Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Plainte de 52 veilleurs contre les forces de l’ordre pour «faux en écriture publique»

Comme l'explique ce très bon article du Figaro.

Partager cet article

10 commentaires

  1. Problème : une sentinelle parisienne vient de me dire que la gender-armerie n’acceptait plus d’enregistrer les plaintes. A qui va-t-on se plaindre, alors ? A la Cour Européenne des Droits de l’ Hom(osexuel) ?

  2. Des moments comme celui-ci peuvent faire comprendre que nous sommes les plus nombreux et que notre détermination suffira à faire tomber ce système malsain.

  3. Il faut porter plainte directement au procureur qui étant “du siège” ne reçoit pas d’ordre du gouvernement.

  4. Les veilleurs gênent l’Ambassade des états-unis semble-t-il !

  5. Nous n’avons pas besoin de commissariat pour porter plainte, les avocats peuvent le faire directement auprès du procureur.
    Puis, il y a la cours de justice européenne comme autre recours.

  6. Plainte par courrier simple ou recommandé adressé au Procureur de la République du Tribunal de Grande Instance de votre domicile qui peut : vous faire entendre par le service de police ou de gendarmerie compétent au lieu de votre domicile ou, plus simplement, classer sans suite votre plainte.

  7. @Jean-Claude
    Ces rafles hors la loi sont organisées et menées avec l’appui du Procureur !
    De plus c’est lui qui classe les plaintes…
    Vous vous croyez dans un État de Droit ????

  8. Un procès-verbal apparaît comme une écriture publique et peut, en cas de faux en son sein et d’intention frauduleuse de la part de son auteur, entraîner l’application de l’article 441-4 du Code procédure pénale au même titre d’une décision de justice (Cass. crim., 23 septembre 1880, cass. Crim., 31 mars 1949, Cass. Crim., 23 septembre 1842, notamment).
    La cour a d’ailleurs admis que le faux en écriture publique commis par une personne agissant dans l’exercice de ses fonctions soit une circonstance aggravante. La peine encourue passe alors, selon l’article 441-4 du Code de procédure pénale de dix à quinze ans de réclusion criminelle. Le faux entaché d’intention frauduleuse de son auteur entraîne une qualification criminelle et non délictuelle.

  9. Contrairement à ce que dit monsieur ou madame “Heurtebise”, le procureur n’est pas juge du “siège”, mais du parquet, contrairement à son confrère, le juge d’instruction !

  10. Mea culpa maxima culpa, merci Lanne de me faire remarquer que j’ai confondu procureur et juge d’instruction!
    Il s’agit dès lors d’une plainte avec constitution de partie civile. Toute fois il faut remplir les 2 conditions cumulatives suivantes : avoir déjà déposé une plainte simple,et posséder un courrier du procureur de la République informant de son refus d’engager des poursuites.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services