Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / France : Société

Père Michel Viot : “La politique en action, ne peut pas toujours être la recherche du souverain bien”

Dans son nouveau billet, le père Michel Viot relance le débat du "moindre mal" et du "petit mieux" qui n'a pas fini de faire réfléchir les catholiques soucieux de voter en conscience, conformément à ce que le Magistère leur permet :

"Au risque de surprendre, je suis reconnaissant au journal Libération d’avoir fait « la une » avec ce cri d’alarme : « Au secours, Jésus revient ! » illustré par un chapelet. Il faut en effet toujours « positiver » et se dire que beaucoup de lecteurs de ce journal n’ont peut-être jamais vu cet objet de piété de leur vie et à quelques jours du 1er dimanche de l’Avent ne songent pas au sens de la venue de Jésus. Et bien, voilà qui est fait, une partie de la gauche française est atteinte par une petite lueur d’Evangile, ce qui, en ces temps d’obscurité n’est pas rien ! Mais cela ne doit pas masquer la réalité recouverte par un tel titre : une explosion de haine à l’égard du Christianisme et du catholicisme en particulier ! Le motif de cette attaque est à la fois simple et terrible : François Fillon, sans remettre en cause la loi Veil, a osé dire qu’à titre personnel il était contre l’avortement ! Pire aux yeux de ces « bien pensants », il a promis de ne pas accorder l’adoption plénière aux couples de même sexe, dans sa réécriture de la Loi Taubira. Alors il sent la sacristie, il est acoquiné avec les intégristes, les milieux d’extrême droite, Poutine ! Il ne manque plus que le Klu Klux Klan ! (…)

Ensuite, deuxième leçon à tirer devant l’hystérie anti catholique, il faut arrêter le jeu mortel du « plus catho que moi tu meurs! ». La politique en action, ne peut pas toujours être la recherche du souverain bien. Cela risque même de friser l’hérésie et favoriser l’établissement de systèmes politiques monstrueux ! Nous avons plusieurs exemples « d’essais d’établissement du paradis sur la terre ». Parce que ni Jésus, ni ses disciples n’ont voulu établir la foi chrétienne et sa morale par la force, il serait infidèle et sot de vouloir le faire aujourd’hui ! Par la puissance d’une loi qu’on instaure ou qu’on abroge, on ne peut prétendre par ce seul moyen améliorer le cœur de l’homme. Quand des lois sont mauvaises comme les lois Veil et Taubira et qu’à vues humaines, il n’existe aucun moyen politique pour les supprimer, on doit réfléchir à concrètement limiter leur nuisance !

La politique du tout ou rien mène toujours au pire! Je l’ai vécue dans les années 1972-1973, où le refus de certains chrétiens de discuter sur l’abrogation de la loi de 1920 (pénalisant l’avortement) a conduit à l’élaboration de la loi Veil et à son usage laxiste et permissif. Les puristes « jusqu’au boutistes  » portent eux aussi la responsabilité des 220000 avortements par an, en France, aujourd’hui ! On peut dissuader une femme d’avorter, pourvu qu’on sache l’écouter et qu’on en ait la possibilité. La loi Veil le prévoyait. Demandons qu’on respecte cette disposition première et nous pourrons faire diminuer le nombre d’avortements. Et battons nous aussi contre le projet de loi Rossignol, liberticide et attentatoire à la liberté de conscience. Grâce à des associations diverses, beaucoup de femmes prennent conscience de l’acte grave que constitue l’avortement et si le Pape François vient de permettre aux prêtres d’absoudre ce très grave péché, c’est bien parce qu’il y a une demande, dont en tant que modeste confesseur je confirme la réalité.

Je fais le même raisonnement pour la réécriture de la loi Taubira. La restriction à l’adoption simple va permettre de porter secours très vite aux enfants. Jésus n’attendait pas la fin du sabbat pour guérir et soulager les souffrances. Ne soyons pas aveuglés par la sainteté de nos principes pour bloquer des sauvetages urgents. Je regrette que certains catholiques n’aient pas compris cela, et aient confondu leur quête personnelle de sainteté avec la recherche d’un candidat tellement parfait qu’il soit inéligible ! Quand on se bat, qu’on est en nombre inférieur, et pauvre, c’est un crime que de gâcher « des munitions » ! Enfin, et pour conclure, si la possibilité de retour à une véritable neutralité de l’Etat est possible, tout catholique doit saisir cette chance. Si un candidat se fait attaquer avec le « au secours » des antichrétiens, c’est bien là le signe qu’il faut le soutenir ! Le temps presse ! Il me semble que le moment est venu pour l’Eglise catholique de se manifester plus fermement et d’entrer dans certaines polémiques comme le firent les pères de l’Eglise des premiers siècles.

