Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société / Valeurs chrétiennes : Famille

Peillon vs l’enfant; Acte II. Après les déterminismes familiaux, le formatage à l’école de la République

C'est ce que craint Vivien Hoch : 

"Ne comprenez-vous pas pourquoi Vincent Peillon dit que les « devoirs, c’est à l’école » ? Il s’agit de couper tous les ponts qui relient encore l’école républicaine aux parents, dont les devoirs à la maison, qui permettaient aux parents de suivre et de contrôler l’enseignement que la République fournit à leurs enfants. Ces derniers doivent être scolarisés au plus tôt, pour qu’ils offrent moins de résistance au contenu idéologique de l’éducation républicaine. Conformément au vieux rêve socialiste, qui remonte au moins à Platon, les enfants appartiennent à l’État plutôt qu’à leurs parents, leurs familles ou leurs traditions. C’est à la collectivité d’assurer une éducation unifiée, univoque et générale ; une idée qui est à la base de tous les totalitarismes et qui tend à faire de la République une nouvelle religion, qui entre en concurence dialectique avec les familles, les traditions et l’Église. D’où le bouclage du circuit idéologique peillonien avec la « charte laïque » et la « morale laïque », qui se sert de l’islamisation pour s’attaquer surtout aux catholiques : l’enfant, dit Vincent Peillon, ne pourra pas contester ou manquer de cours pour des opinions religieuses ; c’est dire la jouissance avec laquelle il obligera les bons enfants catholiques à participer à ses cours de slam, de « diversitude », d’éducation sexuelle, d’égalitarisme homme/femme et de théorie du genre, qui remplacent, peu à peu et avec entrain, l’enseignement classique de l’histoire, de la grammaire et des mathématiques" (suite).

Partager cet article

5 commentaires

  1. oui Peillon a bien compris le formatage des enfants dès le plus jeune âge. Aussi il n’y a qu’une voie pour contrer ce dictateur d’opérette: créer des écoles hors contrat, il faudra bien qu’un jour les responsables de l’Eglise qui est en France comprennent cela et au lieu d’invectiver ou de jouer au neutre, il va bien falloir qu’ils choisissent leur camp. Il est grand temps qu’ils se réveillent

  2. “doivent être scolarisés au plus tôt”
    Dans ce cas, il va falloir ré-écrire les lois relatives à l’instruction, car c’est constant en France, seule l’instruction est obligatoire, PAS la scolarisation (elle ne l’a jamais été).
    Mais peu de gens le savent.
    De plus Condorcet était farouchement opposé à ce que l’état prenne en charge l’éducation: pour l’instruction, oui, pour l’éducation, non. Or Condorcet, c’est quand-même une “bonne” (de la bonne date et du bon bord politique) référence!
    “C’est à la collectivité d’assurer une éducation unifiée, univoque et générale” au vu des résultats de la massification de l’instruction publique dans des établissements publics prétendument gratuits, ça n’est pas une réussite. Donc l’évocation de la subsidiarité, chère à notre “Europe” (ne pas hésiter à s’en servir quand c’est une arme utile) est à réactiver.
    “l’enfant, dit Vincent Peillon, ne pourra pas contester ou manquer de cours pour des opinions religieuses ;” il faut donc se donner les moyens d’avoir un autre argumentaire, par conséquent élaborer des “éléments de langage” à diffuser. Les parents doivent pouvoir opposer des arguments forts: l’école à la maison et les établissements hors contrats vont avoir des clients.

  3. mais j’aimerais bien voir les écoles habituellement désertées les jours d’aïd….
    peillon va-t-il y mettre son nez ?

  4. L’école à la maison, c’est vraiment extrêmement difficile.
    La création d’écoles hors contrat, il faut certainement le faire tant que cela est légal, car l’Etat peut pondre une nouvelle loi pour l’interdire.

  5. “Pas de devoirs à la maison” !, le but est double:
    – 1° Empêcher que les parents aient connaissance des matériaux d’enseignement.(volonté de pratiquer la déconstruction des valeurs en catimini.)
    – 2° Empêcher que les parents instruits puissent participer à l’éducation de leurs enfants en leur réexpliquant des points incompris. (Poursuite de la “lutte des classes”, et nivellement par le bas)

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services