Bannière Salon Beige

Partager cet article

Cathophobie / Histoire du christianisme

Persécution des églises orthodoxes en Ukraine : “Hitler n’est pas allé aussi loin” selon le métropolite Marc de Berlin

Persécution des églises orthodoxes en Ukraine : “Hitler n’est pas allé aussi loin” selon le métropolite Marc de Berlin

La persécution des église orthodoxes russe et ukrainienne par Volodymyr Zelensky est un sujet régulièrement traité par la presse écrite mais bizarrement jamais évoquée sur les plateaux TV comme BFM ou LCI. C’est pourtant un sujet qui devrait mobiliser les catholiques en France en pleine semaine de prière pour l’unité des chrétiens :

Le métropolite Marc de Berlin (Église orthodoxe russe hors-frontières) a revenu sur la situation de l’Église orthodoxe en Ukraine :

« À mon avis, nous assistons à une persécution qui ressemble beaucoup à la persécution des chrétiens dans les premiers siècles de notre ère. Seulement maintenant, la situation est bien pire, car tout cela est fait par d’anciens chrétiens et d’anciens paroissiens de notre Église, qui s’y opposent maintenant. Tous ces efforts visent à déclarer l’Église orthodoxe ukrainienne inexistante ou à interdire ses activités dans toute l’Ukraine. Déjà interdite dans certaines régions, elle est désormais persécutée dans tout le pays. » [source]

Sur son site, Yves Daoudal commente :

Le métropolite Marc est né en 1941 en Allemagne. On lui demande si l’on peut faire un parallèle avec la persécution des chrétiens sous Hitler. Il répond que Hitler n’est pas allé aussi loin. Parce qu’il s’agit d’une « russophobie totale, dirigée contre tout ce qui est lié à la Russie », y compris la langue russe. Or « les premiers monuments de la littérature créés à Kiev, Tchernigov, ont été écrits en vieille langue russe, et non en vieille langue ukrainienne », pour la bonne raison qu’elle « n’existait tout simplement pas », puisqu’elle est « apparue aux XVIIIe-XIXe siècles ».

A propos de la laure des Grottes de Kiev et des autres sites menacés d’être interdits à l’Eglise orthodoxe ukrainienne, le métropolite souligne « l’absurdité de la situation » :

« Après la chute du régime soviétique, ces sites historiques et religieux, qui avaient toujours appartenu à l’Église, ont encore été laissés sous le contrôle des autorités laïques dans l’esprit soviétique. Ils n’ont pas été rendus à l’Église, bien que celle-ci les ait restaurés par ses propres moyens – dans l’espoir que, tôt ou tard, tous ces biens lui soient remis, comme cela s’est produit dans d’autres pays. Mais rien de tel ne s’est produit en Ukraine. »

Si l’Eglise orthodoxe ukrainienne est interdite, les fidèles peuvent-il temporairement rejoindre l’autre Eglise, « juste pour prier quelque part » ? Réponse du métropolite :

« Ce serait une erreur, (…) car l’Église orthodoxe d’Ukraine n’est pas une organisation ecclésiale, elle a été créée par les autorités ukrainiennes laïques, l’État, et comme telle n’a pas de réelle communion ecclésiale. Cela se voit même dans le fait qu’ils n’ont pas de moines du tout. »

Le Monde confirme cette persécution :

Dix-neuf monastères, cathédrales et églises ont été perquisitionnés par le SBU. La pression des autorités s’accroît sur l’Eglise orthodoxe affiliée à Moscou, soupçonnée d’être un centre d’influence de la Russie (…) L’archimandrite Polikarp Lynenko ouvre la porte de son dortoir, un sourire plaqué sur son visage (…) « Dans notre Eglise, comme dans notre pays, il y a différentes opinions, lâche-t-il. Certains pensent que nous devrions être amis avec la Russie et d’autres que nous devrions aller vers l’Europe. » Lui se présente comme un patriote.Mais au sujet de ceux qui sympathisent avec l’ennemi et dont le nombre serait, selon lui, proportionnel au reste de l’Ukraine, l’archimandrite confie son souhait que les autorités ukrainiennes les jugent, au cas par cas.

