Bannière Salon Beige

Partager cet article

Environnement

[Paris] Pollue Plage

Je ne résiste pas au plaisir de vous signaler cet article de Durandal :

"C’est reparti ! La liturgie balnéo-festive de Paris-Plage sera célébrée
cette année, comme tous les ans depuis 2002, sur les bords de Seine
.
Enfin… pas partout puisque le maire du 13ème arrondissement est,
paraît-il, malheureux de ne pas avoir droit, ce coup-ci, à son pâté de
sable et son palmier. Pauvre garçon.

Un autre bilan n’est, en
revanche, jamais dressé : celui du coût environnemental de ce happening
urbain
. Toujours prompte à dégoiser sur le sujet quand ça l’arrange, en
invoquant par exemple la mortalité due à la pollution pour massacrer
les boulevards haussmanniens avec des aménagements qui ne la réduisent
pas, la mairie est étrangement muette sur cette question" (suite).

Lahire

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

7 commentaires

  1. Et est-ce que ce Durandal pense au fait que tous les parisiens n’ont pas de quoi partir à la mer chaque été et que ça fait du bien à ceux qui sont obligés de travailler pendant le mois d’août de se reposer le week end sur du sable chaud (ou pas).
    Pourquoi sous prétexte d’être de droite se sent-on obligés de critiquer toutes les actions des gens de gauche, c’est très énervant à la fin…
    [Avant tout, les règles de ce salon exigent l’emploi d’un pseudo. Pour aller au fond de votre commentaire, Durandal voit juste sur deux points :
    1 – le coût exubérant de cette opération pour offrir de quoi paresser aux parisiens. N’y a t-il pas meilleur usage à faire de l’argent de la mairie à Paris? Que faites-vous de la pauvreté etc?
    2 – il faut trouver la juste mesure dans la recherche permanente du confort. Que l’on rende la Seine fréquentable et propre à la baignade, oui! A quand les pistes de ski l’hiver, les montagnes à gravir l’été, les lacs venteux pour le kit-surf, l’été et le patinage l’hiver, les eaux profondes pour la plongée l’été et la voile l’hiver, etc… le tout en plein Paris. Le grand dilemme des hommes qui doivent trouver le moyen de se contenter de ce qu’ils ont!
    Lahire]

  2. Oui, c’est reparti ! Sous les pavés, la plage ? Vous en avez rêvé, Delanoë l’a fait. On a arrêté la circulation automobile, On a mis du sable sur les pavés, on a amené des palmiers en plastique, des transats, des jeu de boules et des jokari, et le miracle a eu lieu : Oui, sous les pavés, la plage.
    “Paris plages” n’est que le triste reflet d’une société malade de son hédonisme poussé jusqu’à l’absurde, et qui offre un paradis artificiel à une clientèle décérébrée.
    Car enfin, il y a un temps pour tout, il y a également des lieux prévus pour certains usages. Qu’est-ce qu’une ville ? Une ville, ce sont des habitants qui travaillent, des commerçants, des artisans, des professions libérales, des employés, etc.. Une ville tient son dynamisme du travail, et, mis à part certains lieux de villégiature, en général au bord de mer, les villes n’ont pas été créées pour le tourisme, en tout cas pas Paris.
    Il y a de magnifiques lieux naturels, en région parisienne, forêts, parcs, bords de rivières et fleuve, inutile de créer une “plage” synthétique !
    “Paris plages” est une régression, le mythe du bon sauvage qui se la coule douce sous son palmier offert à de pauvres bobos et des touristes imbéciles. On tourne le dos aux valeurs traditionnelles, et notamment au travail, on veut retourner à nos cavernes, sous nos palmiers, et jeter aux orties toutes les valeurs de notre société occidentale.
    Ce n’est donc pas étonnant que ce soit une coalition rouge-verte, qui a la haine de la France traditionnelle, qui ait mis en place cette fumisterie, symbole d’une société qui s’écroule : des gugus en string jouant aux boules dans des bacs à sable, à l’ombre de Notre Dame, il faut vraiment faire un effort pour y voir le progrès de la civilisation !

  3. Dans sa réponse au premier post Lahire estime que cette débauche de moyens serait mieux utilisée dans des actions sociales. C’est vrai ! Et le PS aime aussi se faire voir avec le DAL et autres associations gauchistes réclamant plus d’humanité à toutes les droites (car même la fade ump en prend pour son compte avec ces associations plutôt rouges).
    Il paraît que pour réaliser Paris plage, on vire les SDF :
    “Je me disais qu’il serait intéressant, après avoir présenté avec quelques images de Paris Plage, de passer à un angle plus critique en soulignant notamment que de nombreux SDF vivant sous les ponts avaient été (violemment) expulsés et envoyés ailleurs quelques jours auparavant, car voir la misère ce n’est jamais très vendeur dans un cadre paradisiaque… Or est-il nécessaire de rappeler que la mairie qui nous a organisé ce beau Paris Plage 2006 est sensée être une mairie socialiste.”
    http://www.m-r.fr/actualite.php?id=1397

  4. Tout ce que j’ai lu ci-dessus est fort juste : on s’amuse au détriment de la misère et de la fonte au soleil du pouvoir d’achat des classes moyennes, condition de la paix quand tout va bien !
    Mais, les amis, vous allez rire !!! Tous les matins, je marche trente minutes en direction du bassin de baignade pour participer à l’aquagym gratuite (après tout, moi aussi, j’en paie les frais avec mes impôts), c’est épatant, ça met en forme pour la journée.En rentrant, je passe devant l’église St Denys du St Sacrement et me joins aux quelques personnes qui récitent le chapelet.Culture physique ET spirituelle.
    Mais si “Paris plage” est suprimé, je ne m’en porterai pas plus mal.Il est certain qu’on le suprimera car des évennements aux graves répercussions économiques nous atendent.

  5. Paris plage c’est l’inverse du slogan gauchiste : la plage n’est pas SOUS les pavés, mais SUR les pavés ! On enlève pas les pavés, on leur rajoute du sable. C’est bien la preuve qu’on subvertit une fois de plus réalité matérielle. Subversion vous avez dit subversion, comme c’est étrange !

  6. Paris Plage rend hillares les touristes, qui cette année viennent trés nombreux du Brésil (pays en pleine émergence)
    les guides ont beau leur dire que désormais les François ne rêvent plus de Copacabana, ça les fait franchement marrer

  7. Je ne suis jamais allée à Paris-Plage mais si je comprends bien, c’est le summum du mauvais goût et de la sottise…
    Cependant l’idée en soi n’est pas mauvaise et…pas nouvelle. Je ne sais si ça se faisait à Paris mais à Moscou, avant la révolution de 1917, on se baignait dans une boucle de la Moscova, en plein Moscou.
    Pourquoi les Parisiens qui sont à Paris quand il fait si chaud ne pourraient-ils pas se baigner et nager en plein Paris dans une Seine dépolluée et agréablement aménagée ?…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services