Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement

Planned Parenthood sort une application pour avorter en ligne

Planned Parenthood sort une application pour avorter en ligne

Rien ne les arrête contre l’enfant à naître :

Alors que la Big Tech est occupé à bannir les points de vue conservateurs dans les médias numériques et sociaux pour de prétendues violations de leurs “normes communautaires”, ils s’empressent de promouvoir l’agenda extrême de la gauche, y compris l’avortement. En fait, Planned Parenthood a lancé une nouvelle application pour aider les femmes qui “font une erreur” et ont des rapports sexuels non protégés à s’assurer qu’elles n’auront pas de bébé. L’application s’appelle Planned Parenthood Direct et promet par euphémisme de fournir aux femmes une “contraception d’urgence”.

Planned Parenthood promet aux femmes que si elles prennent la pilule Ella (acétate d’Ulipristal) dans les cinq jours suivant un rapport sexuel non protégé, leurs chances de “tomber enceinte” diminuent de 85 %. Leur application Planned Parenthood Direct est conçue pour leur faire parvenir Ella le plus rapidement possible, idéalement en une nuit. Et au cas où quelque chose pourrait interférer, elles encouragent les femmes à se procurer Ella à l’avance et à le garder dans leur armoire à pharmacie – “au cas où”.

Ella nécessite une ordonnance, ce qui implique généralement qu’une personne soit examinée par un prestataire de santé ayant la formation médicale nécessaire pour évaluer les conditions de santé et l’autorité légale pour rédiger des ordonnances. Mais l’application Planned Parenthood Direct évite ce problème en fournissant à la femme une ordonnance directement via l’application. Tout ce que vous avez à faire, c’est de répondre à quelques questions, de télécharger une photo selfie confidentielle, de saisir les informations relatives au paiement et… voilà… votre “contraception d’urgence” sera en route. Commandez avant 13 heures du lundi au jeudi, et votre commande vous sera livrée le jour suivant.

L’application part du principe que l’utilisateur fournit des informations exactes, mais que faire si ce n’est pas le cas ? Par exemple, que se passe-t-il si une jeune fille mineure souhaite obtenir une “contraception d’urgence” via l’application ? Il semble qu’il lui suffise d’entrer une date de naissance qui la fait paraître plus âgée. Mais cela suffit pour le Planning Familial. Ils disent aux utilisateurs : “Dans certains cas, les réponses que vous donnez ici seront la seule source d’information que nos prestataires utiliseront pour vous évaluer et vous traiter.” Ils savent que les mineurs seront tentés d’utiliser leur application car ils indiquent clairement qu’ils s’attendent à ce que “les informations que vous donnez soient véridiques, notamment : votre localisation ; vos informations de santé ; votre âge”.

Si l’on met de côté le risque d’une mauvaise utilisation de l’application par des jeunes filles mineures, toute personne réfléchie peut aisément constater que l’acceptation de la description d’Ella par le Planning familial comme “contraception d’urgence” exige une suspension volontaire de l’incrédulité. Après tout, pratiquement tout le monde s’accorde à dire que la conception a lieu lorsque le sperme féconde un ovule et qu’à partir de ce moment précis, la femme est enceinte. En quelques heures, son corps commence à subir des modifications pour permettre à l’être unique conçu de vivre et de se développer dans l’utérus de la femme. Vous ne pouvez pas “empêcher une grossesse” cinq jours après qu’elle ait déjà eu lieu. Cela s’appelle un avortement, et c’est ce que le Planning familial promeut en réalité. C’est une application pour l’avortement.

Planned Parenthood sait que vendre des prestations d’avortements via son application rebute la plupart des femmes. C’est pourquoi ils prétendent que la pilule Ella est un contrôle des naissances. Ils se donnent beaucoup de mal pour essayer de convaincre les femmes qu’elles ne sont pas complices de l’avortement en prenant Ella, en leur disant : “La contraception d’urgence est un contrôle des naissances, pas un avortement. Elle ne met pas fin à une grossesse – elle l’empêche.”

Comment peut-on dire qu’une femme dont l’ovule a été fécondé par un spermatozoïde n’est pas enceinte ? Cela nécessite le même type de manipulation de la logique et du langage que Bill Clinton a utilisé pour défendre sa déclaration sous serment selon laquelle il n’y avait rien entre lui et Monica Lewinski. “Cela dépend de la signification du mot ‘est’.”

