Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

“Pourquoi je ne voterai pas Sarkozy”

FpA lire en intégralité, cette grande tribune libre de Frédéric Pichon, avocat à la Cour et président d'Europae Gentes.

Extraits choisis pour aider la réflexion des catholiques (Finance, islam, lobbies gays, travail dominical, affaires Vanneste et Isnard, etc.) :

"La sagesse populaire contient des réalités éternelles que les électeurs de l’UMP seraient bien inspirés de méditer.

Après avoir réalisé un hold-up électoral en 2007, au détriment de Jean-Marie Le Pen, à l’issue d’une campagne aux accents johanniques et péguiens, le Président Sarkozy, une fois fêtée sa victoire au Fouquet’s puis sur le yacht du millionnaire Bolloré, s’empressa de mettre en place sa politique dite d’ouverture à gauche, politique programmée de longue date.

Kouchner aux Affaires étrangères, Fadela Amara aux banlieues dont les bureaux jouxtaient ceux de Christine Boutin, Rama Yade pour la diversité, certains électeurs cocus de l’UMP juraient qu’on ne les y reprendrait plus.

En fait de rupture avec mai 68, on eut droit au contraire à une politique d’inspiration libérale-libertaire. L’état de grâce dura quelques mois, le temps du retour cruel à la réalité.

L’imposture commença avec un acte dont le caractère anti-démocratique disqualifiera par la suite toutes les leçons de morale aux présidents-dictateurs déchus de Libye, de Tunisie ou d’Egypte : après avoir assuré, lors du débat l’opposant à Ségolène Royal à quelques jours du second tour de 2007, qu’il ne reviendrait pas sur le « non » des électeurs français au traité de l’union européenne, le Président fit ratifier par voie parlementaire l’adhésion de la France au dit traité.

Or, le voilà de nouveau à la charge, dans ses récents discours électoraux, contre les technocrates de Bruxelles et les accords de Schengen, ceux-là même à qui il a donné les mains libres en contournant la souveraineté populaire ! On ne saurait être plus incohérent (…)

Lucide sur le double langage de son ministre des Finances, Jean Arthuis (sénateur UDF) et président de la Commission des finances du Sénat, tirait, déjà, la sonnette d’alarme : « Il y a comme une schizophrénie entre le discours du Ministre des Finances sur la dette et la gestion des finances publiques au quotidien » (Les Échos du 18 avril 2006).

Sous la présidence de Nicolas Sarkozy, la dette publique a augmenté de plus de 600 milliards d’euros et représentait 87% du PIB en 2011.

Petit détail piquant, la Cour des comptes elle-même dénonçait les dépenses somptuaires du président de la République (…)

Schizophrénie, le mot est lâché. Si ce terme peut s’appliquer à la majorité des hommes politiques, on atteint avec Nicolas Sarkozy des sommets inégalés de cynisme et de contradictions.

Ne le voit-on pas, à l’approche des élections, en pleine période de polémique sur la viande halal, solliciter le droit des consommateurs à l’information.

Pourtant, des députés de la droite populaire, la branche droitière de l’UMP avaient déposé un projet de loi pour réglementer l’étiquetage. Cette proposition, déposée dans un premier temps le 18 novembre 2010 par le député Nicolas Duhicq, puis en février 2012 fut rejetée par le gouvernement de Nicolas Sarkozy, à quelques jours du discours du Président de la République, lors d’un meeting électoral, sur le droit à l’information du consommateur ! (…)

Dans le même ordre d’idées, les dernières rodomontades politico-judiciaires concernant l’arrestation des islamistes de Forsane Alizza ainsi que les déclarations du président mettant en garde les organisateurs du congrès de l’UOIF contre tout risque de dérapage, offrent un florilège de contradictions. Pour rappel, l’UOIF est le représentant idéologique des frères musulmans en France. Son mentor, le cheikh al-Qardaoui, dont l’UOIF déclarait il y a peu qu’il s’agissait d’un homme de paix et de tolérance (communiqué du 30 mars 2012), recommande la mort pour les apostats et, s’agissant des juifs, qu’ils soient passés par le sabre et le fusil. On appréciera la modération de ses propos.

Or, n’est-ce pas Nicolas Sarkozy lui-même qui prenait la parole au congrès de l’UOIF le 19 avril 2003, alors qu’il était ministre de l’Intérieur ? Bien plus, c’est Nicolas Sarkozy qui a fait de l’UOIF un interlocuteur de l’État dans le cadre des relations avec l’islam, et ce au grand dam des musulmans modérés.

