Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Pour vraiment gagner, l’alliance entre RN et Reconquête sera indispensable pour les prochaines législatives

Pour vraiment gagner, l’alliance entre RN et Reconquête sera indispensable pour les prochaines législatives

Analyse intéressante sur la victoire relative du Rn et le rôle que pourrait ou devrait jouer Reconquête à l’avenir :

Depuis ce dimanche 19 juin et la divine surprise qui a propulsé 89 députés RN à l’Assemblée et infligé un camouflet à Emmanuel Macron, la famille RN est sur un petit nuage. Pour un peu, on croirait que le RN et Marine Le Pen ont gagné ces élections (…) Mais si l’on redescend du nuage et que l’on regarde les chiffres, la « victoire » RN est bien relative.

En sièges, rappelons que c’est bien Ensemble qui a obtenu le plus de députés et une majorité relative de 245 députés, que la coalition de gauche a réussi son pari en en faisant élire 133 et que le RN arrive 3e, avec 89 députés. Certes, c’est un progrès mais, pour un parti qui a deux fois été finaliste à la présidentielle et obtenu 41,5 % et 13 millions de voix au second tour, on peut aussi considérer que c’est décevant.

Mais la victoire des 89 est aussi relative en soi. Plusieurs d’entre elles se sont jouées à quelques voix. Un plus grand nombre (33 !) ont été acquises pour faire barrage à NUPES. Mélenchon a été un excellent carburant pour le RN (…)

Cela pour rappeler cette évidence que le scrutin majoritaire à deux tours nécessite, pour bénéficier de son coefficient démultiplicateur et l’emporter, de réaliser le score le plus haut au premier et donc d’avoir noué des alliances pour pouvoir se maintenir dans le maximum de circonscriptions. Macron et Mélenchon l’ont bien compris. Une alliance comparable avec Reconquête aurait apporté au RN un réservoir de voix et un surplus d’élus. C’était l’argument d’Éric Zemmour et de Marion Maréchal. Georges Michel s’étonnait, il y a quelques semaines, des projections qui donnaient 148 députés RN-Reconquête avec une alliance dès le premier tour : la victoire des 89 députés RN confirme que c’était possible, car un rassemblement des deux forces augmentait mécaniquement le nombre de circonscriptions où elle aurait pu se maintenir (qui n’était que de 208 dimanche dernier), et donc l’emporter.

Ce réservoir a d’ailleurs bien souvent permis certaines victoires du RN dimanche. Le cas du Var est emblématique : le RN y aurait-il réalisé son quasi-grand chelem si la campagne de Zemmour, très active dans le département, et ses scores du premier tour n’y avaient pas constitué cette réserve indispensable pour briser le plafond de verre ?

Cette occasion manquée de 2022 devrait faire réfléchir les deux camps patriotes, et rapidement, puisque, comme l’ont prédit Jean-Marie le Pen sur BFM et quelques autres, une dissolution dans les mois qui viennent est possible, vu l’absence de majorité et la gravité des problèmes que le pays va devoir affronter après les avoir occultés pendant six mois de campagne. Le RN aurait donc tort de s’endormir sur ses lauriers et de tenir le zemmourisme pour un adversaire, et un adversaire anéanti. Lequel aurait tout aussi tort de s’abîmer dans des règlements de comptes.

Chacun doit rapidement faire fructifier ses atouts nouveaux : élus et implantation durable pour le RN, parti dynamique et jeune pour Reconquête. Leur alliance sera indispensable, quel que soit le mode de scrutin des prochaines législatives. Car il se pourrait bien qu’Emmanuel Macron, pour tenter d’amadouer la nouvelle Assemblée, propose d’instaurer la proportionnelle. Invariablement réclamée par le RN, qui vient de découvrir qu’il pouvait très bien gagner sans, elle est en fait la revendication de ceux qui ne jouent pas – ou plus – dans la cour des grands. Ce n’est plus le cas du RN et il n’est pas certain qu’il ait intérêt à soutenir ce projet.

Il ne s’agit pas de nier le succès du RN mais de préparer les victoires à venir.

Partager cet article

10 commentaires

  1. Excellente considération. RN et Reconquête! sont complémentaires.

  2. Reconquête! est une machine à perdre et qui a tout perdu.
    Depuis ces défaites, nombreux sont ses cadres à avoir quitté le navire ne supportant plus la main mise et l’omniprésence de Sarah Knafo.

