Bannière Salon Beige

Partager cet article

Cathophobie / France : Laïcité à la française

Pas de congé supplémentaire pour les catholiques de la fonction publique

Lu dans Minute :

S"François Sauvadet, ministre de la Fonction publique, a renouvelé une circulaire clairement discriminatoire, favorisant le communautarisme le plus échevelé. Dans son texte, paru le 10 février, il rappelle en effet aux préfets et sous-préfets que les employés de la fonction publique peuvent prendre des jours de congés correspondant à leurs fêtes religieuses. Ainsi, les juifs et les musulmans bénéficient-ils de trois jours chômés, tout comme les orthodoxes, alors que les bouddhistes n’en ont qu’un seul, pour la fête du Bouddha. La circulaire autorise encore trois autres journées pour « les fêtes arméniennes » (deux célébrations religieuses et la commémoration du génocide arménien, le 24 avril). Rassurez-vous, les adorateurs de l’oignon, eux, ne sont pas compris dans la circulaire… Et les catholiques, dans tout ça ? Comme toujours, ce sont les dindons de la farce, puisqu’ils n’ont droit à rien, la circulaire précisant que leurs principales fêtes « sont prises en compte au titre du calendrier des fêtes légales »… dont bénéficient également les juifs, musulmans, bouddhistes et autres."

Tout le monde n'a pas le lundi de Pentecôte par exemple. De même si l'on souhaite faire un chemin de croix le vendredi saint, il faut poser un congé.

Vous savez le rôle que le Salon Beige joue chaque jour dans la lutte contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme; vous connaissez notre pugnacité à combattre chaque jour contre l’avortement, l’euthanasie, le mariage pour tous, la PMA, la GPA et toutes les dérives libertaires.

Le Salon Beige ne remplace pas votre rôle dans ces combats, il les facilite, les accompagne et les stimule<;

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

24 commentaires

  1. Le lundi de Pentecôte, comme celui de Pâques, ne sont pas les fêtes religieuses, il me semble. Cet exemple contribue bien trop souvent à rendre flou la réalité de nos grandes fêtes…

  2. Les laïcs astucieux de la fonction publique changeront de confession à chaque fête, je pense, s’il ne le font pas déjà…

  3. reconnaître des jours supplémentaires pour les catholiques, ce serait nier les racines chrétiennes de la France qui font que les fêtes catholiques sont déjà prises en compte dans le calendrier social… Soyez donc cohérents car la revendication communautariste, faudrait pas tomber dedans !

  4. Ils ne s’agit pas de donner des congés supplémentaires aux juifs, musulmans et bouddhistes mais de leur permettre de prendre leurs congés payés les jours de leurs fêtes religieuses.
    En d’autres termes, ils n’ont pas plus de congés que les autres mais simplement on les autorise à les prendre pour célébrer leurs fêtes plutôt qu’a un autre moment.
    Il n’y a donc aucune injustice de créées avec les chrétiens qui eux on toujours la possibilité de célébrer leurs fêtes en dehors de leur congés puisque celles ci sont toujours, soient des dimanches, soit des jours fériés.
    C’est simplement une question d’organisation de service, pas un privilège.

  5. Mais comment l’appliquer?
    On a le droit de demander à son employé sa religion?

  6. Ce sont des jours de congés pas des jours chômés. Ils sont déduits de leurs congés. Je ne vois rien de choquant, un catholique peut poser une RTT aussi pour le vendredi saint.

  7. Le Vendredi Saint peut être considéré comme fête religieuse. En ce qui me concerne, j’ai toujours eu droit à m’absenter de mon travail les après-midi de ce jour, afin de participer aux cérémonies.

  8. dehors

  9. A titre de comparaison, jours fériés POUR TOUS en Espagne en 2012 (parmi d’autres non religieux) :
    – Épiphanie
    – jeudi Saint
    – vendredi Saint
    – Assomption
    – St Nicolas
    – Immaculée Conception
    – Toussaint
    – Noël

  10. Je pense adhérer a la petite Église, pour obtenir tous les jours.fériés d’ancien Régime.

  11. Lisez bien : “[ils] peuvent prendre des jours de congés correspondant à leurs fêtes religieuses”
    Ils peuvent donc prendre un jour de congés le jour du Yom Kippour comme un chrétien pourra en prendre un le jour du Vendredi Saint (pour reprendre votre exemple). Dans les deux cas le jour viendra en déduction des cinq semaines de congés payés annuelle.
    La circulaire a pour but d’informer les chefs de service des dates (fluctuantes) des fêtes religieuse autres que chrétiennes et de leur demander d’accorder des congés (pris sur le quota annuel) aux agents des confessions concernés qui en font la demande.
    Il n’y a aucun privilège. Les agents non-chrétiens n’ont pas de congés en plus, ont doit simplement veiller à ce qu’ils puissent prendre leurs congés payés légaux le jour de leurs fêtes religieuses, s’ils le souhaitent. La présentation faites par Minute est tendancieuse mais il n’y a vraiment rien qui permette de se scandaliser.

