Bannière Salon Beige

Partager cet article

Sciences

Pourquoi défendent-ils tant le darwinisme ?

Mélangeant allègrement créationnisme et dessein intelligent (ou ID : la vie étant trop complexe pour être issue d'un processus comme la sélection naturelle, l'évolution des espèces ne peut qu'être l'oeuvre d'un concepteur d'ordre supérieur), Le Monde nous apprend pourquoi la communauté médiatico-politique est farouchement opposée à ces concepts par la voix d'Olivier Boisseau ou Brosseau (on ne sait pas trop), docteur en biologie :

"Cette influence croissante des idées créationnistes ne serait pas si grave si elle n'avait pas de répercussions politiques. Mais dès lors qu'on fait accepter, d'une façon prétendument scientifique, l'existence d'un concepteur à l'origine du monde, il devient facile d'appuyer des positions législatives très conservatrices, et de faire admettre certains comportements – l'homosexualité, la contraception, l'avortement – comme déviants".

Voilà pourquoi on tente de justifier l'évolution des espèces "d'une façon prétendument scientifique". Pour autant, scientifiquement, l'avortement c'est la destruction d'une vie, la contraception et l'homosexualité sont contraires à la nature.

Michel Janva (merci à LR)

Partager cet article

14 commentaires

  1. Je tiens à noter que le darwinisme ne s’oppose pas nécessairement à l’idée d’un Dieu créateur. Mes études m’ont amené a travailler et réfléchir sur le sujet, et l’idée d’une évolution des espèces et d’une sélection naturelle telle que présentée par Darwin est loin d’être absurde. C’est d’ailleurs ce que nous renouvelons à vitesse accélérée dans la sélection génétique des animaux d’élevage, en ne gardant pour la reproduction que les animaux présentant les meilleures potentialités, avec une amélioration importante entre les générations. Nos vaches ont doublé leur production laitière depuis un demi-siècle.
    En revanche, là où il est tout à fait possible de voir la main divine, c’est dans le hasard qui fonde la théorie de l’évolution, ce hasard qui entraîne des mutations génétiques, lesquels pourront ensuite être sélectionnées si elles apportent un avantage ou éliminées dans la plupart des cas, où elles sont défavorables. En outre, rien n’empêche Dieu d’avoir créé tous les êtres vivants sur un modèle proche, celui de la cellule et de son programme génétique. Un constructeur de voiture suit toujours les mêmes principes fondamentaux, un moteur, une carrosserie, des roues, et pourtant chaque voiture est une nouvelle création.
    Et quand on voit la complexité de la machinerie du vivant, et l’immense difficulté qu’ont les scientifiques pour expliquer l’origine de l’ADN, il me semble tout à fait évident qu’il existe un « Grand Horloger », c’est-à-dire Dieu, créateur de toutes choses.

  2. @BP
    A partir du moment où vous remplacez le hasard par la « main divine », ce n’est plus du hasard, et vous êtes déjà dans ‘l’intelligent design’.
    Le Darwinisme, explicitement, s’oppose à un Dieu créateur. L’évolutionnisme – et l’intelligent design en est une forme – non.

  3. Très curieusement c’est principalement la « communauté médiatico-politique » FRANCAISE qui est inquiète. Tiens, ça me rappelle d’ailleurs un certain réchauffement climatique…
    Ailleurs, les 2 gdes théories : darwinistes ou créationnistes sont enseignées sur un même pied d’égalité. Rappelons que ce ne sont que des THEORIES.
    Et comme le dit « TB » Le Monde, ces théories ont de très gdes implications morales et même de « visions du monde » diamétralement opposées.
    Rappelons que l’hypothétique « lutte des espèces » à inspiré certains aux idéologies de :
    – lutte des classes,
    – d’autres de lutte des races,
    – et encore aujourd’hui de lutte des entreprises…
    Idéologie, quand tu nous tiens…

  4. Raisonnement irrecevable.
    « Mais dès lors qu’on fait accepter, d’une façon prétendument scientifique, l’existence d’un concepteur à l’origine du monde, il devient facile d’appuyer des positions législatives très conservatrices, et de faire admettre certains comportements – l’homosexualité, la contraception, l’avortement – comme déviants ».

