Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Pass contraception : que les jeunes apprennent à aimer avant d’apprendre à jouir

Anne Lorne, élue LR Sens Commun au conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes (et investie pour les législatives de 2017) se fait remarquer par son opposition au Pass contraception.  

Le 8 juillet, Anne Lorne explique sur son site :

"Ce jeudi 7 juillet en Assemblée plénière, nous avons voté le dispositif Carte Jeunes Auvergne-Rhône-Alpes. Il s’agissait là de voter le principe et non son contenu. Nous conviendrons d’un nouveau dispositif en lieu et place de ceux hérités des précédentes majorités socialistes.

Si je suis favorable au soutien de la région en matière d’aides à l’accès à la culture, aux loisirs, aux sports, à la santé, sans critères de ressources, je suis fermement opposée au Pass Contraception. En effet, je suis pour la liberté individuelle et la responsabilité. Or, la liberté ne peut s’exercer si l’État ou les collectivités territoriales se substituent aux parents dans l’éducation de leurs enfants. Je suis convaincue que l’école, et les lycées en ce qui me concerne, ne peuvent pas remplacer les parents ou leur faire concurrence. Famille et école sont complémentaires.

Il est donc nécessaire de les associer davantage dans les projets éducatifs, y compris sur les questions affectives et sexuelles. Le Pass contraception ignore cette nécessité puisqu’il viole la liberté éducative des parents et déresponsabilise les jeunes.

Par ailleurs, malgré ma ferme opposition à ce dispositif symbolique mis en place par la gauche (310 jeunes concernés sur 300 000 élèves en 2015 !), je pense que le supprimer ne résoudra pas le problème de fond sans la mise en place en amont d’une véritable politique de prévention. Je préfère traiter les causes plutôt que les effets. En tant que femme politique au contact du réel, je sais que certains jeunes ne parlent pas de vie sexuelle avec leurs parents. Le Pass Contraception est l’aveu d’échec d’un système qui ne s’emploie pas à donner une éducation affective et sexuelle respectueuse de la dignité de la personne humaine.

En tant que Conseillère Régionale, je me battrai pour que dans nos lycées les jeunes apprennent à aimer et à gérer leurs émotions avant qu’ils apprennent à jouir. Je militerai pour qu’on leur enseigne à considérer l’autre comme une personne infiniment respectable, et non comme un vulgaire objet de jouissance. Alors que le corps humain est de plus en plus malmené, il est urgent de transmettre ces valeurs éthiques.

C’est ce rôle de garant pédagogique que la région doit exercer dans les lycées en promouvant :

  • une meilleure formation initiale des personnels médicaux ;
  • des rencontres au lycée entre personnels éducatifs, élèves ET parents ;
  • les associations qui œuvrent sans idéologie dans ce sens sur tout le territoire.

Le courage politique n’est pas lié au seul fait de dénoncer, mais de proposer une alternative crédible, et de la mettre en œuvre. C’est pourquoi, on ne peut pas réduire la question de la santé à la santé sexuelle. C’est dans cet esprit concret que je me félicite que les élus de la région portent une attention particulière aux différents soucis de santé qu’exprime notre jeunesse. La région se doit d’être engagée dans le combat contre les addictions aux drogues, aux jeux vidéos, à l’alcool, tout en restant vigilante sur les questions d’obésité et de malnutrition."

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services