Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement

Pologne : la campagne pro-avortement financée de l’étranger

C'est l'analyse de Réinformation.tv :

Images-18"Pour les mouvements pro-vie en Pologne, c’est la menace des violences civiles qui aurait fait reculer la chambre basse du Parlement. Mercredi 5 octobre, la proposition de loi visant à interdire l’avortement a été rejetée par 352 députés contre 58 pour et 18 abstentions. La mesure était pourtant populaire, les sondages lui donnaient raison, mais le pays s’est vu traverser de manifestations brutales, pleines d’animosité et de haine, « Czarny Protest » (« Protestation noire »), qui les ont fait céder.

Si l’on raconte partout comment les femmes, les Polonaises , ont fait « plier » le gouvernement, l’affaire est plus complexe : la fronde aurait été orchestrée et financée de l’étranger – le nom de « Soros » revient encore et toujours

« Les politiciens n’avaient pas le choix », selon Lech Kowalewski, à la tête de « Human Life International ». « Ils ont été mis au pied du mur, à cause de la montée de la violence qui s’est généralisée dans les rues, des deux côtés ». Pour un autre membre du mouvement, c’est clair : « Ce fut une campagne financée par des sources extérieures, en Pologne, pour saper la démocratie et la souveraineté polonaise ».

Dans le viseur : George Soros et d’autres, du même métal.

« L’agression fanatique et la haine que nous avons vu dans les manifestations ont été alimentées et provoquées par l’argent des gens comme George Soros », a déclaré Kowalewski. « Soros veut créer en Pologne un nouveau « Maïdan ukrainien » pour se débarrasser du gouvernement conservateur, sans laquelle il n’y aura pas de réformes positives. »

[…] La propagande se fait principalement à destination des jeunes, via les radios et autres médias susceptibles de les atteindre. Beaucoup de ces derniers ont, en effet, été rachetés par des étrangers, en particulier par le milliardaire mondialiste Georges Soros qui a investi dans le groupe médiatique polonais, « Agora », propriétaire, entre autres du journal « Gazeta Wyborcza » et de la station de radio « Tok FM », deux médias gaucho-libertaires très anti-PiS. […]"

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services