PMA : le silence de la ministre qui en dit long sur les vrais projets du gouvernement

Jacqueline Gourault, ministre auprès du ministre de l’Intérieur, a dû botter en touche, lorsqu’un journaliste lui a demandé sa position sur l’ouverture de la PMA aux femmes célibataires et aux couples de lesbiennes. La raison est simple : elle s’était fermement opposée au “mariage” pour tous et à la PMA qui conduirait à la GPA…

Mais si la ministre s’est montrée embarrassée, c’est sans doute parce que des convictions sur le sujet, elle en a. Des convictions qu’elle n’a d’ailleurs pas hésité à exprimer par le passé. Sauf qu’elles sont désormais en contradiction avec la promesse présidentielle.  

Sur son blog en 2013, relève Marianne, celle qui était alors sénatrice Modem du Loir-et-Cher affirmait sa nette opposition à la PMA. Son ouverture, écrivait-elle, “entraînerait indéniablement, au nom de l’égalité entre les couples de femmes et les couples d’hommes, la légalisation de la gestation pour autrui (GPA)“. Or, la GPA, selon la ministre, “provoquerait des risques de dérives mercantiles qui s’opposent totalement à la liberté de la femme et à la notion de famille telle que je le conçois“.  

Comme le rappelle Le Figaro, Jacqueline Gourault s’était également opposée en 2013 au mariage pour tous, appelant plutôt à faire évoluer le Pacs “vers une nouvelle forme d’union civile”. 

Laisser un commentaire