Bannière Salon Beige

Partager cet article

Europe : politique / France : Politique en France / France : Société

Paysanicide : encore la trahison européiste

Si elle n'est certainement pas la cause unique et structurelle de la disparition, en cours d'achèvement, du monde paysan, l'idéologie européiste et francophobe de nos "dirigeants" interdit toute solution, même de court terme. Illustration par Charles Sannat (source).

SCANDALE : Intermarché veut soutenir les agriculteurs, l’Europe refuse !

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Intermarché veut soutenir les agriculteurs mais l’Europe refuse alors que le gouvernement est confronté à une colère noire de nos amis agriculteurs sur fond d’effondrement des cours, dont il faut tout de même rappeler un peu l’origine.

L’un des plus gros clients de la filière porcine française était… la Russie. En décrétant un embargo pour des raisons politiques plus ou moins avouables à l’égard des Russes, nous avons tiré une balle dans le pied d’un certain nombre de pans de notre économie. Parce qu’il est toujours important de dire la vérité et de rappeler l’enchaînement funeste de mauvaises décisions, nos dirigeants ont aggravé la situation en prenant des sanctions au niveau européen à l’encontre de la Russie.

Ces sanctions ont conduit à l’état catastrophique actuel de notre filière porcine qui connaît un effondrement sans précédent de ses cours, ce qui précipite des milliers d’exploitations, d’agriculteurs et leurs familles dans des difficultés financières insoutenables très longtemps.

C’est dans ce contexte qu’il convient d’apprécier la crise agricole qui secoue notre pays et le chahutage de nos mamamouchis en goguette au Salon de l’agriculture.

Pour soutenir son écosystème, Intermarché s’était engagé à acheter le porc à 1,40 euro le kilo minimum

Si mon objectif n’est pas d’encenser la grande distribution qui a des habitudes absolument détestables autour de ses fournisseurs, des prix et de la qualité des produits vendus, il n’en demeure pas moins que notre objectivité doit nous faire noter que les grandes enseignes essaient de soutenir les éleveurs.

Rassurez-vous, il ne sont pas devenus gentils et altruistes en une journée. Leur soutien est très intéressé mais nous ne nous en plaindrons pas ! Pourquoi ? Tout simplement parce que les grands distributeurs évoluent dans un écosystème avec de très nombreux producteurs et fournisseurs. Si les fournisseurs meurent, alors les distributeurs n’ont plus grand-chose à vendre : c’est donc un équilibre subtil qu’il faut maintenir.

L’Europe, qui crée la crise, refuse le soutien d’Intermarché et ouvre une enquête ! Et Valls a un petit zizi…

Cette Europe d’europathes complètement malade de l’idéologie dégoulinante de la libre concurrence – ce qui est un terme pudique pour parler du totalitarisme marchand qu’elle nous impose – ne pouvait donc pas laisser passer une telle entorse aux sacro-saintes règles du libéralisme mondialiste sans réagir. Même si nous devons tous mourir, nous mourrons sans entraves au libre-échange !

“La Commission européenne a ouvert une enquête sur Intermarché, car elle estime que le choix de l’enseigne d’acheter la viande plus cher aux éleveurs français est une entrave à la concurrence étrangère.

Le groupement de distributeurs indépendants Intermarché (Les Mousquetaires) est sous le coup d’une enquête de la Commission européenne, après s’être accordé l’an dernier avec son concurrent Leclerc pour acheter du porc à un prix plancher, a affirmé vendredi son président Thierry Cotillard.”

C’est dans ce contexte que le Premier ministre Valls, en visite au Salon de l’agriculture, a reçu quelques noms d’oiseaux dont la palme revient à cet agriculteur qui a dit, comme le raconte cet article de L’Express : “Va te cacher. T’as rien compris petit zizi, tu vas pas changer l’Europe…”

Hormis le langage fleuri de cet impertinent des campagnes, son constat est d’une cruelle vérité. Valls, malgré toute sa bonne volonté, ne changera pas l’Europe parce que pour changer l’Europe, il faut la quitter !