Double langage à l’attention de l’électorat frontiste, Nicolas Sarkozy courtise également avec la bienveillance de Christine Boutin, l’électorat catholique. Celle-ci, qui menaçait le Président d’une bombe atomique au cas où elle n’aurait pas ses signatures, s’est finalement ralliée en prétextant qu’elle avait obtenu gain de cause sur les fondamentaux. Ce fut le grand titre du Figaro Magazine qui lança officiellement la campagne du Président, dans le cadre d’un discours délibérément conservateur. Refus du « mariage » homo, opposition à l’euthanasie etc… (…)

 

Pourtant quelques jours après cette déclaration tonitruante, la première mesure concrète concernant les fondamentaux que les catholiques se plaisent à appeler les « points non négociables », fut l’annonce par Frédéric Lefebvre d’un projet d’extension de la loi Maillet sur le travail le dimanche (…)

Las, malgré l’opposition d’une cinquantaine de députés de son propre parti, le gouvernement Sarkozy adoptera la loi Maillet en plein mois d’août 2008.

Mais revenons un peu sur ce programme mis sur un piédestal par les conservateurs naïfs lors de la sortie du Figaro Magazine du 9 février 2012 et qui aurait, dixit Christine Boutin, consacré la victoire des fondamentaux qu’elle prétendait défendre.

Le surlendemain de la sortie de ce magazine complaisant, le courageux député Christian Vanneste faisait l’objet d’une véritable cabale de la part de la tendance progressiste de l’UMP. On reprochait au député ses propos tenus sur le site internet catholique Liberté politique, sur le fait que contrairement à l’Allemagne, les homosexuels n’avaient pas fait l’objet en France de mesures de déportation, sous l’occupation allemande. Réalité historique incontestable confirmée par Serge Klarsfeld lui-même, peu connu pour ses sympathies pour le négationnisme. Cette cabale avait valeur de test pour les lobbies activistes homosexuels. Soit l’UMP soutenait Vanneste et confirmait de facto son orientation conservatrice. Soit au contraire, l’UMP « lâchait » Vanneste et ouvrait la porte aux dits lobbies. La réponse ne se fit pas attendre : en violation des règles les plus élémentaires du droit associatif, l’UMP en la personne de son secrétaire général, Jean-François Copé, annonçait l’exclusion du député Vanneste. Et quelques semaines plus tard, la mise à mort fut donnée par Nicolas Sarkozy lui-même dans le magazine homosexuel militant Têtu : « Je condamne fermement ce qu’il a dit. Je ne veux ni de près, ni de loin, être associé à des propos homophobes ». Et d’annoncer que Christian Vanneste ne serait pas réinvesti aux prochaines législatives (…)

Qui se souvient de Philippe Isnard, ce courageux professeur révoqué par le ministre de l’éducation nationale lui-même (Luc Chatel), pour avoir fait un cours d’éducation civique sur le sujet de l’avortement, en donnant les points de vue des différents protagonistes ? Mesure rare qui mérite d’être soulignée pour ceux qui pratiquent le droit disciplinaire de la fonction publique. Ou est donc la rupture avec mai 68 ? Quelques mois plus tard, Luc Chatel récidivera cette fois-ci en autorisant, dans les manuels scolaires de SVT, la référence à l’idéologie du « genre », porte ouverte à toutes les revendications homosexuelles militantes.

Que dire de la nomination de Frédéric Mitterrand à la Culture et des innombrables subventions accordées à l’art de rupture ? Le Théâtre de la Ville, qui ne vit que grâce aux subventions publiques, permit la mise en scène d’une pièce blasphématoire et au ministre de la Culture de monter au créneau pour défendre cette sinistre supercherie au nom de la liberté d’expression quand, quelques semaines avant, le même Mitterrand avait cru devoir effacer le nom de Louis-Ferdinand Céline des mémoires. Et le dit gouvernement de matraquer les jeunes gens indélicats qui avaient eu l’outrecuidance de se sentir indignés dans leur foi par ce spectacle lamentable.

En réalité, entre la droite et la gauche, la différence n’est pas tant une différence philosophique qu’une différence de temps. Deux années séparent la gauche de la droite, la première étant toujours avant-gardiste dans le processus de déconstruction de la société et de sape de toutes les valeurs fondatrices de la civilisation.

Quant à la droite affairiste qu’incarne Nicolas Sarkozy, elle sera toujours sur la défensive sur ces questions, attelée qu’elle est prioritairement, aux valeurs de l’argent et refusant toute transcendance au nom d’un relativisme philosophique qui n’a rien à envier à la gauche.

Ce qui faisait dire au Président de la République, encore il y a quelques jours : « Comme vous le savez, j’ai fait l’ouverture, je reste très attaché à l’idée d’ouverture ».

