Bannière Salon Beige

Partager cet article

Non classé

Pauvreté et tiers-monde aux Etats-Unis (suite)

Un lecteur avait réagi, dès dimanche dernier, à ce post (il voudra bien m’excuser de ne le citer que maintenant : j’étais en déplacement ces derniers jours) :

Lecteur régulier et assidu du salon beige depuis l’affaire de Notre Dame de Paris où j’ai découvert le blog, je me permets de vous faire part de critiques sur votre mise en garde en ce qui concerne la pauvreté aux USA…

Il me semble qu’à trop vouloir éviter de sombrer dans l’anti-américanisme primaire vous êtes tombé dans l’excès inverse, à savoir une certaine américanophilie matinée de préjugés "libéraux" (au sens économique du terme)… […]
Ce que vous semblez ignorer ou oublier c’est que la particularité de l’économie américaine consiste en un niveau de vie apparemment élevé : en réalité être propriétaire de son logement ne veut rien dire en soi, pas plus que les autres biens que vous citez, puisque les Etats Unis ont un taux d’endettement extrêmement élevé… Vous comprenez aisément qu’il ne s’agit là que d’une apparence de richesses puisqu’elles sont dues à des facilités de crédit (qui n’ont aucun équivalent en France et dans le reste de l’Europe en général) et non à un réel pouvoir d’achat… De plus vous oubliez également de prendre en compte le fait que ces familles pauvres ont souvent un travail : ceci étant à interpréter comme un signe de pauvreté et non de richesse. Les économistes appellent cela le phénomène des working poors, particulièrement développé dans les économies anglo-saxonnes (libérales) et américaine en particulier, c’est à dire de gens travaillant souvent durement mais vivant en dessous du niveau de pauvreté (puisque le salaire minimum est à un niveau ridicule)… Le plus souvent ce sont des familles monoparentales – l’archétype étant une femme noire de la classe moyenne qui doit soudain assumer seule la charge de ses enfants à la suite d’un divorce ou d’une séparation –  qui ne peuvent plus suivre financièrement alors même que le parent seul avec les enfants à charge travaille!!!! 
Je ne veux pas pour autant dire que notre modèle marche à la perfection et que des cas semblables n’existent pas chez nous mais il ne s’agit pas vraiment des mêmes proportions ni des mêmes problèmes…

HV

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services