse, les chiffres communiqués  par les diasporas avec lesquels je travaille personnellement  dans le cadre du Partenariat Eurafricain, et ceux fournis par les pays étrangers qui ont des ministères ou des secrétariats d’Etat en liaison avec leurs population d’origine résidant en France comme le Mali ou le Maroc, les enquêtes internationales comme celles d’Eurostat ou de Migrations Watch et les données transmises par des associations qui sont en contact direct avec les migrants, les mini-enquêtes faites sur un département, une ville,  un quartier, une école, une PMI,  qui ne sont pas généralisables mais donnent des éléments d’appréciation.

Bref il n’est pas impossible, en attendant que la France autorise la compilation et la publication de statistiques ethniques, comme une centaine de pays l’ont déjà fait, de mettre en place une méthodologie scientifique pour une approche vraisemblable de la transformation de la population résidant en France. C’est ce à quoi j’ai consacré une partie de mes recherches.

Pourriez-vous nous indiquer des ordres de grandeur du nombre d’arrivées d’immigrés légaux ou clandestins sur le territoire français ?

En ce qui concerne les arrivées de migrants légaux, les chiffres officiels mais parfois provisoires  sont aisément consultables. 255.550 nouveaux titres de séjour ont été délivrés en 2018 soit 3,7% de plus qu’en 2017. Plus précisément 89 185 l’ont été pour motif familial, 82 580 pour des étudiants (en progression continue depuis de nombreuses années)  32 815 pour motif économique, 27 215 pour des passeports talents (renouvellement inclus)…Mais ces chiffres ne signifient rien si on ne les met pas en perspective avec celui des sorties de ces mêmes migrants  sur lesquelles, comme je l’ai montré, l’INSEE n’ayant aucun moyen de contrôle se contente d’approximations qu’il tend à reproduire d’une année sur l’autre. A titre d’exemple, l’INSEE avait dénombré, en 2013, 235 000 entrées de migrants mais considérait que 95 000 étaient repartis, ce qui réduisait le solde migratoire de l’immigration légale à 140 000 personnes.

Pour l’immigration irrégulière (terme que j’utilise de préférence à « clandestins » chargé de connotations négatives et à « sans papiers » qui incite à la régularisation), c’est beaucoup plus complexe. Nous disposons certes du nombre des demandeurs d’asile (122 743 enregistrées par l’OFPRA en 2018  en progression de 22% sur 2017)  mais tous les migrants irréguliers ne passent pas par la case demandeurs d’asile notamment ceux qui ne veulent pas être fichés ou qui savent qu’ils n’ont aucune chance de l’obtenir. Il faut d’autre part y ajouter les  mineurs non accompagnés (MNA) qui sont loin d’être tous mineurs et qui n’y passent pour ainsi dire jamais. La Direction de la Protection Judiciaire de la Jeunesse a retenu pour 2018 trois hypothèses qui s’étagent de 40 000 à 60 000 arrivées.

Il est encore plus difficile de connaître le nombre des sorties. On connaît ceux qui ont été pris en charge au titre de l’asile ou de la protection subsidiaire (46 700), ceux qui ont été reconduits (15 677), et les MNA pris en charge après évaluation (environ 25 000 en 2017). Quid des autres ? Régularisation ? Retour volontaire au pays ? Passage dans un autre pays de l’espace Schengen ?  installation précaire en France ?… On peut toutefois avancer que le nombre de migrants irréguliers résidant en France (entre 400 000 et 700 000 selon notre fourchette d’ estimations) est stable ou en très faible augmentation.

Surtout il importe de bien différencier les flux (arrivées et départs sur une année) et les stocks (personnes installées) une confusion, parfois volontaire, faite par les medias mainstream pour faire croire que l’immigration ne représenterait que 0,3 à 0,5% de la population française. Les statistiques officielles publiées par l’OFII en 2018 sont éclairantes. Les immigrés légaux représentent 11% de la population française soit environ 7,4 M d’habitants et si l’on y ajoute leurs descendants directs nés de deux parents étrangers ou d’un mariage mixte, « c’est près d’un quart de la population qui a un lien direct avec l’immigration ».  Un chiffre que vous ne trouverez pour ainsi dire jamais mentionné et encore moins explicité dans la presse grand public.

