Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Vie de l'Eglise

Pourquoi les moines brassent-ils de la bière ? (les 7 avantages des moines à brasser de la bière)

Pourquoi les moines brassent-ils de la bière ? (les 7 avantages des moines à brasser de la bière)

Si beaucoup connaissent des bières monastiques, en particulier des bières trappistes, peu, en revanche, savent les raisons qui conduisent les moines à brasser, et ce, encore aujourd’hui ! Alors, préparez vos bouteilles, Divine Box vous explique tout !

À l’abbaye de Rochefort, la bière est brassée depuis 1887 !

1ère raison : Purifier l’eau

Au Moyen Âge, les sources d’eau étaient souvent contaminées, et l’on pouvait donc facilement attraper une maladie par le simple fait de boire de l’eau ! Toutes les alternatives étaient donc bienvenues… Si au sud, la vigne, très répandue, permettait de produire du vin, cette dernière concerne une zone géographique très délimitée. Dans le reste de l’Europe, on a eu l’idée de remplacer le vin par une boisson qui n’a pas besoin de conditions climatiques particulières : la bière ! Le fait de porter l’eau à ébullition, lors des différentes étapes du brassage, permet en effet d’éliminer les microbes. La bière fut rapidement populaire et avait la réputation de lutter contre la propagation de nombreuses maladies ! Par exemple, au Xème siècle, saint Arnould “sauva” la ville d’Oudenburg de la peste en poussant ses habitants à troquer l’eau contre la bière brassée par l’abbaye du même nom ! La bière comme boisson “saine”, y aviez-vous déjà pensé ?

Saint Arnould, patron des brasseurs belges, proposa à la ville d’Oudenburg de boire de la bière plutôt que de l’eau pour ne pas être contaminé.

2ème raison : une boisson nourrissante

Surnommée autrefois « pain liquide », la bière est riche en fer et en vitamines, et permettait ainsi de compléter le régime ascétique des moines. Chez les trappistes du début notamment (XVIIe siècle), on raconte que les moines faisaient moisir leurs pains dans les caves avant de les manger, pour n’avoir aucun plaisir et être dans une ascèse très rigoureuse… La bière, très épaisse à l’époque, compensait donc tant bien que mal leur mode de vie très strict, quand le père abbé l’autorisait… L’abbaye du Mont des Cats brassa ainsi dès 1847 pour nourrir les moines, mais aussi les ouvriers qui travaillaient très dur pour bâtir l’abbaye !

3ème raison : ses vertus et bienfaits

Nombreux sont ceux qui ont vanté les bienfaits médicaux des bières trappistes, preuves scientifiques à l’appui ! À Westmalle par exemple, d’anciennes archives précisent que « deux verres de Trappiste réduisent le stress de 50% ». À l’abbaye Notre-Dame de Scourmont, on appelait la Chimay Rouge la “bière de santé”, certains affirmant avoir été guéri par cette bière ! Mais attention, l’alcool n’est pas un médicament, et son abus est dangereux ! Aujourd’hui d’ailleurs, les moines ne s’avancent plus sur ces vertus… 🙂

La Chimay Rouge était autrefois appelée la “bière de santé”

4ème raison : un signe d’hospitalité

« Tous les hôtes qui se présentent seront reçus comme le Christ » précise la Règle de saint Benoît, écrite en 529. Depuis longtemps, servir de la bière aux pèlerins est un signe de convivialité et d’hospitalité. Les surnoms de « bière de repas » ou de « bière de table », même s’ils désignent au départ la bière du réfectoire des moines, ne sont pas anodins ! L’importance de cette tradition était tellement forte que la réputation d’un monastère se faisait parfois en fonction de la qualité de la bière qu’il proposait. Les pèlerins modifiaient même parfois leur parcours pour passer dans des abbayes “réputées” ! La bière comme signe d’accueil, en voilà une raison amusante !