Quel est le pouvoir que nos dirigeants qui, toutes couleurs confondues, ont abdiqué la France contre cette Europe ?

Quel est le courage qu’ils savent manifester ?

Quelle est l’indépendance qu’ils veulent nous montrer ?

Quelle est la force qu’ils peuvent utiliser contre des institutions européennes qui, aujourd’hui, martyrisent les peuples d’Europe ?

Il n’y a rien à attendre car nos mamamouchis n’ont qu’un mot à la bouche : l’Europe. Une trahison, l’Europe, une compromission, l’Europe, une soumission, l’Europe. Aucun d’eux n’aura le courage de dire non à cette Europe et de la mettre au pied du mur. Nous sommes la France, et l’Europe sans la France c’est la fin de cette Europe. Ils n’ont qu’un mot à dire : non.

Ils ne le disent pas, mais le destin s’en chargera et le vent de l’histoire les balaiera.

En attendant mes chers amis, préparez-vous, il est déjà trop tard !

Charles SANNAT

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.insolentiae.com. »

Partager cet article

13 commentaires

  1. Ce n’est pas d’aujourd’hui que la Paysannerie Française est maltraitée, attaquée de toute part, il faut qu’elle disparaisse pour que la Nation soit à genoux devant les lobbys et ainsi soit soumise à la dictature des crapules d’Europe et d’ailleurs aussi.
    La plus belle agriculture était Française, réputée dans le monde entier, le Paysan était libre, il ne l’est plus, ruiné par le système, soumis à des lois infâmes , payant beaucoup et ne recevant rien sauf des subventions assassines, tout cela concourt à sa misère et à la famine en France.
    Lire un ouvrage célèbre sur ce crime :
    L´agriculture assassinée – Jean-Clair Davesnes – Librairie …
    http://www.librairiefrancaise.fr/…/600-lagriculture-assassinee-jean-clair-davesn...
    Préface de Christian Lagrave.269 pages. Editions de Chiré (3e édition), 1992.

  2. Au sujet de la Russie il est illusoire d’esperer que la levée des sanctions changera quelque chose.
    Les russes, par la force des choses, ont mis en culture des millions d’hectares afin de subvenir à leurs besoins là où avant ils trouvaient plus simple d’acheter à l’etranger grâce aux revenus de la rente petroliere; si l’on ajoute la devaluation du rouble de pres de 50% ils pourront bientôt exporter leur production à des prix imbattables.

  3. A quand le “Frexit” ?

  4. L UE agit contre les états qui la composent ! Sur les ordres de II ? Us , tafta , CFR , Young leader , Bilderberg ?

  5. Refuse ? elle fait une enquête …
    Qu’Intermarché prenne donc la même décision mais unilatéralement, sans entente avec son concurrent..

  6. Les troubles de la paysannerie française trouvent parmi leurs causes les conséquences néfastes des lois mises en place par Mr Edgard Pisani, le ministre socialiste du président De Gaulle, pour la création de la SAFER, organisme chargé de préempter les terres agricoles au profit des agriculteurs. Initialement prévue pour protéger les agriculteurs contre les capitalistes elle a eu comme effet pervers de diminuer le prix des terres agricoles en France et de les maintenir à une valeur anormalement basse. Ainsi le monde rural a été privé de cet atout de disposer d’un capital important, qui aurait été fort utile pour permettre aux paysans de créer leurs propres filières de distribution et de transformation des produits agricoles.
    Seules les terres transformées en terrains à bâtir prennent de la valeur permettant à quelques rares privilégiés de dégager des liquidités pour investir sereinement. De plus cette loi Pisani a eu comme conséquence annexe la désertification du monde rural, donc l’impossibilité de soutenir le monde paysan par des circuits courts.
    Comme le Sénat en 2013 il faut s’interroger sérieusement sur l’opportunité de maintenir en vie la SAFER, ou de limiter son pouvoir.