Planned Parenthood soutient qu’il y a trois étapes dans la conception – l’ovulation, la fécondation et l’implantation. Ce n’est qu’après l’implantation de l’embryon (qu’ils appellent “amas de cellules” pour ne pas laisser penser qu’il s’agit d’un être humain) dans la paroi de l’utérus qu’ils considèrent que la femme (ou, dans le jargon actuel, la “personne qui accouche”) est enceinte.

Malheureusement, le Planning Familial bénéficie de la couverture d’une association médicale de premier plan dans sa déformation du moment de la grossesse. L’ American College of Obstetrics and Gynecology (ACOG) fait la même affirmation absurde, rejetée par l’écrasante majorité des médecins obstétriciens et des gynécologues. En fait, une enquête menée auprès de plus de 1 000 gynécologues-obstétriciens et publiée dans l’American Journal of Obstetrics and Gynecology a révélé que seuls 28 % des gynécologues-obstétriciens acceptaient la définition de l’ACOG concernant le début de la grossesse. Quelque 57 % des professionnels pensent que la conception commence au moment de la fécondation, tandis que les autres sont incertains.

Pourquoi l’ACOG promeut-elle la position du Planning familial selon laquelle la grossesse se produit avec l’implantation, alors que les membres de sa propre profession rejettent massivement cette position ? La réponse est simple : Les gynécologues obstétriciens sont ceux qui pratiquent la plupart des avortements dans le pays. Et comme l’a dit l’auteur de l’étude, si l’on considère que la grossesse commence à la fécondation, “alors on peut comprendre que toute technologie qui empêche l’implantation est problématique.”

Lorsqu’un embryon est retiré de la paroi de l’utérus, l’endomètre, il est avorté. Cela peut être fait médicalement par des médicaments comme la RU-486. De même, lorsqu’un embryon est empêché de s’implanter dans l’endomètre, il est avorté.

Planned Parenthood affirme qu’Ella agit en empêchant l’ovulation d’un ovule et donc la fécondation. Cependant, des experts médicaux tels que ceux de Drugs.com affirment qu’Ella “peut également rendre plus difficile la fixation d’un ovule fécondé dans l’utérus”. En outre, la notice d’Ella, approuvée par la FDA, indique que “les altérations de l’endomètre susceptibles d’affecter la nidation peuvent également contribuer à l’efficacité”.

Un certain nombre d’organisations de recherche pro-vie à but non lucratif, dont l’Institut Charlotte Lozier, indiquent que l’Ella et la RU-486 ont des propriétés chimiques similaires. Toutes deux sont des antagonistes de la progestérone qui agissent en bloquant les récepteurs de la progestérone dans l’endomètre. “Cette action peut empêcher l’endomètre de devenir capable de recevoir et de nourrir l’embryon”, rapporte l’Institut. Une note d’information publiée par le Family Research Council, citant de nombreuses autorités médicales à l’appui de ses déclarations, affirme sans ambages : ” Ella peut provoquer un avortement… Ella peut provoquer la mort d’un embryon déjà implanté dans l’utérus de sa mère, en plus d’empêcher l’implantation après la fécondation. “

Il est regrettable que les femmes soient trompées sur la nature de la pilule Ella de “contraception d’urgence”. Contrairement à ce qu’ils affirment, Planned Parenthood ne fait pas la promotion du “contrôle des naissances” par le biais de son application, mais bien de l’avortement. Si leurs “normes communautaires” ont un sens, les plateformes Big Tech devraient envisager d’interdire cette application ou, au minimum, exiger que les femmes reçoivent un avertissement clair avant de s’inscrire pour recevoir la pilule abortive Ella. Mais la protection des femmes contre la désinformation provenant de l’application Planned Parenthood Direct n’est pas jugée nécessaire par les “normes communautaires” de la technologie. Au lieu de cela, leurs normes les amènent à interdire la promotion d’informations provenant de groupes pro-vie comme Live Action et Heartbeat International sur la façon dont les femmes qui éprouvent des regrets immédiats après avoir pris la pilule abortive pourraient envisager d’inverser les effets de la pilule. Faire cela insiste Google et les autres géants de la Big Tech, c’est de la “désinformation”.

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services