5ème raison : son importance économique

D’un point de vue économique, la bière toute son importance.

  • Elle a d’abord été brassée pour économiser l’achat de bière à l’extérieur, comme par exemple à Westvleteren. On l’a vu précédemment, entre les moines (pour compenser leur régime) ou les ouvriers bâtisseurs d’abbayes qui en buvaient, la consommation de bière représentait un volume non négligeable !
  • Certains avancent même que la bière servait aussi de revenu pour les abbayes qui offraient gratuitement (on l’a vu) le gîte et le couvert aux pèlerins, en échange d’une petite somme pour la bière.
  • Bien plus tard, au milieu du XIXe, la bière a ensuite été vendue pour nourrir la communauté, construire ou restaurer les bâtiments, et assurer la charité aux pauvres.

Aujourd’hui, dans la plupart des abbayes qui brassent de la bière (et notamment chez tous les trappistes), la bière assure les besoins de la communauté et le reste est donné aux oeuvres caritatives, conformément aux prescriptions du label ATP (Authentic Trappist Product). Ces revenus entretiennent donc concrètement la communauté, la restauration des bâtiments, mais aussi la solidarité entre monastères, l’emploi local, la faim dans le monde etc… Le “ruissellement” est parfois plus grand que ce que l’on imagine !

La bière a aussi permis aux moines de l’abbaye Saint Rémy de Rochefort de pouvoir rebâtir le monastère après l’incendie de 2016, fidèle à sa devise “Curvata resurgo” (courbée, je me redresse) !

Ce sont les bières de Rochefort qui ont aidé l’abbaye à se reconstruire après l’incendie de 2016

6ème raison – un excellent pourvoyeurs d’emplois

Vers le milieu du XIXe siècle, les grandes brasseries trappistes se sont mises à avoir recours à des salariés pour les épauler dans la production et la commercialisation de leurs bières, favorisant ainsi l’emploi dans des régions pauvres. Les moines « restent alors à distance tout en contrôlant soigneusement ». En Belgique et plus particulièrement en Wallonie, l’abbaye Notre-Dame de Scourmont brasse par exemple les célèbres bières de Chimay. Cette activité permet cent-vingt emplois directs dans la région, connaissant depuis longtemps un fort taux de chômage… Ça et les cent-cinquante mille visiteurs annuels sont une aubaine pour toute la région ! Et cette volonté de relancer l’emploi local était la mission que leur avait confiée le Prince de Chimay en 1850 quand il leur avait gracieusement offert le terrain avec de belles sommes d’argent pour s’installer sur place.

La brasserie de l’abbaye Notre Dame de Scourmont, à Chimay, pourvoit directement 120 emplois dans une région historiquement très pauvre

7ème raison : parce qu’elle apporte de la gaieté

Le moral se trouve au fond … du verre ! Pour égayer leur vie austère, le prieur de Westmalle autorise ses moines à leur retour d’exil en 1814, à boire deux verres de bière par jour. Preuve qu’une bonne bière peut remonter le moral ! Aujourd’hui, les moines ont généralement droit à une bière le dimanche, mais la consommation, bien qu’anecdotique en réalité, dépend de chaque monastère. À Spencer aux Etats-Unis, on dit : « beer brightens up sunday suppers » ! C’est-à-dire : “la bière égaye les soupers du dimanche !” À l’image du vin, qui, comme précisé dans le livre de l’Ecclésiaste, “rend la vie joyeuse”, la bière apporte la petite touche de joie pour la journée ou la semaine. Les moines l’ont bien compris, avec modération bien sûr !

À l’Abbaye Saint-Joseph de Spencer la bière est savourée tous les dimanches soir !

Comment découvrir de vraies bières monastiques ?

Maintenant que vous êtes incollables sur les raisons pour lesquelles les moines ont brassé et brassent encore de la bière, rendez-vous sur la boutique monastique en ligne de Divine Box pour acheter des bières trappistes !

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services