    En fait, Zemmour pour en revenir à lui, n’est qu’un mélange de vieilles recettes allant du Général Boulanger à Pierre Poujade, en passant par Maurice Barres qui voyait, lui aussi, le grand remplacement mais par les juifs (oups). Sans oublier ce cher Maurras de l’action Française dont Zemmour ne cesse de copier / coller mot pour mot certaines de ses idées nauséabondes. Bref. Zemmour à joué, il aa perdu. Le RN n’a pas besoin de lui, la preuve.

    • ah bon, et Zemmour a appelé à voter RN à la présidentielle et aux législatives 2° tour, avec des raisonnements comme le votre nous serons un très grand nombre à aller à la pêche plutôt que d’aller soutenir un candidat RN. Quant aux idées nauséabondes vous feriez bien de les énumérer et pour ce qui est du grand remplacement si vous ne le voyez pas soit vous vivez au fond des bois, soit il serait grand temps que vous alliez voir votre oculiste!!! Reconquête une machine à perdre et qui a tout perdu sauf que c’est le parti qui a le plus d’adhérents, bizarre non, et que les journalopes de la télé deviennent de vrais journalistes au lieu d’être des agents du KGB et Zemmour aurait fait plus de voix que la Marine

    • Hé hé ! Je vous conseille de lire l’article suivant du Salon Beige : “Les députés RN n’excluent pas de recruter des attachés parlementaires parmi les jeunes de génération Z”, et d’y réfléchir …

    • a) Pouvez-vous citer, en France, un parti politique, non issu d’un parti antérieur, qui en moins d’un an fait 7% aux Présidentielles et 4% aux Législatives?
      Ne me dites pas “Le Front National”.
      Le Front National, créé en 1972, “aux élections législatives [de 1973] le Front national obtient 1,32 % des suffrages exprimés”.
      En 1974, à l’élection présidentielle “Jean-Marie Le Pen n’obtient, le 5 mai, que 0,75 % des suffrages”
      N’enterrez pas trop vite Éric Zemmour, son équipe et son parti.
      b) “Le RN n’a pas besoin de lui, la preuve.” Alors pourquoi ce parti essaie-t-il, et visiblement puisque l’on en parle beaucoup, de débaucher des jeunes de Génération Z ou de Reconquête! s’il peut compter sur ses seules ressources?

    • L’emploi du mot “nauséabond” démasque ici un troll !

  3. Zemmour dès ses premières apparitions dans l’émission de Christine Kelly, a été un adversaire acharné contre Marine Le Pen et contre le RN. Depuis des décennies, il s’est fait connaître par ses nombreuses polémiques anti-arabe et anti-islam. Aussi il a été promu par CNEWS pour tailler dans l’électorat du RN qui pour eux, n’était pas assez libéral, trop populiste. (Pour Salon Beige il s’agisait d’autre chose: pas assez catho, pas assez anti-LGBT). Au cours de la campagne présidentielle, Zemmour a fait porter ses arguments deux fois plus contre Marin Le Pen que contre Macron. Le bouquet final a été la campagne de débauchage de certains cadres du RN, un vrai coup de Trafalgar! Mais cela a eu un avantage, celui d’expurger le RN de ces cadres portés à la trahison sous différents prétextes et influences.
    En promouvant Zemmour, Salon Beige a fait un mauvais choix, (comme beaucoup de cathos, il fait toujours le mauvais choix). Dans cet article certains essayent de repêcher le chat mort. C’est inutile, les électeurs ont compris!

    • La question soulevée est : Zemmour est-il un satellite du système pour contrer le R.N. ou un conservateur sincère qui permettra de faire une alliance des droites indispensable pour espérer conquérir le pouvoir.
      Les seuls arguments avancés plaidant pour la première option sont ses relations avec le système et en particulier le prêt du financement de sa campagne par JP Morgan. Ce n’est en rien une preuve de quoi que ce soit. Il faudrait interroger Bolloré sur ce point, mais ce n’est pas parce que l’on réussit dans les affaires que l’on est forcément mondialiste et heureusement.
      Par contre, son histoire littéraire et politique laisse davantage penser qu’il est devenu conservateur, car il ne l’était pas dans sa jeunesse.
      Le ralliement à son projet des cadres les plus conservateurs du R.N. qui a par contre abandonné en rase campagne les sujets chers aux catholiques quand ce n’est pas les insulter (défense de la famille, défense des uses et coutumes y compris la Tradition alors qu’il n’est pas catholique) rend la première hypothèse improbable. Qui irait penser que Marion Maréchal, Nicolas Bay, Damien Rieu ne soient pas suffisamment informés pour s’allier à un mondialiste déguisé ou pire feraient partie du “système” ?
      Ses attaques contre MLP étaient davantage contre sa stratégie isolationniste assurant un ticket perdant que contre sa politique. Si elle a eu un succès au législatives elle est encore loin de faire la pluie et le beau temps dans le pays.
      Si on l’écoute un tant soit peu, il souhaite faire l’alliance des droites, soit plutôt leur donner du poids que leur en enlever.
      D’autres préfèrent se contempler dans l’entre-soi et finalement se complaire dans la soumission à ce qu’ils croient combattre par des controverses sans lendemain et se contenter de quelques miettes si grosses soient-elles.