Le projet de loi de Madame le ministre Rossignol appelle une condamnation unanime, sous peine de faire croire qu’il n’y a plus de voix chrétiennes en France ! La nature a horreur du vide, et j’imagine qu’il ne sera pas difficile à une autre religion de montrer sa vocation à nous remplacer à cause de notre lâcheté ! L’heure des catacombes arrive, avant celle des cachots de Madame Rossignol pour délit d’entrave à l’avortement, prélude à la « purification islamiste », solution finale de la laïcité pour en finir avec le catholicisme ! Alors oui crions comme vraie libération en ce temps de l’Avent : « Au secours Jésus, reviens ! »"

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

12 commentaires

  1. Je pourrais retourner au Père Viot son argumentaire et lui montrer que la culture de mort procède toujours ainsi: par une légère transgression se voulant charitable et puis plus rien n’arrête la décadence.
    Le père Viot fait donc parti de ceux qui “portent eux aussi la responsabilité des 220000 avortements par an”!

  2. Ce texte est plutôt incompréhensible.

  3. Merci Père pour cette stimulante réflexion.
    Plusieurs remarques :
    – Entièrement d’accord avec le fait qu’il faille se battre hic et nunc contre le projet de l’oiseau de très mauvaise augure Mme Rossignol qui appelle pouvoirs spirituels et temporels à la condamner de manière unanime. Puissiez-vous être entendu ! Puissent les évêques d’abord et Mr Fillon aussi vous entendre !
    – Pour le « plus catho que moi tu meurs! »… c’est assez bien vu mais : cela n’est-il pas dû aux trop nbx silences des autorités spirituelles pdt trop lgtps et surtout en 1974 ?
    – La politique a également ce petit côté insaisissable qui fait que l’on accorde ou non SA CONFIANCE à qqun. Et il est des actes qui font que certains hommes politiques comme F Fillon ont en 35 ans d’exercice, déjà brûlé une grosse part de ce capital confiance. Il parait donc entièrement légitime de douter de leur réelle volonté de changement, non ?

  4. Incompréhensible !! Mettre sur le dos des chrétiens qui se sont battus en 1972 contre la dépénalisation, les 220 000 avortements c’est mettre plus tard sur le dos de ceux que le père Viot appelle à condamner le loi Rossignol les quelques infanticides qui arriveront provoqués par le fait que les jeunes mamans auront consulté des sites pro-vie et auront gardé leur bébé avant que leur environnement ne les pousse à l’irréparable.
    C’est vraiment n’importe quoi.
    La loi Taubira est abrogeable, Poisson n’était pas parfait, mais on s’aperçoit que ce qui n’est pas fait tout de suite avec un nouveau mandat est impossible à faire ensuite.
    Les cathos se sont encore bien fait avoir.
    Mais ont-ils les bons bergers ?

  5. Attendons le 1er décembre, pour voir le positionnement de François Fillon dans l’étude du texte sur le délit d’entrave numérique, avant de lui délivrer un certificat de politicien catholique. Celui qui annonce clairement son opposition personnelle à l’avortement et qui se targue d’avoir voté toutes les lois favorisant l’avortement pratique une forme de grand écart qui force le respect pour un gymnaste de haut niveau. Mais est-ce vraiment ce genre de prouesses physiques qu’on est en droit d’attendre d’un homme d’état chrétien ?

  6. Pas d’accord quand il dit :
    “Je regrette que certains catholiques n’aient pas compris cela, et aient confondu leur quête personnelle de sainteté avec la recherche d’un candidat tellement parfait qu’il soit inéligible !”
    C’est caricaturer la position de ceux qui, comme moi, n’ont pas voulu voter pour M. Fillon, parce qu’il est pour les lois qui permettent l’avortement, et considère que la reconnaissance de l’amour homosexuel est une bonne chose.
    Je n’ai tout simplement pas envie de voter pour quelqu’un qui n’a pas mes idées. Il n’est pas correct de parler d’une confusion entre la sainteté et la politique.
    D’autres ont fait un choix différent, je ne me sent pas obliger de développer contre eux des arguments caricaturaux.

  7. Je suis en partie d’accord avec le Père VIOT et j’ai toujours condamné le maximalisme irréaliste, notamment pour la Loi TAUBIRA et la douloureuse question de l’avortement.
    Cependant :
    1/ JF POISSON n’est pas parfait (moi non plus)
    2/ Si tous ceux (parmi ceux qui ont voté) qui avaient vocation à voter pour JF POISSON compte tenu de leurs convictions l’avaient fait, François FILLON serait resté largement en tête et JF POISSON, candidat porteur de la doctrine sociale de l’Eglise serait arrivé quatrième.
    3/ MAIS SURTOUT :
    Certes, de même qu’autrefois CHIRAC, François FILLON a trouvé à placer qu’il était catholique et, qu’à titre personnel, i était contre l’avortement.
    Mais alors, comment expliquer que le 26 Novembre 2014, il se soit exprès dérangé pour aller voter avec la gauche et avec une minorité de l’ensemble des députés et une minorité du groupe UMP (27 sur 197) un texte fondamentaliste de l’avortement, à savoir :
    Une proposition de résolution tendant à réaffirmer le caractère fondamental du droit à l’IVG en France et en Europe!
    Avant ces vagues propos de campagne, ses paroles publiques et ses actes politiques, de lui et de ses ministre ont été largement dans le sens de l’approbation du mariage homosexuel et de l’homoparentalité.
    Très concrètement, je ne vois pas très bien en quoi la restriction à l’adoption simple apportera très rapidement un secours aux enfants…
    A l’inverse, FILLON a parmi ses soutiens : Frigide BARJOT et L’AVENIR POUR TOUS qui réclament que soit intégré dans la Constitution “un statut du conjoint éducateur pour les couples de même sexe”
    Nadine MORANO qui, en qualité de secrétaire d’état à la famille du gouvernement proclamait son accord sur l’adoption homosexuelle.
    etc…
    Une clarification de la part de François FILLON s’impose et quelle qu’elle soit, elle ne pourra pas faire plaisir à tout le monde.
    La confiance, çà se mérite.

