Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Plus l’abstention croît, plus la technocratie (« française » ou bruxelloise) renforce son influence

Plus l’abstention croît, plus la technocratie (« française » ou bruxelloise) renforce son influence

De Guillaume de Thieulloy dans Les 4 Vérités :

[…] Mais il faut noter aussi que plus les Français délaissent la politique, plus la technocratie (« française » ou bruxelloise) renforce son influence: c’est un cercle vicieux.

Cette abstention a également un autre effet pervers surprenant: alors que la droite est quasiment absente du débat, il est facile de constater que la gauche ne réunit pas beaucoup plus de voix qu’en 2017. Le bloc socialo-écolo-communiste réunissait 6,9 millions d’électeurs au premier tour des législatives de 2017 (contre 7,7 millions cette année). Tandis que les macronistes réunissaient 7,3 millions d’électeurs (contre 6,1 millions cette année). Les deux phénomènes importants de ce premier tour de 2022, loin de manifester un enthousiasme pour l’extrême gauche, sont donc d’une part la plus grande abstention relative des électeurs de droite et d’autre part le transfert, au sein du bloc de gauche, de la social-démocratie vers l’extrême-gauche. L’évolution du PS est symptomatique de ce dernier point: alors que la plupart des électeurs socialistes avaient voté LREM en 2017, le PS vient de faire allégeance à Mélenchon.

En attendant, les règles électorales et la claque prise par les électeurs de droite aux dernières présidentielles ont fait leur œuvre. Globalement, Ensemble arrive au second tour dans 421 circons- criptions, la Nupes dans 384, le RN dans 207 et les LR dans 89. L’essentiel du « débat » se déroule pour ce second tour entre la gauche et l’extrême gauche, je veux dire entre Ensemble et la Nupes.

Les règles électorales (maintien au second tour pour les candidats ayant réuni plus de 12,5 % des inscrits), qui avaient été votées par l’UMP pour renforcer sa mainmise sur le pays en évitant les triangulaires (alors favorables à la gauche), auront été paradoxalement fatales à la droite: on ne compte pas moins de 272 duels entre Ensemble et la Nupes. Mais l’objectif affiché a été atteint: seules 8 circonscriptions connaîtront des triangulaires. Ailleurs, nous aurons des duels. Il faudra notamment regarder de près les 58 duels RN-Nupes. Où l’anti-communisme et l’anti-wokisme seront les seules chances de l’emporter pour le candidat RN, en ralliant tous les électeurs de droite.

Plus généralement, il faudra scruter les transferts de voix. Selon les résultats, les stratégies des uns et des autres pourraient changer assez radicalement dans les prochaines années. En particulier, si mon intuition est juste et que les électeurs mélenchonistes boudent les candidats RN au second tour, le RN pourrait chercher plutôt à réaliser une coalition analogue à la Nupes, mais à droite. D’ici là, il y a fort à craindre que nous devions boire le calice jusqu’à la lie et que les délires de la gauche ne nous pourrissent encore plus la vie après 2022 qu’avant – en souhaitant
que les poignées de députés RN et LR puissent éviter le pire!

Partager cet article

9 commentaires

  1. J’ai peur de mal comprendre : tous nos maux viendraient-ils des abstentionnistes ???

    Au lieu de réfléchir sérieusement sur les causes réelles de votre mésaventure, vous pointez le bouc émissaire. Discours typiquement conservateur. On comprend qu’en 233 ans, l’action politique se délite.

    Pour vous encourager : vous n’en n’êtes pas à votre dernière désillusion, le pire est à venir pour vous car vous ne le voyez pas.

    BRAVO !!!

    • Suivez plus souvent les articles du Salon Beige cher PierreMontamat,vous verrez(votre serviteur qui vous écrit ce message en tête !)que nous sommes aussi critiques à l’égard de nos adversaires qu’objectifs à l’égard de ceux qui représentent nos idées.

      • Bon, c’est entendu, je vais être plus attentif à l’avenir, c’est promis.

        Mais j’aimerais avoir une réponse claire; car si vous éprouvez le besoin d’être critiques, merci, cher Augusto, de m’expliquer un peu plus.

        Je vous assure que je peux comprendre. Et que je ferais l’effort si tant est qu’il y a de la matière…

        Je vous en ai fourni un peu. Détrompez-moi si ma compréhension est erronée.

  2. “le PS vient de faire allégeance à Mélenchon” : quel PS ? il n’existe plus !
    Quant aux LR, soit ils rejoindront LREM, si ce n’est fait, soit ils seront esseulés, jusqu’à la réflexion qui les accrochera au RN ou à ses satellites
    Avec ça, le quinquenat peut débuter en fanfare

  3. Guillaume dit : “que les délires de la gauche ne nous pourrissent encore plus la vie”. Exactement il faut éviter que le gamin-fou ait de nouveau une majorité absolue. Il faut donc voter nupes pour cela quand il faut éviter que LREM gagne un siège. Notre ennemi c’est ‘la majorité absolue à Macron’ pendant cinq ans. Si c’est ingouvernable il y aura dissolution.

    • Macron aura quoi qu’il arrive une majorité.
      Sur les sujets économiques, il aura le soutien des députés LR.
      Sur les sujets progressistes sociétaux, de 95% de l’assemblée.
      Tout ceci n’est qu’une comédie dont le but est juste de s’attirer un maximum de subvention pour son parti. Celle-ci dépendant du nombre d’élus.
      Par conte la gueguerre politique pour la suite entre Nupes et Renaissance qui devrait plutôt s’appeler re-mort aura bien lieu.

    • Très belles convictions que les vôtres qui finissent en calcul ‘politique’ : bravo !

      Voilà où en arrive à négocier ses ‘idées’ ! Vous frétillez à l’idée de jouer le jeu : pauvre de vous.

      Regardez plutôt qu’ils organisent le chaos car ils savent que l’UE gouverne en vérité.

  4. Une coalition avec le R.N. c’est totalement impossible. Qu’ils arrivent à s’unir eux-mêmes serait déjà un miracle.
    Les gênes de l’extrême gauche sont les coups d’Etat sanglants, alors que les gênes de LREM sont les coûts d’Etat sans gants. Nous allons assister à une lutte de pouvoir entre Renaissance et Nupes où ils vont chercher à se détruire mutuellement dans la perspective de la prochaine échéance et du pouvoir mondial et ce sont les Français qui feront les frais de la surenchère. Le dictateur Macron fort avec les faibles et faible avec les forts va trouver une opposition de principe plus dictatoriale que lui (la France insoumise n’est pas un hasard) et ça va mal finir pour tout le monde.
    Hé, forcément ! comme dirait Bourvil qui ne reconnaitrait plus sa France.
    La république est morte ! Vive le Roi !

  5. Non , l’abstention croît parce que l’UE s’est faite au préjudice de la souveraineté nationale,
    au préjudice de la démocratie ,
    et au mépris de la volonté populaire.

Publier une réponse