  4. Pauvre général BOULANGER bien oublié mais surtout élu contre la corruption , formidable POUJADE des débuts tribun exceptionnel défenseur des petits commerçants ,MAURRAS a servi de lecture à bien des hommes politiques mais rien à voir avec ZEMMOUR qui n’est ni monarchiste ni germanophobe .Mais non le RN a besoin de ZEMMOUR (Marin devrait lui envoyer des fleurs dixit ONFRAY)et aura besoin d’un LR qui dispose de solides atouts ,de Reconquête dont la jeunesse sera l’avenir. BOULANGER qui faillit emporter l’Elysée se suicida sur la tombe de sa maitresse , POUJADE fit trembler la république et disparut , TOUT PASSE RESTONS MODESTES ..

  5. Belle démonstration sur le papier, sauf que dans le réel cela ne fonctionne pas comme ça, surtout de la part d’une droite qui ne travaille pas, qui ne parle qu’à des populations ou fantasmées ou imaginaires, ou qui sont déjà acquises au macronisme depuis longtemps…
    Zemmour et tous les cadres en rupture de ban qu’il a séduit l’ont appris à leurs dépends, et d’ailleurs, cet échec sans appel était largement prévisible…
    Quand on fait des plans sur la comète en totale méconnaissance des réalités et problématiques de la société d’aujourd’hui, quand on véhicule les idées les plus rétrogrades et réactionnaires en s’étonnant ensuite que cela n’a pas le moindre échos en dehors de certains cénacles restreints de centre-ville, quand on s’adresse en monothématique à des classes fantômes ou des catégories de population qui n’existent pas (la fameuse “bourgeoisie patriote”…), et en laissant l’électorat populaire et ouvrier être, pourtant très mollement, travaillé par le RN, et de façon plus sérieuse par la gauche LFI, il ne faut pas s’étonner des résultats, sans même évoquer des taux d’abstention qui demeurent gigantesques : vos thématiques et vos idées telles qu’elles sont présentées n’impriment pas la société, n’intéressent pas, comment en serait-il autrement puisque les sujets qui intéresseraient l’opinion ne sont pas travaillés sérieusement, ou sont tout bonnement escamotés derrières des vieilles idées d’hier (ex: l’éducation, l’écologie, etc…) …
    Bref, vous n’avez tout simplement pas de programme politique, si ce n’est que vous voulez le programme économique de Macron sans ses conséquences migratoires et sociétales… Le seul problème, c’est que le macronisme est cohérent, pas vous… La preuve en est que ce n’est pas vous que la haute bourgeoisie va sponsoriser : c’est Macron, et que des supplétifs d’extrême droite, elle n’en a tout simplement pas besoin…
    Vouloir unir les droites semble pour certains une fin en soit, alors que la seule question est : pour quoi faire ? Pour quel programme, quelles propositions, quelle vision de l’avenir et quels choix de société ? Quoiqu’on pense de la gauche, au moins elle apporte des réponses, ce que la droite ne fait toujours pas, hormis bien sûr de se plaindre des conséquences dont elle chérit les causes… Tant que vous ne l’aurez pas compris, les mêmes causes produiront toujours les mêmes effets… Les victoires électorales se construisent en allant vers les vrais gens, vers la société, la prendre telle qu’elle est, et bien sûr faire des propositions qui soient en phase avec la réalité de ce que pensent et vivent les gens… Pour l’instant seule une partie de la gauche (et les souverainistes…) font ce travail ingrat, avec des résultats pour l’instant bien en dessous de ce qu’ils devraient être… Le jour où les abstentionnistes ressortiront, probablement à la faveur de nouvelles offres, pas sûr que ce soit pour la droite quelle que sera son incarnation et ses étiquettes…

Publier une réponse