  8. Oui c’est une prise de position juste et fondamentale : ceux qui veulent au nom d’un retour immédiat et instantané à la pureté du bien absolu s’opposer à toute mise en pratique progressive du retour au bien et à toute démarche tactique de moindre mal ont tort moralement de le faire ; qui veut faire l’ange fait la bête !
    Car c’est l’orgueil et non la foi et l’humilité qui pousse à cette radicalité destructrice de ceux qui refusent tout compromis provisoire, toute démarche tactique.
    Ainsi les fidèles du comte de Chambord en suivant les consignes condamnables du prince se sont abstenus de toute activité politique pendant les début de la troisième république pour ne pas se salir les mains ! Résulat, l’intransigeantisme a directement favorisé le radicalisme anticlérical et 1905. On juge un arbre à ses fruits et ceux de l’intransigeance inintelligente ne sont pas bons ; il faut être intransigeants sur les principes mais ne pas l’être dans l’accueil des possibilités d’action vers le bien même toutes petites.
    Les absents ont toujours tort de laisser la place au mal en refusant de se salir les mains pour rester des “purs” et des “saints” : ils ne sont ni l’un ni l’autre mais facilitent par manque d’humilité le renforcement du mal.
    Oui il était possible de voter Fillon tout en préférant d’autres que lui, c’était même très souhaitable de faire barrage à Juppé et NKM. Tout petit pas, aussi infime soit-il dans la bonne direction doit être encouragé. Le seul fait d’affirmer une réserve face à l’avortement même si c’est pour ne rien faire est préférable au fait de laisser dire que c’est une chose formidable. Mieux vaut un discours hypocrite qu’un discours qui glorifie le mal ; l’hommage du vice à la vertu est préférable à l’hommage du vice au vice à cause du principe d’exemplarité.

  9. Bravo pour ces commentaires… sages et productfs.
    “Le mieux est l ennemi du bien” ou autrement dit “in medios stat virtus”. Il faut eviter tout exces et tout
    Extremisme… allons pas a pas vers un mieux et une amelioration en donnant un eclairage nouveau sur les points importants afin de permettre peu a peu aux mentalites qui ont ete manipulees par des idees fausses et la pensee unique repandue et relayee avec force par certains de se transformer.
    “Chi va piano va sano e va lontano”. Pas d attaques frontales qui ne font que creer conflits et guerres d ideologies et ne font que refermer les esprits qui se braquent pour prouver qu ils ont raison. “Il faut prendre par la douceur” . On n attrappe pas les mouches avec du vinaigre”.
    Donc merci et encore bravo

  10. On parle toujours du droit des femmes à disposer de leur corps quand on parle de l’avortement, mais la réaction violente d’un de mes camarades de bureau vis à vis de Fillon, alors même qu’il est plutôt un partisan FN m’a fait comprendre une chose essentielle. La haine que subisse les partisans de la vie ne vient pas des femmes, mais des hommes, des hommes qui ont poussés leur petite amie à avorter et qui se retrouve des années plus tard, toujours avec la même femme, avec en plus des enfants, mais avec une famille où plane un fantôme, où la souffrance de la mère mine le couple, l’enfant non né mine le couple. Ne pas banaliser l’avortement ne peut qu’aviver cette blessure. Et cela l’homme n’est pas près de nous le pardonner

  11. Tout à fait ! Je remercie le Père Michel Viot de rappeler que le refus de certains chrétiens de discuter sur l’abrogation de la loi de 1920 (pénalisant l’avortement) n’était pas très catholique. Il faut rendre à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu. que dit Jésus à la femme adultère “que celui qui n’a jamais péché lui jette la première pierre. Je ne te juge pas mais ne péche plus.” Que cela soit l’adultère, une femme qui avorte ou un homosexuel, le message aura été le même. Il n’y a que dans le judaïsme et l’islam qu’il existe des sanctions par rapport à des actes. Le christianisme par contre n’en a pas. Il n’a par exemple jamais eu la loi du Talion.

  12. Un peu abusif de rendre responsable les électeurs de Poisson des avortements en france… je trouve que ce prêtre fait un procédé rapide aux catholiques qui votent selon leurs convictions et qui n’ont jamais songé à attendre l’abolition de toutes ces lois liberticides pour apaiser les souffrances… En fait son discours me choque un peu…

Les commentaires sont fermés pour cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services