Le religieux est inquiet depuis que les autorités ukrainiennes ont décidé d’accentuer la pression sur son Eglise. Le 1er décembre, le conseil national de la sécurité et de la défense a chargé le gouvernement de proposer à la Verkhovna Rada, le Parlement, d’interdire les activités de l’Eglise orthodoxe ukrainienne, qu’il accuse d’être un centre d’influence de la Fédération de Russie.

Yves Daoudal sur son blog :

Le métropolite Mélèce de Tchernivtsi et de Bucovine, chef du département des relations extérieures de l’Eglise orthodoxe ukrainienne, a saisi la Cour suprême d’Ukraine pour demander l’annulation du décret de Zelensky qui le prive, ainsi que 11 autres évêques et un prêtre, de la nationalité ukrainienne et les menace de déportation.

La Cour suprême a ouvert une procédure contre Zelensky, et Mgr Mélèce a saisi la Cour administrative de cassation d’une demande de sécurisation de la réclamation…

Et la persécution de l’Eglise orthodoxe ukrainienne n’empêche pas de s’en prendre aussi à l’Eglise orthodoxe russe. Zelensky a pris aujourd’hui un décret de sanctions contre 22 personnalités de l’Eglise orthodoxe russe. Parmi eux le métropolite de Budapest (Hilarion Alfeev, ancien chef du département des relations extérieures), le président et le vice-président du département des relations avec la société et les médias, l’archiprêtre Nicolaï Balachov, conseiller du patriarche Cyrille, Tikhon métropolite de Vladimir et Souzdal…

Ici un article sur le décret signé le 2 décembre par le président ukrainien  isant à l’interdiction de l’Église orthodoxe ukrainienne dans un délai de deux mois :

Par décret du président ukrainien Vladimir Zelensky est entrée en vigueur, le 1er décembre 2022, la décision du Conseil de la sécurité nationale et de la défense de l’Ukraine, visant à l’interdiction de l’activité dans l’État « d’organisations religieuses se trouvant sous l’influence des centres en Fédération de Russie ». Il ressort du texte que le décret vise l’Église orthodoxe ukrainienne

Partager cet article

4 commentaires

  1. Que possède donc l’Eglise Orthodoxe ?
    qu’elles sont les possessions de l’Eglise Orthodoxes pouvant déranger Zelensky et consorts. Possessions convoitées au point de vouloir l’anéantissement de la Russie par l’OTAN, et par là la disparition de l’Eglise Orthodoxe ou du moins sa ruine au travers d’un affaiblissement important?

    Les hommes de Davos sont plus bolcheviques et même plus communistes, que le Kremlin.

    Rome quant à elle, ne cesse de chuter, corrompue par la gangrène, le sel s’affadit.
    Les jugements et les avis de cette ONG, n’intéressent plus personne, n´ont plus de poids.
    Ils n’ont d’intérêt que quand ils salissent l’Eglise ou traitent de déchristianisation par remplacement de population.

  2. Bonjour à tous.
    Cet article est choquant je trouve dans le parallèle avec l’église et Hitler … il est de notoriété que l’église orthodoxe en Ukraine était une antenne de la Russie avec des agents du FSB présents au sein de celle-ci… Je ne dis pas que ces lois et actions contre l’église sont justes mais jusqu’à preuve du contraire les prêtres qui ont été envoyés dans les camps par Hitler n’était pas des agents d’une puissance étrangère…. De plus, dès le début de la guerre l’Église orthodoxe a été en faveur de cette invasion avec des passages à la télévision remarqués où l’on voyait des chars être bénit avant de partir…

    • Exact.
      L’attitude du métropolite de Moscou, ancien du KGB comme Wladimir Poutine, est loin d’être ambigue. On ne peut pas vraiment le considérer comme un ouvrier de paix.

    • Vous oubliez juste que les mondialistes sont satanistes. Réécoutez l’interview de Stanislas Berton sur la SB en date du 23/01, il est assez complet (même Q est invoqué, fait rare, mais, snif, je crois il a oublié de mentionner les Georgia Guidestones). En êtes-vous encore à penser que la cia est beaucoup mieux que le kgb d’antan ?

Publier une réponse