A-t-on des indications sur les taux de fécondité relatifs des femmes d’origine étrangère et des “Françaises de souche”? 

Là  encore, après une  recherche qui s’apparente à un vrai travail de détective, nous avons fini par obtenir  des éléments qui peuvent être considérés comme fiables et permettent d’apprécier l’accroissement du  solde naturel.

L’indicateur conjoncturel national de fécondité s’est établi en 2017 à 1,88 enfants par femme, en recul régulier sur les années précédentes : 2 en 2014, 1,96 en 2015, 1,92 en 2016.

Les « Françaises de souche », pour reprendre votre expression, ont un taux inférieur à 1,80 et qu’on peut situer entre 1,72 et 1,78, alors que celui des femmes d’origine étrangère est de 2,73 par femme immigrée, de 2,02 par femme descendante d’immigrée, de 1,77 par femme descendante d’un couple mixte. Mais les différences sont très importantes en fonction des origines ethniques. Alors que celui  des femmes d’origine maghrébine tend à se rapprocher de la moyenne nationale du fait de la « transition démographique » qui concerne à la fois leur pays d’origine et leur pays d’accueil, celui des femmes originaires d’Afrique subsaharienne reste très élevé et dépasse 4 chez les populations originaires du Sahel ou de la région du fleuve (Guinée, Mali, Mauritanie, Sénégal, Niger).

C’est tout l’enjeu de la théorie du Grand Remplacement. Dans quelle mesure l’augmentation du niveau de vie de ces populations et la diminution de leur mortalité vont-elles influer sur le différentiel de fécondité qui est aujourd’hui constaté ?

Au-delà de l’expression qui déchaîne les passions, peut-on dire que l’immigration massive de ces dernières décennies modifie la physionomie de la population française ?

Cette immigration massive ne concerne que l’aspect quantitatif de la transformation de la société française qui est indiscutable mais ne touche pas l’aspect qualitatif et notamment religieux qui mériterait un autre débat car la communauté musulmane (enfants et agnostiques compris) représente aujourd’hui comme je l’ai montré entre 7,5 et 9 millions de musulmans dont 4 millions de pratiquants parmi lesquels 300 000 à un million sont plus ou moins sensibles aux thèses de l’islam radical. Mais c’est un autre débat.

Pour en revenir à votre question, personne ne peut dire aujourd’hui avec certitude comment va progresser l’immigration dans les années qui viennent. Celle-ci dépend de facteurs peu maîtrisables : la transition démographique dont nous avons déjà parlé ;  l’orientation du développement dans les pays émergents lié à l’activité des fondations, des diasporas  et des investissements privés ;  les migrations climatiques qui sont un des défis majeurs de la planète ;  la réussite des opérations d’immigration virtuelle comme les plates formes téléphoniques, la pharmacopée, l’industrie textile, et de nombreux secteurs de la recherche appliquée où la délocalisation d’activités du Nord vers le Sud permet aux habitants du Sud financés en partie par le Nord de ne pas quitter leur pays d’origine et leur famille ce qui est toujours un déchirement.

C’est la raison pour laquelle, faute d’une maîtrise de ces variables, les prédictions à 30 ou 50 ans restent hasardeuses et ce n’est pas un hasard si les futurologues se sont presque toujours trompés. On peut être sensible au souffle de la fiction romanesque du Camp des Saints de Jean Raspail  dont la première publication remonte à 1973. Mais quand le romancier se transforme en  démographe et co-pilote en 1985 un numéro du Figaro Magazine, qui sous la représentation d’une Marianne voilée affiche comme slogan « Serons-nous encore Français dans 30 ans ? », le moins qu’on puisse dire est que le Grand Remplacement aurait été très largement anticipé.

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services