Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Philippe de Villiers et Sos Racisme (2)

Le groupuscule demande à Philippe de Villiers de retirer sa plainte. Sans doute Sos Racisme sait qu’il a déjà perdu son procès… même si on sait que son arrogance n’a pas de limite :

Pdv2602"SOS Racisme demande solennellement à Philippe de Villiers de retirer sa
plainte et de cesser dès aujourd’hui toute provocation inutile sur ce
sujet d’une extrême gravité".

Car il est entendu que la provocation est du côté de Philippe de Villiers:

"M. de Villiers avait été prévenu, notamment par voie de presse, que sa
présence ne serait pas tolérée dans le carré de tête en raison de ses
positions plus que douteuses sur l’immigration et l’islam…
Compte tenu de la médiatisation de cette triste polémique, il se trouve
en France plus de dix millions de témoins qui peuvent attester
qu’aucune violence n’a été utilisée contre Philippe de Villiers. Les
seules bousculades dont il a pu être victime ont été le fait des forces
de l’ordre lors de son évacuation
".

La mauvaise foi de Sos Racisme touche le fond : la vidéo de France 2 montre le contraire.

Lahire

Partager cet article

12 commentaires

  1. Les positions de Villiers sur l’immigration et sur l’islam ne sont pas “douteuses”, elles sont claires.
    J’espère que PDV ne retirera pas sa plainte.

  2. N’est pas JMLP qui veut! C’est malheureusemen juste un bon coup de pub pour PdV…

  3. Qui a jamais cru en la bonne foi de SOS Racisme? du Mrap? de la Licra? de la Ligue des droits de “l’Homme”? toutes ces officines n’ont pour but que de promouvoir la déchéance de la Nation et de détruire toute veilleité de Résistance indigène.
    Encouragées par les entreprises et les lobbies financiers mondialistes et les media aux mains des mêmes, ce sont des organisations de basses oeuvres, destinées à éradiquer nos frontières, nos terroirs, nos identités, notre Foi.
    Villiers découvre ce que Le Pen endure depuis des années; bienvenu chez les parias!
    Il serait temps que le peuple français se réveille et affronte la réalité en face au lieu de la fuir et de se plonger aveuglément dans le consumérisme.

  4. et oui Jean-Marie lui a un service d’ordre, pas deux types fluets, pour le protéger des nervis d’extrême gauche…

  5. Quel idée d’aller se compromettre en tête du cortège avec SOS Racisme et la Licra… En tout cas, ça prouve que l’exclusion est un concept à sens unique, une équation qui marche dans un sens mais pas dans l’autre.