  5. @tonio
    Je ne pense pas que nous soyons en opposition, mais je ne suis pas tout à fait certain de savoir si nous faisons la même distinction entre darwinisme, évolutionnisme, et relation à un Dieu créateur. Je reconnais avoir utilisé ces deux premiers termes dans le même sens précédemment, et je vais tenter de moduler un peu leurs définitions.
    Avant tout, je ne sais pas si le darwinisme s’oppose explicitement à l’existence d’un Dieu créateur. D’après ce que wikipédia donne (http://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_Darwin#Les_conceptions_religieuses), Darwin n’était pas athée à proprement parler, mais contredisait juste le caractère historique de la Bible. Laquelle n’est sans doute pas à prendre au pied de la lettre comme le souhaiteraient certains extrémistes du créationnisme qui lui dénie un sens symbolique.
    Historiquement, l’évolutionnisme a été introduit par Lamarck (pour lequel les girafes avaient un long cou à force de l’avoir tendu pour attraper les feuilles), et le darwinisme y ajoute la sélection naturelle (ce n’est pas parce que les girafes ont tendu le cou, mais parce que ce sont les plus grandes girafes qui ont pu le mieux survivre, et donner une descendance).
    Le darwinisme est donc la complémentation de l’évolutionnisme lamarckien par la notion de sélection. Cette dernière théorie avait initialement été imaginée par Cuvier, qui s’opposait à Lamarck. Pour Cuvier les espèces disparaissent et apparaissent avec les différentes crises. Le travail de Darwin est en fait la réconciliation des deux théories.
    Si l’on se limite à cet aspect du travail de Darwin, il n’y a pas de contradiction avec un Dieu créateur. La contradiction avec le créationnisme provient à mon sens d’une interprétation trop poussée de ce travail qui lui a fait dire plus que de raison. Et qui a mené de leur côté les créationnistes à se bloquer également sur un sens très littéral de la Bible.

  6. Vous reprenez la traduction du Monde « dessein intelligent » pour intelligent design, or la bonne traduction est : « conception intelligente » !
    @ BP : Tout à fait d’accord avec vous. L’évolution oui, le hasard non. C’est ce qu’a dit JP II.
    Mais le mot hasard a été mis par les hommes pour désigner un fatum qu’ils ne connaissent pas. Or si dans certains cas, Dieu se cache derrière le mot hasard, tout s’éclaire

