Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : L'Eglise en France

Pourquoi étudier ou ré-étudier Vatican II?

Parce que visiblement certains n'y ont strictement rien compris : quand on voit un évêque, en ouverture de l'anniversaire de ce concile, donner la parole à un laïc assis (cathèdre?) à une table (l'autel?) dans le choeur de sa propre cathédrale pour faire une conférence sur Vatican II, on pourrait penser à du tragi-comique si l'enjeu n'était pas vital. Personnellement, je n'ai pas pu dépasser la 8ème minute des 272 proposées de la vidéo de l'évènement proposée ici

Parce que tout cela est loin de ce qu'a voulu l'Eglise, un retour aux sources s'impose : les textes de Vatican II loin de toute interprétation – comme le souhaite Benoît XVI lui-même – c'est par ici, l'info sûre sur l'année de la foi sans parasitage c'est par là.

Partager cet article

9 commentaires

  1. Il y a aussi “pire” qu’un laïc assis à l’autel. Rappelons-nous des intervenants aux grandes conférences de Carême de ND de Paris.
    Même pas des chrétiens pour certains.

  2. Tiens, à 6:45 on apprend la présence parmi le public d’un révérend anglican “Carolyn” du diocèse de Canterbury…

  3. L’article de Jérôme Bourbon dans le n°3064 de Rivarol du 12 octobre mérite d’être lu par le plus grand nombre car par sa riche argumentation et son magistral développement les origines et conséquences néfastes de Vatican II pour la religion catholique et la civilisation occidentale sont mises en grande lumière.
    A lire relire et faire lire. Surtout à nos jeunes gens.

  4. OK, après 1H30 (92min), fin de la première conférence. Je n’ai pas encore vu le reste.
    Conférence intéressante dans l’ensemble du jeune historien Loïc Figoureux. Il parle correctement et il étaye son discours de faits. Il a étudié le sujet. Il cite souvent le père Henri de Lubac dont il a fait une thèse. Il résume le Concile Vatican II, dont on ne peut pas tout dire en 90 min, mais j’ai appris des choses. De par sa profession il nous donne l’approche historique en nous replaçant à cette époque, dans le contexte d’alors. Il a un raccourci un peu rapide sur Mgr Lefebvre mais ce n’était pas le sujet de la conférence. Il se place plutôt du côté officiel de l’Eglise pour expliquer le Concile.
    La seule chose qu’on peut regretter c’est qu’il donne sa conférence depuis le sanctuaire où on s’attend plus à voir les homélies d’un clerc ordonné. Placer cet historien là, ça donne l’impression que ce qu’il dit a valeur d’autorité. M’enfin… s’il a la caution de l’évêque…

  5. Hem, on voit nettement l’autel derrière…
    Après, l’Eglise est également le lieu de vie de la communauté chrétienne, donc ce n’est pas stupide d’y organiser des conférences ainsi.
    Enfin c’est vrai que le choeur parlé entre le diacre et la bonne femme n’est pas des plus judicieux, voire même totalement caricatural…

  6. 8 minutes ? Fichtre ! 38 secondes, quant à moi.

  7. Certains disent bien que “Le Concile ce n’est pas tel ou tel abus”, oui ! Mais le hic c’est qu’au plus haut de l’Eglise, on a abusé des ambiguités des textes conciliaires et ça, nul ne peut le nier.Par exemple, les paroles mal traduites du Notre Père et autres textes protestantisés, les cérémonies oeucuméniques qui permettent des choses scandaleuses, tout celà affaiblit l’Eglise et la foi des fidèles et contribue à la décadence de la société toute entière, je ne mens pas.

  8. Ridicule de dénigrer ainsi une remarquable initiative diocésaine (pour une fois) avec conférence et table-ronde intéressantes et ouvertes à tout le monde (gratuit).
    A noter que l’autel est DERRIERE et au-dessus de la table amovible.
    Ensuite une très belle messe a été célébrée en grande pompe, avec la maîtrise de la cathédrale, autour de cet autel, qui est un autel cathédral (datant de la reconstruction après la Grande Guerre)

  9. Monsieur (ou Madame?) Lahire , je pense que vous avez eu tort de ne pas écouter l’entièreté de la conférence .Elle est très intéressante et permet de se faire une idée des problèmes , des enjeux et des solutions du Concile.
    [Je n’écoute que les évêques dans leur cathédrale, siège de leur autorité. Et de manière très prétentieuse, je n’ai pas attendu l’ouverture de l’année de la Foi pour me faire une idée des enjeux du concile VII qui a plus de 50 ans déjà… JL]

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services