Bannière Salon Beige

Partager cet article

Europe : politique

Philippe de Villiers démythifie les « pères de l’Europe »

Philippe de Villiers démythifie les « pères de l’Europe »

L’ancien député français au Parlement européen est toujours retraité de la politique politicienne et ne se présente pas aux élections européennes de fin mai prochain. Mais il s’invite quand même dans la campagne en publiant un ouvrage explosif intitulé

J’ai tiré sur le fil du mensonge et le reste est venu

Antoine Vouillazère l’a lu et écrit dans Minute :

Que révèle Philippe de Villiers, qui s’appuie sur « de nombreux documents d’archives aujourd’hui déclassifiés », et que veut-il prouver ? A la seconde question, la réponse est claire : qu’il n’y a jamais eu d’« Europe puissance », parce que le « mensonge fondateur », qui perdure depuis soixante-dix ans, est que les fondateurs de la construction européenne n’ont, selon lui, jamais voulu que la construction européenne débouche sur une Europe protectrice, prospère et attractive. Pourquoi cela ? Parce que ceux qui ont jeté les bases de la construction européenne ont « obéi à des ordres ». Parce que, sur directives et moyennant rétribution sur fonds secrets, ils ont fait « une Europe sur commande américaine ». Et qu’ils ont servi au client – les Etats-Unis – la « commande »qu’il avait passée, à savoir une Europe « sans tête, sans corps, soumise, ouverte à tous les vents, coupée de sa sève et de ses racines ». Autrement formulé, cela donne : « Le gène déconstructeur de l’Europe d’aujourd’hui était dans son ADN. »

Mais de qui parle-t-il ? Qui sont ces agents américains, car on ne voit pas comment les appeler autrement, qui auraient élaboré la structure génétique de la construction européenne de telle sorte qu’elle ne pourrait jamais échapper à ses créateurs ? Tout au long de ses 360 pages, Philippe de Villiers en cible trois principaux : d’abord les Français Jean Monnet (1888-1979) et Robert Schuman (1886- 1963), qui sont considérés comme les deux principaux « pères de l’Europe ».

Ensuite l’Allemand Walter Hallstein (1901-1982), qui joua un rôle fondamental pour convaincre l’Allemagne, en la personne de son chancelier Konrad Adenauer, de la nécessité de l’intégration européenne alors que le chancelier penchait pour une coopération interétatique. Eut-il échoué à convaincre que la Communauté européenne du charbon et de l’acier (Ceca) n’aurait pas vu le jour – et le traité de Rome non plus.

Partager cet article

1 commentaire

  1. Si cela est vrai, cela ne m’étonne pas : les ricains se sont dit que la 2de guerre mondiale avait fait trop de dégâts pour le commerce et la finance, alors puisque l’Europe ne sait pas se tenir à carreaux, ils lui ont mis le “couteau sous la gorge”…

    Une union de territoires composés d’individus dont on a détruit les racines, et qu’on maintient dans une condition servile de consommateurs égoïstes !

    Le général de Gaulle et le chancelier Konrad Adenauer avaient vu juste, et ont essayé de construire autre chose, ce qu’ils ont bâti si difficilement a été mis à bas par leurs successeurs, laquais serviles de la finance internationale..;

    Je redis encore ici ce que j’ai déjà commenté pour d’autres articles : l’ennemi qui ne nous fera aucun cadeau, ce sont les politicards amerloques et leurs financiers ! Alors n’ayons pas peur de leur du mal quand nous en avons l’occasion !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services