Or comme le disait Trotsky, « celui qui s’incline devant des règles établies par l’ennemi ne vaincra jamais ».

En résumé, à quelques jours d’élections décisives pour l’avenir de notre pays, le seul vote utile s’avère être le vote qui se rapproche le plus de ses propres convictions.

« Si vous ne vivez pas comme vous pensez, vous finirez par penser comme vous vivez »."

Partager cet article

23 commentaires

  1. Bon, c’est très bien. Je connais des élus UMP qui vont voter MLP car ils en ont assez de toutes les tromperies de NS.

  2. bravo pour le choix et l’analyse.
    c’est tellement évident que cela va mieux en le disant

  3. Il serait temps que “ces gens là”, comme disait Brel, se reveillent.

  4. “Or comme le disait Trotsky, « celui qui s’incline devant des règles établies par l’ennemi ne vaincra jamais ».”
    Une bonne secousse permettra peut-être à la droite parlementaire de le comprendre et d’arrêter d’essayer de plaire ou ne pas déplaire à la gauche moralisatrice.

  5. Merci pour cette excellente analyse .

  6. Tout est juste dans le détail, mais attention a ce que les arbres des “causes célèbres” (Vanneste, Chatel…) ne cachent pas la foret des grands enjeux.
    Expérience intellectuelle: si cette élection n’avait pas lieu en France, mais dans un autre pays européens, avec les mêmes candidats principaux et les mêmes positions (contre le “mariage” homo et l’euthanasie pour Sarko, pour pour Hollande), les lecteurs et rédacteurs du SB ne souhaiteraient-ils pas la victoire du premier? Parfois le recul fait voir plus clair…
    [Peut-être, mais peut-être pas à ceux qui ne regardent pas le succès humain ou le lendemain du deuxième tour et qui gardent les yeux sur l’horizon de Dieu, le seul qui permette de tracer son sillon droit et d’avancer selon ses vues.
    “Nous n’avons qu’un espoir au monde, c’est le triomphe du Seigneur”… et où est-il dans le choix des 10?
    JL]

  7. En même temps vu le dernier sondage harris qui donne Hollande écrabouillant Sarkozy à hauteur de 58% soit 16 points d’avance !!! Même l’argument du “vote utile” ne prend plus !!!!
    Je le dis depuis des mois: il sera battu O-BLI-GA-TOI-RE-MENT.

  8. Excellente synthèse, qui remet fort opportunément les pendules à l’heure sur l’imposture Sarkozy.
    Il est temps que Sarkozy paye ses lâchetés et ses trahisons.
    Le 22 avril, il va payer et payer cher.

  9. Et vous aurez Hollande ! ET Aubry !
    Et pire, bien pire encore que Sarkozy

  10. Chapeau, très fort, excellente synthèse ; à diffuser sans modération

  11. “La sagesse populaire”…
    …il faut s’en méfier. Article à mettre en relation avec celui sur la bioéthique.
    Les mœurs sont instables et capricieuses comme la société dans laquelle elles évoluent et dont elles sont le reflet… les politiques ne font qu’ondoyer au gré du vent, d’ailleurs ne dit-on pas : O tempora, o mores .
    Lahire et bien d’autres ici l’ont dit, il n’y a qu’une seule voie à suivre, et cependant je vais voter MLP parce que ce choix me semble “apparemment juste”…à ce stade, quel est l’état de ma relation avec Dieu ? Suis-je toujours à Son écoute ? Attentif à Sa parole ?
    Comment marcher avec Lui et entendre Sa voix chaque jour de ma vie ?
    Cependant, je n’oublie pas : Deus Caritas Est.

  12. Je n’imagine pas que l’éditeur de cette info puisse méconnaître le sens du terme “grandiloquent” et pourtant, rien ne le laisse entendre. Si cette adresse est grandiloquente, pourquoi nous recommander de la lire ?
    [Parce qu’elle fut écrite par un avocat dont l’éloquence et les verbes se marient régulièrement. Et quand cet homme de robe écrit, c’est pour clamer, oralement. Enfin, quand vous aurez lu entièrement ce texte, vous aurez vu qu’il a été écrit pour être dit avec grandiloquence.
    JL]

  13. Excellent!
    D’accord pour le terme d'”imposture”, quant à celui de “schizophrénie”, celui de duplicité me parait plus adéquat.
    @ Mike : Oui nous aurons Hollande et Aubry, mais mieux vaut un ennemi déclaré, qu’un semi allié félon. Peut être les français comprendront-ils enfin que les partisans des “compromis” (qui se font berner depuis Chirac) ne sont promis qu’a l’abattoir.