  6. CE QUE N’ ETAIT PAS LA MANIFESTATION DE DIMANCHE 26 FEVRIER
    Il suffit de re-visionner à tête reposée les divers JT de dimanche soir pour y lire, à peine cryptées, toutes les choses qu’on n’a surtout pas voulu nous dire.
    Ce dimanche 26 février, on n’a pas manifesté contre la violence et la barbarie, mais contre la vérité. On a organisé une grand’messe aussi bruyante que possible pour étourdir vite ceux qui auraient pu avoir envie d’analyser les faits calmement et d’en tirer des conclusions de bon sens. La manif de dimanche fut tout sauf un sursaut national ou même républicain ; ce fut un déferlement de communautarisme et une cérémonie d’allégeance et de soumission. Tout sauf un rassemblement démocratique ; une terrifiante démonstration de totalitarisme, de sectarisme et d’exclusion. Ce ne fut pas un éclair de lucidité du peuple, mais la sortie d’un énorme troupeau de moutons aveugles promenés devant les caméras par les bergers politico médiatiques, criant des slogans qu’ils croyaient spontanés. Finalement, tout comme d’habitude dans la Corée du Nord d’Europe occidentale (ex-France), mais en plus grand.
    Selon les reporters, le cortège a vu « la droite et la gauche réunies » et, « le temps d’une manifestation, la France a décrété l’union nationale »… après avoir soigneusement, vers 14H45, nettoyé ce rassemblement de tout ce qu’il pouvait contenir de français et de national. Après l’éviction, par la force, de Villiers et de quelques membres du MPF, le journaliste de France 2 a eu ce commentaire aussi lapidaire que méprisant : « L’incident est clos ». Entendez : « les moustiques ont été écrasés ; le pique-nique va pouvoir commencer. » Faire descendre 100.000 personnes dans la rue, ce n’est pas difficile et ça ne prouve pas une quelconque unanimité : même la CGT (bien peu représentative dans la population) y arrive. Ce n’est pas parce qu’on est 100.000, 200.000 (ou 30.000 selon la police) et qu’on braille assez fort, que l’on représente les 60.000.000 qui se taisent.
    Un inénarrable imbécile, qu’il vaut mieux ne pas nommer ici, a osé faire, devant micros et caméras, cette déclaration : « Il y a un endroit où, aujourd’hui, on ne doit pas faire de politique : c’est ici. » Evidemment, dans les années 40, on ne pouvait pas non plus faire de « politique » dans la rue, surtout si on faisait partie des autorités collaborationnistes. Mais à l’époque, on avait au moins une liberté que l’on n’a même plus aujourd’hui : celle d’ajouter « parce que c’est interdit par les forces d’occupation. » Ainsi, selon cet aimable ahuri, le massacre d’Ilan ne serait pas un événement politique ?! Pas plus que les attaques quotidiennes, partout dans le monde, de Chrétiens et de leurs lieux de culte.
    On refuse la « récupération » politique… par le Front National ou le MPF. Il faut certainement comprendre que le PS ou l’UMP, explicitement présents, ne sont pas des partis politiques, que MM. Sarkozy, Jospin ou Cambadélis, ne sont pas des hommes politiques. Ou bien y aurait-il des partis politiques interdits dans une « démocratie » ?
    La voie publique est à tout le monde, comme son nom l’indique, et le droit de manifester librement est constitutionnel en France. Or les forces « de l’ordre » ont été hier, incapables de faire respecter ce droit. Il a été clairement dit que Philippe de Villiers avait été expulsé de la manifestation sous « protection » policière. Honte à Monsieur le Ministre de l’Intérieur et à Monsieur le Préfet de Police, qui ont laissé certains s’approprier la rue comme un lieu privé !
    Quant à la logique des représentants de la communauté juive, elle ne laisse pas de nous étonner. Monsieur Patrick GAUBERT, président de la LICRA, qui avait probablement loué le boulevard pour son usage personnel, s’est permis de décréter que M. de VILLIERS, « raciste anti- musulman », n’avait « rien à faire ici ». Les participants frontistes ont été tolérés accidentellement car, n’étant pas venus avec leur chef, on ne les a pas reconnus. Sinon, croyez bien que… (en passant : pourquoi le professeur Jean-Richard SULZER, cadre du FRONT qui a quand même été interviewé par France 2, n’en a-t-il pas profité pour affirmer sa judaïté et tordre le cou à quelques préjugés ?) VILLIERS a dit qu’il avait été invité par la LICRA, ce qui est la stricte vérité car toutes les organisations politiques, syndicales, associatives, étaient conviées à venir exprimer leur solidarité.
    Voilà des gens qui, depuis sept décennies (voire des siècles), se posent en boucs émissaires universels de l’humanité, en éternels martyrs, et qui, par aveuglement ou masochisme (peut-être les deux), expulsent de « leurs » manifestations (dont ils ne sont d’ailleurs pas propriétaires) les partis qui, objectivement, les défendent le mieux (en combattant leurs prédateurs). En revanche, non seulement ils tolèrent mais invitent leurs bourreaux : les représentants de l’idéologie conquérante musulmane (requalifiée « religion » pour resquiller à l’entrée) et Nicolas SARKOZY, grand promoteur de ladite idéologie qu’il a lui-même érigée en religion d’Etat !!! Il y a des moments où l’on se demande si notre compassion va résister à tant de bêtise. Le restaurateur de la rue des Rosiers, Jo Goldenberg, en 2002, avait compris, lui, où étaient ses alliés sinon ses amis (et pourquoi pas ?) : il avait voté LE PEN. On évacua la question en attribuant cette aberration à la démence sénile (méthode soviétique bien connue).
    Ils éjectent des gens qui viennent les soutenir, ils font la fine bouche. A croire qu’il y a des places réservées et tenue de soirée obligatoire, dans la défense des bonnes causes comme aux premières de l’Opéra ! Une preuve de plus que, dans cette démocratie totalitaire, on n’est pas jugé sur les actes mais sur les intentions supposées. Il existe des gens à qui, une fois pour toutes, il est interdit d’être du bon côté.
    N’est-il jamais venu à l’esprit de ces vertueux manifestants « apolitiques » que, peut-être, MM. SARKOZY, HOLLANDE, STRAUSS KAHN et autres VIP de tête de cortège, avaient des arrière-pensées électorales et faisaient « aussi » de la récupération politique.
    En marge de ce marigot de tartufferie et d’intolérance, l’organisation raciste de Mouloud AOUNIT, le MRAP, notoirement judéophobe, a fait preuve d’une relative franchise en prétextant la présence du FN pour décliner l’invitation.
    D’autre part, pour démentir les sempiternelles allégations d’unité nationale, d’appartenance « républicaine dans le respect des religions », il suffirait de citer quelques paroles et de décrire quelques comportements pris sur le vif.
    Le Grand Rabin Joseph SITRUK, en fin diplomate, nous dit que ce n’est pas un problème juif, mais simplement l’histoire d’un jeune homme, un jeune français assassiné et horriblement torturé, fait barbare inconcevable dans une démocratie. Dont acte. Mais alors, pourrait-il m’expliquer pourquoi il n’y a pas 100.000 manifestants dans les rues et une aussi belle unanimité dans la réprobation, chaque fois qu’un français est massacré et traité de « sale céfran », de « fromage blanc » ou de « putain de croisé » par un voyou musulman ? Certaines communautés seraient-elles plus françaises que d’autres ou mériteraient-elles un traitement de faveur ? Bénéficieraient-elles de l’exclusivité du titre glorieux de « victime du racisme par définition » ? Où étaient Monsieur le Rabin, Monsieur Sarkozy, Monsieur Hollande, Monsieur Sopo, Monsieur Marek Halter, Monsieur Gaubert, Madame Veil, etc. après le massacre raciste (plus ou moins requalifié en fait divers) de Jean-Claude IRVOAS ? Chacun dans son salon avec une banderole, je présume ?… M. SARKOZY proclame « qu’à l’horreur du crime s’ajoute l’horreur du racisme » ; Monsieur Sopo nous dit qu’Ilan a été « frappé et tué en raison de son origine ». Serait-ce moins grave d’être tué parce qu’on a le malheur d’être français, catholique, et d’être chez soi, comme dans le cas précédemment cité ? Ou cela constituerait-il une circonstance atténuante pour le délinquant ?
    Dans les rues de Paris, les caméras ont également capté des choses moins subtiles que les déclarations du Grand Rabin :
    • « C’est un frère qui est mort ! » Tiens ! Et un catholique ou un athée ne serait pas un « frère » ?
    • « Fofana, salaud, les juifs auront ta peau ! » Tiens, je croyais qu’on était entre « français de toutes confessions et de toutes origines » ?…
    • « La manifestation s’est dispersée dans le calme, à part quelques échauffourées entre différents groupes de la communauté juive » (TF1). Affirmation pour le moins étrange et déplacée, qui nécessiterait une explication.
    • « Le rassemblement s’est terminé par des psaumes et l’hymne israélien (sic). » (TF1) Mais que diable vient faire l’hymne d’un pays étranger, tout comme son drapeau, vu à maintes reprises dans la foule, dans un rassemblement à la mémoire d’un jeune français ? C’est tout aussi inadmissible que Robert HUE défilant à Montigny-lez-Cormeilles, drapeau algérien en tête de cortège… et que des drapeaux algériens et marocains pour fêter la victoire de l’équipe de France de football… voire les mêmes drapeaux pour fêter l’élection de Jacques CHIRAC !
    Franchement, est-ce que tout cela donne l’image d’une république « une et indivisible », ou bien y aurait-il, quelque part, comme un soupçon de communautarisme ?… Ou ai-je l’esprit mal tourné ?