  7. Les mécanismes darwiniens ne sont capables d’expliquer que la micro évolution, mais pas du tout la macro-évolution. Extrapoler de l’une à l’autre est un acte de foi (originairement antithéiste) mais que malheureusement la quasi totalité des intellectuels catholiques assument plus ou moins. Ils le font par conformisme, pour leur carrière et aussi par ignorance.
    Savent-ils que l’un des meilleurs spécialistes du génie génétique: James A. SHAPIRO (Pr. de Biologie moléculaire / Chicago University -la 9ème au rang mondial) affirme: « Il n’existe aucun schéma darwinien rendant compte en détail de quelque système fondamental – biochimique ou cellulaire – que ce soit. Il n’y a qu’une variété de spéculation où l’on prend ses désirs pour des réalités. » et encore : « Les mutations localisées et aléatoires, (selon la formule consacrée) et les modifications graduelles des fonctions de l’individu sont incapables de fournir une explication satisfaisante des données moléculaires quel que soit le temps laissé pour opérer les changements. Il y a simplement trop de degrés de liberté dans la variabilité aléatoire et trop d’interconnexions. » et pour enfoncer le clou : « Les avocats du néodarwinisme proclament être des scientifiques, et l’on peut légitimement attendre d’eux un esprit plus ouvert et plus curieux. Au lieu de cela, ils se posent en défenseurs d’une orthodoxie outragée et affirment une inébranlable prétention à la vérité qui sert seulement à valider la critique des créationnistes suivant laquelle le darwinisme est devenu plus une foi, qu’une science. »
    Non, Shapiro n’est pas créationniste, il est athée, mais comme il ne peut nier l’intelligence à l’œuvre dans l’évolution, il en vient à réinventer l’animisme en supposant que c’est le génome lui-même qui fait sciemment du génie génétique !!
    Nos catholiques darwiniens savent-ils que notre COPPENS national, tolérant, mais très éloigné du christiannisme, écrivait dans Le genou de Lucy, (O. Jacob, 1999) « Quand on voit cinq lignées de phacochères évoluer de concert [quant à leur dentition…], on a peine à croire aux sacro-saintes mutations au hasard que la sélection va retenir parce que, par chance, elles sont justement meilleures pour la survie de l’espèce.» En 2003, dans Sciences et Vie, il se prenait à imaginer (étonnante convergence avec Shapiro): « dans les caryotypes même, un mécanisme subtil qui serait capable de recevoir l’information du milieu qui change et de s’en servir, en toute connaissance de cause, pour provoquer, dans la bonne direction, lesdites mutations. » !
    Nos Darwino-chrétiens ignorent aussi que pour d’éminents spécialistes de l' »émergentisme » (Tels Robert LAUGHLIN Nobel de physique) le Darwinisme est périmé. Il affirme (dans « A Different Universe », 2005) d’emblée : « La plus grande partie du savoir biologique actuel, est idéologique. […] j’appelle ces impasses logiques des « antithéories », par ce qu’exactement à l’opposé des théories réelles, elles bloquent la réflexion au lieu de la stimuler. » et plus précisément : « L’évolution biologique par sélection naturelle, conçue par Darwin comme une grande théorie, a fini par fonctionner plus comme une antithéorie, appelée à la rescousse pour couvrir les faillites expérimentales et légitimer des résultats qui, au mieux, sont douteux et au pire, « même pas faux ». » [c à d. hors du domaine de la science, car non falsifiables au sens Poppérien du terme].
    Laughlin adopte même un style moliéresque pour ridiculiser les darwiniens : « Les protéines défient la loi [chimique] d’action de masse ?: c’est le fruit de l’Évolution ! Un fatras de réactions chimiques donne un poulet ?: Évolution ! Le cerveau fonctionne sur des principes qu’aucun ordinateur ne peut simuler ? L’Évolution en est la cause ! »
    On pourrait aussi évoquer les tenants du « Pancomputationnalisme » tels Stephen Wolfram, pour qui l’évolution biologique (comme toute l’évolution de l’univers) n’est possible que parce que des milliards de calculs sont incessamment effectués par toutes les structures à toutes les échelles, se comportant comme des ordinateurs. (reste évidemment à savoir pourquoi et éventuellement pour Qui?).
    Bref l’hypothèse du hasard pur comme source de nouveauté dans le vivant est complètement dévaluée par la science de demain.
    Mais la phobie d’un Créateur – auquel il faudrait éventuellement rendre des comptes – reste la plus forte dans l’esprit des scientifiques.
    Les faits: sondage sur les scientifiques de la « Royal Society » en 2007 seulement ~3% croient en un Dieu personnel (et ~86% nient farouchement son existence). Or ces chiffres sont encore pires si l’on se limite aux biologistes adeptes de l’évolution darwinienne ! C.Q.F.D.

  8. En quoi l’évolution est-elle une SCIENCE ?
    Quelles preuves ? Quelles expériences ?
    L’évolution n’est en rien une science mais un DOGME.
    Depuis un siècle, beaucoup de français, dont trop de catholiques, se bercent d’illusions.
    Rappelons à cet égard que le péché originel fait parti des « vérité essentielle de la foi » de la religion catholique § 388-389 du Catéchisme de l’Eglise Catholique.
    Mgr Schönborg parle de l’évolution comme d’ une « fausse route » ( NY Times du 7 juillet / j’ai plus l’année)
    Ce qui rejoint parfaitement le NOUVEAU Testament :
    Timothée 1,4 : « (…) je t’ai recommandé de rester à Ephèse, pour interdire à certains de dévier dans leur enseignement ou de s’attacher à des récits mythologiques et à des généalogies interminables : cela mène à des recherches sans fin, plutôt qu’au dessein de Dieu qui est affaire de foi »

  9. En tout cas, à l’éducation nationale, il est INTERDIT d’avoir une autre vision de la création du monde en dehors de celle de Darwin !