  14. Les arguments présentés dans cette tribune sont en effet intéressants.
    Ils ne le sont cependant pas moins que ceux exposés cette semaine par Bruno Larebière, dans Minute, et par Jacques Trémolet de Villers dans Présent. Tous les deux expliquent pourquoi ils choisissent Sarkozy.
    Que les lecteurs du Salon beige, avant de se prononcer le 22 avril, lisent aussi le point de vue de ces deux personnalités indépendantes qui n’ont pas moins de légitimité dans la droite nationale que n’en a Frédéric Pichon.
    Jacques Trémolet de Villers,notamment, comme avocat, écrivain et chroniqueur,a toujours défendu avec talent et courage les principes de notre civilisation chrétienne : Dieu, Famille, Patrie.
    Michel Hubault

  15. merci de cette excellente analyse; elle conforte ma position de ne pas voter NS pas même au second tour.
    Avec l’espoir que ce sera mieux avec un ennemi déclaré car certains se réveilleront.

  16. On est tous tentés par cette correction politique, cette raclée même, qu’on voudrait voir appliquer à la France, avec une aggravation de la situation de ce pays qui n’est plus que la trainée de l’Eglise depuis bien longtemps ….
    Ce qui me retient sur cette pente qu’adopte sans états d’âme cet avocat, je l’avoue, ce sont les petits signes d’encouragement que donne l’école hors contrat, pour la formation de la jeunesse à venir et que FH réduira au silence car c’est un vrai totalitaire.
    Nos jeunes enfants et petits-enfants ne seraient-ils pas fondés à nous reprocher de n’avoir pas pensé suffisamment à eux ?

  17. Me Trémolet de Villers ne défend pas les points non-négociables, il négocie la vie des autres, il négocie le mariage, il négocie la liberté d’éducation et les droits de l’homme en général.
    Je ne suivrai décidément pas son avis, d’auilleurs en général, je ne suis que très rarement entièrement d’accord avec “Présent”.
    En revanche, l’argumentaire de Me Pichon est clair, il dénonce Sarkozy avec rigueur et sans grandiloquence. Quoi qu’il en soit il semble, au vu des sondages, Sarkozy que Sarkozy a perdu l’élection. Nous aurons Hollande. Mais ce dernier risque fort de ne pas pouvoir gouverner. Ses résultats électoraux seront trop forts par rapport à ce qu’il peut espérer de véritable soutien dans la population. Il n’y aura pas d'”état de grâce”. Préparons-nous à la résistance. Vivent les droits de l’homme ! Vive la vie ! Vive le mariage ! Vive la liberté !

  18. Pour ceux qui mettent en parallèle Me Trémolet et Me Pichon et qui écrivent comme Michel Hubault que Me Tremolet a toujours défendu avec courage ceci ou cela il faut savoir que mon ami Frédéric Pichon lui a mis sa peau au bout de ses idées en Croatie et en Bosnie en 1991/1992…les armes à la main pour défendre un peuple catholique.
    Son avis me semble plus convaincant que celui de Trémolet.

  19. @ Denis Merlin : ne mélangez pas tous les journalistes de Présent : concernant l’élection présidentielle, Me Trémolet de Villers est plutôt minoritaire au sein de la rédaction de ce quotidien, qui plus qu’aucun autre met en avant les points non négociables, les actes et paroles du Saint Père et j’en passe !

  20. je suis assez effaré d’apprendre que M.Trémolet de Villers (dorénavant je boycotterai ses émissions sur RC) et Bruno Larebière vont voter Sarkozy… dès le premier tour alors qu’il y a un énorme espoir en France en faveur de la candidature de Marine qui est 1000 fois mieux que Sarkozy !! Ces gens là sont-ils de droite ? On croît rêver !!
    A quoi sert de voter pour le plus “mauvais” sous prétexte d’éviter un pire (selon eux) alors qu’en plus celui-ci n’a aucune chance d’être (ré)élu ??
    Sur le fond comme sur la stratégie ils ont vraiment tout faux !!
    Vraiment triste !!

  21. Scat, d’accord avec vous.

  22. Laissez Hollande au pouvoir,c’est plus d’avortement,plus de mariage Gay aussi…
    Mais l’analyse est excellente hélas!…

  23. A dragases:
    oui mais surtout l’espoir de la création d’un pôle des droites autour du FN avec à terme la renaissance de la France.
    car avec Sarkozy, à terme, ce sera la même politique qu’Hollande: notre disparition ! n’oubliez pas: 2 ans !! Tel est le décalage entre le PS et l’UMP….
    Donc même stratégiquement le vote “utile” est bien le vote Marine.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services