  7. @ Marc Hartelles, Non vous n’avez pas l’esprit mal tourné, vous avez parfaitement raison.
    “On refuse la « récupération » politique… par le Front National ou le MPF. Il faut certainement comprendre que le PS ou l’UMP, explicitement présents, ne sont pas des partis politiques, que MM. Sarkozy, Jospin ou Cambadélis, ne sont pas des hommes politiques. Ou bien y aurait-il des partis politiques interdits dans une « démocratie » ?”
    Non, il faut prendre cela comme un bel hommage à l’égard des MPF et FN.
    Les PS et UMP ne sont effectivement plus des partis politiques composés d’hommes politiques au service de la France et de son honneur mais de vastes cirques composés de batteleurs, jongleurs et parfaits pipoteurs aux services de leurs petits intérêts personnels et coupables.

  8. @Marc Hartelles
    J’ai reproduit votre message sur mon blog.
    http://news.politique.free.fr

  9. Les racistes et sectaires ont manifesté contre eux-mêmes.

  10. La mission de Villiers est de ramener les voix de “l’extrème-droite” à Sarkozy.
    Forcément çà ne lui vaut pas que des amis.
    D’autre part que faisait-il donc dans une manifestation humaniste dont le slogan était: « La France black, blanc, beur contre le racisme et l’antisémitisme».
    Il n’est pas logique avec lui-même, de Villiers.C’est ce qui lui est reproché également.

  11. J’ai regardé la video de France2 en lien. De Villiers n’est à aucun moment ne serait-ce que touché par qui que ce soit.

  12. @ Morgenes
    Regardeez mieux… surtout les moments qui précèdent la photo qui en est extraite et que vous pouvez voir sur le post de Lahire

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services