Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Pause sourire

Lu ici :

"Les héritiers de Franz Kafka portent plainte contre l’administration française pour plagiat.

Prague – Connue dans le monde entier pour son incroyable complexité, l’administration française se voit attaquer par les héritiers de la famille Kafka. Selon eux, il y a bien trop de similitudes entre l’univers de l’administration et les ouvrages du célèbre auteur tchèque pour que cela soit un simple hasard.

Reportage.

Les avocats sont formels. Ceux-ci affirment avoir relevé 4560 points de comparaison similaires après les visites de plusieurs administrations françaises comme l’URSSAF, le RSI, Pôle Emploi, les ministères… «C’est incroyable, nous avons même constaté que parfois l’univers des livres de M. Kafka avait été visuellement adapté dans l’architecture et la manière dont les fonctionnaires doivent se comporter entre eux et avec les contribuables» souligne un des avocats. «C’est un travail de réappropriation culturelle que nous ne soupçonnions pas».

Ils notent aussi que ce plagiat éhonté a amené une confusion dans l’esprit des gens. «Demandez dans la rue, on ne parle plus d’univers kafkaïen mais de l’administration française» se lamente-t-il, ajoutant qu’il avait même lu sur Internet des gens affirmant que Kafka s’était inspiré de l’administration française pour forger son univers. Les héritiers demandent ainsi que la France modifie dans les plus brefs délais son administration afin qu’elle ne porte plus en elle les éléments incriminés. «Nous allons remplir les formulaires adéquats et attendons une réponse rapide» se sont ils félicités.

Interrogée, la ministre de la Fonction publique nous a conseillé d’appeler le ministre de l’Économie qui nous a conseillé d’appeler le ministère de la Justice qui nous a conseillé d’appeler l’ENA entre 14h30 et 17h les lundi, mardi, et vendredi, qui nous a conseillé d’envoyer une demande bilingue à l’INSEE qui nous a conseillé d’appeler l’URSSAF qui, dans l’immédiat n’était pas joignable, quelques instants avant que pris d’un accès de rage…"

Partager cet article

10 commentaires

  1. Hélas, c’est trop vrai.
    Une fois ce constat fait, on ne sait par quoi commencer pour que cela change (situation Kafkaïenne du héros prisonnier d’un univers apparemment absurde mais qui a d’innombrables règles).

  2. Très bon, criant de vérité. Il reste encore la Machine de Kafka.

  3. Bravo
    C’est ce qui s’appelle mettre le nez de l’administration dans son Kafka.

  4. Mais je pense que notre ministre de l’inculture n’a pas lu le livre !

  5. EXCELLENT ! Allez un peu de courage, du présent faisons table rase et VIVE LE ROI !!!

  6. Et cette complexité permet surtout… L’opacité des comptes !!!

  7. Il est vrai que lorsqu’on lit Kafka, on ne voit pas où se trouve l’anticipation.
    “on ne parle plus d’univers kafkaïen mais de l’administration française” : Uderzo et Goscinny l’avaient déjà remarqué dans “Les douze travaux d’Astérix”

  8. Et la réalité dépasse la fiction, dormez bien braves gens ON veille sur vous. Avorter, euthanasier, pacser, rançonner…..

  9. Oui mais ca permet d’avoir des tas de fonctionnaires inutiles entretenus par les contribuables qui doivent payer toujours plus pour moins que rien sauf des embrouilles administratives ,comme au bon vieux temps du kommunisme soviétique .

  10. On comprend mieux Thévenoud et sa phobie de l’administration…..

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]