Pourquoi Sens Commun demeure-t-il au sein des Républicains?

Damien Lempereur, proche de Nicolas Dupont Aignan, se demande dans une tribune si la place de Sens Commun est vraiment au sein des Républicains. Il imagine sans doute que son mouvement politique Debout la France pourrait accueillir ces forces vives. Extraits de sa tribune :

"(…) Il n'en reste pas moins que le cri de Madeleine Bazin de Jessey, s'il résonne dans le champ métapolitique, aura bien du mal à influencer la ligne de son propre parti (…) Quelques jours après avoir découvert dans le livre de Nicolas Sarkozy que ce dernier s'asseyait joyeusement sur les engagements pris devant elle et les militants de Sens Commun,on comprend que Madeleine Bazin de Jessey ait manifesté sa protestation. Trop, c'était décidément trop.

Mais cette révolte pourtant légitime ne se bornera qu'à prendre date dans une tribune. C'est tout le drame et toute l'impasse de Sens Commun. En effet, qui sont – par exemple – les candidats à la primaire qui défendent aujourd'hui les idées portées par ce mouvement? Je ne prendrai même pas la peine d'évoquer les candidats «favoris», Alain Juppé, Nicolas Sarkozy, François Fillon ou Bruno Le Maire (…). Nathalie Kosciusko-Morizet n'a quant à elle jamais (…) été une adversaire acharnée des évolutions sociétales promues par la «gauche» depuis l'élection de François Hollande. A contrario, Hervé Mariton a certes été le porte-parole talentueux au Parlement de la Manif pour tous, mais il est aussi un atlantiste assumé et un européiste acharné. En clair, il chérit les causes des conséquences qu'il pourfend à longueur de journées – et de gilets. Il reste Jean-Frédéric Poisson, député honnête et courageux, mais dont l'assise politique le condamne à jouer un rôle d'alibi conservateur au sein d'une primaire biaisée.

Pourquoi Sens Commun demeure-t-il par conséquent au sein des Républicains? Son rôle affiché n'est-il pas de faire bouger les lignes sur le plan politique après l'avoir fait sur le plan idéologique? La stratégie consistant à peser à l'intérieur de l'ex-UMP est évidemment vouée à l'échec. Avant même que la campagne présidentielle ne débute, Madeleine Bazin de Jessey et ses amis ont déjà l'assurance qu'ils seront floués s'ils s'engagent derrière le candidat Les Républicains qui sera désigné. C'est d'ailleurs le rôle des primaires: donner une impression de démocratie pour au final ramener tout le monde à la niche européiste et libertaire. En clair : privatiser le premier tour de l'élection présidentielle .

Il est pourtant l'heure! Chaque jour nous rapproche d'une recomposition politique qui devra concerner tous les patriotes de bonne volonté. Regardez bien autour de vous, chère Madeleine Bazin de Jessey. Il en est qui pourraient être des interlocuteurs plus ouverts à votre combat que ceux qui ne voient dans Sens Commun que l'opportun flotteur droit d'un parti finalement voué à jouer la présidentielle au centre. Vous pourriez participer à renverser la table politique. Celle-là même à laquelle vous préférez pour le moment être tranquillement attablée."

Même si son analyse des primaires LR est assez réaliste, Damien Lempereur devra être plus persuasif pour réaliser son hold-up au profit de NDA. Il faudrait déjà rendre plus dynamique et crédible le collectif Debout les familles et surtout clarifier le positionnement de Debout la France dont le candidat, Nicolas Dupont Aignan, qui justifiait son absence à la manifestation du 13 janvier 2013 de manière bien peu convaincante, ne peut être considéré ni comme un candidat pro-vie ni comme un candidat pro-famille comme le montre ce post. 

Laisser un commentaire