  12. Une précision à propos des lundi de Pâques et de Pentecôte: ce sont des reliquats symboliques des Octaves prolongeant ces fêtes, solennellement et séculairement célébrées selon le calendrier liturgique latin. Un reste des racines chrétiennes de la France, donc, encore heureusement défendu par la CFTC voire le PC pour le bien des familles …

  13. @ Arnold
    “Et les catholiques (…) Comme la circulaire précisant que leurs principales fêtes « sont prises en compte au titre du calendrier des fêtes légales »dont bénéficient également les juifs, musulmans, bouddhistes et autres.”
    (…) leurs principales fêtes « sont prises en compte au titre du calendrier des fêtes légales (…)
    “… dont bénéficient également les juifs, musulmans, bouddhistes et autres.”
    “…dont bénéficient également les juifs, musulmans, bouddhistes et autres.”
    M’sieur Arnold, c’est-y plus mieux, là…

  14. Cette circulaire existe depuis les années 70 (au moins), et a seulement pour but, comme cela a été indiqué dans les divers commentaires, d’indiquer aux responsables de service si les motifs indiqués par les agents pour demander une autorisation d’absence ont ou non un fondement.
    L’articulation entre la dévotion et la continuité du service est parfois délicate, comme le montre cet arrêt du conseil d’Etat de février 1997 :
    Considérant que Mlle X…, agent non titulaire occupant les fonctions d’hôtesse d’accueil au centre national d’art et de culture Georges Y…, a sollicité des autorisations d’absence pour la célébration en 1987, du vendredi saint, de la fête Dieu et de la fête de la médaille miraculeuse ; qu’en l’absence de règles définissant le régime des autorisations d’absence, le directeur du centre précité a rejeté la demande en se fondant par sa décision du 10 mars 1987, sur ce que “Seules … les fêtes religieuses légales en France peuvent donner lieu à autorisation d’absence” ; qu’en se bornant à opposer un tel motif, alors que l’institution par la loi de fêtes légales ne fait pas, par elle-même, obstacle à ce que, sous réserve des nécessités du fonctionnement normal du service, des autorisations soient accordées à des agents publics pour participer à d’autres fêtes religieuses correspondant à leur confession, le directeur du centre national d’art et de culture Georges Y… a entaché sa décision d’erreur de droit ;

  15. Il faut savoir que dans certains services fonctionnant en continue (hôpitaux, police, prison) des agents juifs et musulmans sont systématiquement volontaires pour Noël et Pâques pour permettre à un plus grand nombre de leurs collègues chrétiens de célébrer ces fêtes. Ces volontaires font en général parti de ceux qui prennent un congé pour leurs propres fêtes religieuse, c’est pour eux une sorte de renvoie d’ascenseur.
    Cela n’est pas critiquable, bien au contraire.

  16. La circumaire pârle d'”autorisation d’absence”, pas de congé décompté des CP ou RTT. N’étant pas fonctionnaire, je ne sais pas dire si c’est la même chose…

  17. La persécution s’amplifie, elle est le signe de la Vérité du Christ : ” Vous serez haïs et persécutés à cause de mon Nom”.
    Prions pour tenir debout, comme il est dit dans l’Evangile.

  18. Et le chef de service a t-il le droit de refuser ce congé ?

  19. Bonjour,
    Pour aller dans le sens de Nicolas (29 fév 2012 12:25), mon administration nous a fait suivre la circulaire mais il me semble bien que ces journées seront retirées des RTT ou congés payés. Il s’agit simplement d’être plus souple dans l’accord de l’absence à ces dates.
    Il faudra que je pose la question au “chargé d’expertise juridique sur le temps de travail” (si, si ça existe).
    [Oui mais l’administration peut-elle être plus souple si je veux prendre mon Vendredi Saint ? Si j’en crois cette circulaire, non.
    MJ]

  20. @MJ
    Si vous pensez que l’administration n’est pas assez souple en ce qui concerne le Vendredi Saint il serait plus profitable de le revendiquer en s’appuyant sur le précédent que constitue ce “privilège” accordé aux autres confessions plutôt que de critiquer un pseudo-privilège que les autres confessions auraient.
    On pourrait aussi considérer qu’être “forcé” de travailler le Vendredi Saint c’est participer (très faiblement) aux souffrance du Christ mort pour nous ce jour là !
    Il y a quand même des commentateurs (lève-toi | 29 fév 2012 22:07:47) qui voient la dedans une forme de persécution. N’est ce pas un poil exagéré ?
    [L’accumulation de ce genre de faits par l’Etat ressemble à une persécution sourde.
    Effectivement, on peut “revendiquer”, mais c’est justement là le problème. Car ce problème n’est pas nouveau. Déjà à l’école, il fallait justifier cette absence.
    A vous suivre, travailler le dimanche, c’est aussi participer aux souffrances de NSJC ?
    MJ]

  21. La société française doit-elle nécessairement se réorganiser en fonction des demandes communautaristes…attention, on donne le doigt on prend le bras… on donne la possibilité de…puis cela devient un privilège…puis très vite le privilège se transforme en une revendication en bonne et due forme et on fini par réclamer un droit. Attention !

  22. A Oktavius et aux autres intervenants : il s’agit d’autorisations d’absence et non de congés annuels ou RTT. Autrement dit ce sont des congés payés supplémentaires pour les agents qui les demandent.
    Je demande tous les ans le Vendredi Saint dans ce cadre juridique. Certains chefs de service sont forts embarrassés par cette demande catholique explicitement exclue de la circulaire mais finissent par l’accorder…
    Bref, je n’ai pas encore eu l’occasion d’actionner la procédure de recours hiérarchique et éventuellement contentieuse…

  23. le ministre donne des jours supplémentaires en disant bien “autorisations d’absences” et non déduit des congés ou rtt que ya t’il une circulaire ou autre?

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services