  10. L’évolution et le progrès ne se discutent pas, elles sont évidentes
    On part de l’homme blanc, qui fait pitié (comme on dit dans les banlieues) avec sa femme, ses enfants,qui va à la messe, qui travaille, qui paye ses impôts etc.. et on arrive à mieux
    c’est pas difficile
    c’est comme eu j’te dis

  11. « Mais dès lors qu’on fait accepter, d’une façon prétendument scientifique, l’existence d’un concepteur à l’origine du monde, il devient facile d’appuyer des positions législatives très conservatrices, et de faire admettre certains comportements – l’homosexualité, la contraception, l’avortement – comme déviants ».
    Je rejoins Daquin car en effet ce raisonnement est irrecevable et il se retourne contre son auteur très facilement, lui ottant ainsi toute crédibilité.
    Aussi, prenez bien la règle suivante : ne jamais, jamais, jamais prendre d’exemples dans la nature (le monde animal ou végétal) pour prouver le caractère non « naturel » c’est-à-dire « contre nature » de certains comportement humain.
    En effet, que vous le vouliez ou non, il y a de nombreux cas d’homosexualité dans le monde animal, même d’inceste, de viol, et de comportement sexuels déviants et « anormaux ». De plus il y a des cas de contraception et même, oui oui, d’avortement, notamment chez la chauve souris.
    Je partage comme tout catholique les valeurs de la Vérité qui me commande de respecter la Vie. Mais, dans notre apostolat, il nous faut choisir les raisonnement et les argumentations justes en fuyant les thèses réfutable. N’oublions pas que nous croyons « Au visible et à l’invisible » c’est pourquoi il ne faut pas chercher à tout prix à prouver officiellement la vérité scientifique de nos valeurs. Au contraire, ce comportement est celui des braves gens des « Lumières ». Leur ressemblons nous ?

  12. Sans vouloir méconnaître la prééminence de la raison et de l’honneteté dans la discussion d’un tel sujet, il est vrai scientifique, il me semble que beaucoup de commentateurs font une faible part à l’intention politique qui ressort de la citation d’Olivier Brosseau.
    Peut-être n’est il pas indifférent de connaître le titre de son livre sur le sujet : « Les Créationnismes : Une menace pour la société française ? »

  13. @Vidor
    Entièrement d’accord.
    Il vaut donc mieux comparer nos comportements aux Christ plutôt qu’à ceux de Dame Nature.
    La 2ème option s’appelle d’ailleurs le Naturalisme et elle prône « les droits des animaux » à l’ONU.

  14. Comme l’origine de la femme de Caîn n’est pas clairement expliquée ainsi que d’autres passage dans la Bible. Peut on pas comme fait la science actuel déduire logiquement des choses. Si on crois que Dieu a créé toutes les créatures pourquoi ne serait-il pas capable d’en créé davantage s’Il le désirerait. Peut on ne pas trop s’attacher à la lettre et déduire que l’auteur de la Genèse n’aurait pas tout raconté. A mon avis Dieu était bien capable de créer d’autres femmes pour Abel,Caïn et Seth et que le récit ne le détaillerait pas. On déduit bien de nos jours que l’homme descend du singe sans faire l’expérience bioéthique que c’est possible en 2008(quoique l’Angl…consulter « Terra Nova,Monstre de Vichy). Et sur tout cela on a fait une théorie qui est devenu une idéologie dogmatique scientifique et malheureusement presque théologique.
    Il faut faire le lien entre la pensé que l’homme et la création vient uniquement d’un tourbillon de molécules ou microbes et la non reconnaissance d’un foetus naissant qu’on tue comme une mouche! Faite l’addition et vous avez une idéologie de mort pour légaliser le pire des crimes sur terre. Et tout cela à partir d’une conception athée de l’origine de la vie.
    Jésus avait bien des choses a apprendre a ses disciples mais leurs esprits ne pouvait le supporter! N’en est-il pas ainsi pour tout les hommes devant les mystère pas encore expliqués de notre planète?
    L’évolutionnisme est un dôme idéologique athée au dessus de nos têtes pour nous couper de notre filiation avec Dieu notre Père Créateur.

Publier une réponse