  7. – En décrétant un embargo pour des raisons politiques plus ou moins avouables à l’égard des Russes – (en ne respectant pas la vente des navires – Mistral – )
    Nos gouvernants ont été moins regardants lorsque la Légion d’Honneur a été demandée par un prince héritier d’Arabie saoudite, accordée et épinglée sur la poitrine de celui-ci !
    Nous nous sommes déshonorés une deuxième fois !
    Il fait très fort Hollandouille. Lorsqu’il aura terminé de sévir, il serait amusant d’avoir un livre réunissant toutes les « bêtises » qu’il a faites pendant son mandat. (SON mandat, car il serait bien qu’il n’en fasse pas deux)

  8. Si ca continue comme ca, imaginons le pire : nous sommes en guerre, les Francais feront de la resistance avec nos agriculteurs, nous trouverons des filieres, des reseaux, on fera du troc, on se debrouillera! ! Comme pendant la seconde guerre mondiale ( que je n’ai pas connu, les histoires de mes parents sont incroyables d’inventivite et de ruse face a l’ennemi! !!!) Moi j’y crois! dans n’importe quel domaine : ON NE LACHE RIEN! !!! et VIVE LA FRANCE! !!!!

  9. Curieux libéralisme qui interdit de fixer librement un prix de transaction.
    Leur objectif serait-il la disparition de la filière porcine puis celle de la consommation de porc?

  10. Je maintiens et affirme que la destruction de 80000 ha de terres fertiles chaque année en France fait partie intégrante de ce processus d’anéantissement de la puissance agricole de notre pays, c’est machiavélique !

  11. La paysannerie française a toujours dû subir :la violence ou la rapacité de beaucoup de seigneurs avant la révolution, l’irréligion de celle-ci puis le recrutement pour les armées révolutionnaires et de l’Empire…
    Après une période “d’accalmie” entre 1815 et 1914, la 1ère guerre mondiale va opérer un véritable massacre dans les rangs de la paysannerie, massacre dont elle ne se relèvera pas ; de nos jours la fiscalité et les excès réglementaires sont en train de la pousser dans la tombe !
    Paysan et pays sont un même mot (du latin “pagus”), nous pouvons craindre que la disparition du premier amène en toute logique la disparition du second…

  12. @ la chouette :
    malheureusement la situation a changé depuis les années 1940 :
    il y avait 40 millions d’habitants et 4 millions d’agriculteurs sur des surfaces petites ou moyennes, produisant relativement peu mais avec très peu d’intrants (engrais, pesticides semences sélectionnées, énergie, …) …, 2 millions de chevaux de trait avec les outils adaptés et le savoir faire …
    Aujourd’hui, 65 millions d’habitants à nourrir, dont 80 % d’urbains, 400 00 agriculteurs seulement (10 fois moins !), des centaines de milliers de bonne terres parties à la construction, à des ZI, ZAC, Disneyland, autoroutes, parkings, zones résidentielles, etc, …, la fertilité des autres terres amoindries (forte baisse des taux d’humus, phénomène connu des agronomes), mais cela est cachée par l’explosion de l’utilisation des engrais et autres intrants, … plus aucun cheval de trait, ni personne pour savoir les utiliser …
    En dernier ressort la forte production quantitative française repose sur l’énergie fossile pas cher, qui permet la mécanisation systématique et la fabrication industrielle des engrais (3 tonnes de pétrole pour faire une tonne d’engrais azoté)
    Le jour où une vraie crise (énergétique, guerre civile, crise financière, ce que vous voulez) arrive, la production s’arrêtera quasiment: plus d’énergie, plus d’engrais, plus de paysans, des terres inutilisables ou moins fertiles, plus de chevaux, plus d’outils, des animaux et des plantes hypersélectionnés et devenus trop fragiles, sans les intrants, les anciens systèmes d’irrigation détruits…
    Les 65 millions de français NE POURRONT PAS se nourrir …
    La forte production française est d’une très grande fragilité …, et donc notre sécurité alimentaire aussi.

  13. Intermarché pourrait utiliser l’argument écologiste du circuit court, et celui de la viabilité à long terme de ses fournisseurs et donc de ses approvisionnements.
    Quand ça ne passe pas par la porte on essaie la fenêtre.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services