Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Parlons de la mort !

Tugdual Derville, délégué général d'Alliance Vita, évoque la mort dans les colonnes de La Croix :

"Dans nos sociétés connectées, la mort est paradoxale : omniprésente mais lointaine. Elle s’impose sur des écrans. On s’entre-tue sous nos yeux aux informations télévisées ou sur Internet. Et nous voilà spectateurs passifs de morts médiatisées qui ne concernent pas notre quotidien : personnalités, ou anonymes à la fin spectaculaire. Ces morts nous laissent hébétés : c’est-à-dire anesthésiés et apeurés. La mort aurait-elle acquis le statut d’une affreuse extraterrestre ? Des trépas militants font même irruption dans nos vies, par audio-visuel interposé, avec leurs messages revendicatifs post mortem. Mettre en scène la mort comme s’il fallait « réussir sa sortie » par un dernier pied de nez ? Tout cela nous éloigne du réel.

Car pendant ce temps-là, nous mourons en France, de façon pudique et intime, de moins en moins à domicile (28 % des 572 000 décès annuels), de plus en plus en maison de retraite (12 %) ou à l’hôpital (60 %). Souvent en toute discrétion. Seuls ou accompagnés par les soignants et quelques proches qui gèrent au mieux leur surmenage. Nous ne mourons toutefois pas aussi mal que certains le prétendent, car la culture palliative commence à porter ses fruits : soins antidouleur et d’accompagnement, attention aux proches, dialogue soignants-soignés… Il se passe heureusement des choses essentielles et précieuses au chevet de ceux qui vont mourir. Mais de cela, qui parlera ? La mort a perdu de sa familiarité.

D’ailleurs, où vont nos corps après expiration ? Furtivement évacués des hôpitaux par la petite porte. On y meurt à tour de bras, mais pratiquement personne n’y croisera un cadavre. Le mot est tabou. Nos dépouilles mortelles, pressées par les contraintes d’organisation, laissent peu d’espace au deuil. C’est le constat souligné par Christian de Cacqueray, directeur de la fédération des services catholiques des funérailles : dans des chambres mortuaires aseptisées, à l’écart, les veillées funèbres sont réduites à la portion congrue ; on ne prend plus le temps… Même les corps semblent pressés de disparaître : ils redeviennent souvent poussière en quelques minutes dans une chambre de crémation. Serait-ce révélateur de notre peur d’envisager la mort en vérité ?

Tout se passe comme si rien ne devait nous rappeler que nous sommes mortels".[…]

[La suite]

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services