Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Parents, qu’aviez-vous prévu le 28 septembre?

Quelque soit votre réponse, il vous faudra sans doute garder vos enfants à la maison car les syndicats de l’Education Nationale ont prévu une journée de grève unitaire. Pour quelle raison? Tout simplement parce que le CPE a mobilisé beaucoup de monde et qu’il faut maintenir la pression : "les troupes ont été regonflées par la victoire du CPE" dixit madame Rolet, secrétaire générale du Snes-FSU.
Le prétexte officiel évoqué pour cette journée est la suppression de 8500 postes dans le ministère de l’Education Nationale. Karl Stoeckel, président de l’Union nationale lycéenne (UNL), ne brille pas par ses arguments : 

"C’est une manière pour le gouvernement de cautionner la fuite de dizaines de milliers de familles vers le privé".

Cette ineptie ne tient pas : personne n’ignore que le nombre de poste dans le privé est fixe et que les
écoles privées tournant à 100% ne peuvent plus accueillir un élève de
plus.
En revanche, le constat suivant est une réalité connue :

  • l’Education Nationale est la deuxième administration au monde en terme d’effectifs (1,5 millions de personnels dont 900 000 enseignants, soit plus de 4 fois l’armée française) après l’armée chinoise,
  • le budget de ce ministère, le premier de l’Etat, représente un peu moins de 25% du budget de l’Etat,
  • 90% de ses dépenses concernent les rémunérations des enseignants et autres emplois,
  • la France est un des pays qui dépense le moins pour ses étudiants,

Le fait que des réformes s’imposent est aussi flagrant que l’intérêt des syndicats à maintenir le désordre public au profit de la gauche par des manifestations infondées et irresponsables pour l’instruction des élèves. Et voilà, en effet, une raison essentielle qui incite les parents à se tourner vers un enseignement meilleur que le public.

Lahire

Partager cet article

10 commentaires

  1. heureusement,quand les enseignants font la grève et que les parents travaillent, les enfants, eux, restent devant la télé!

  2. Y a encore des masos pour inscrire leurs enfants dans l’enseignement public ?
    ça me paraît de plus en plus suicidaire ou inconscient, au choix.

  3. Enfin, j’étais dans un lycée pourri (situé en zone industrielle), cela ne m’a pas empeché d’avoir la mention “tres bien” au bac

  4. @Sixtine
    il n’y a pas de différence réelle entre l’enseignement public et l’enseignement privé, en tout cas sous contrat
    ce sont les mêmes profs, et même moins bons dans le privé car les diplomés préfèrent le public, mieux côté question avantages
    pour ce qui est des établissements publics, lors des grèves et manifes de mars avril, certains profs étaient dans les cortèges, d’autres faisaient leurs cours comme si de rien n’était
    quant au privé sous contrat, il y a des profs qui font chanter l’internationale à tue-tête à leurs élèves pendant le cours d’histoire-géo parce que , selon eux, ça fait partie du programme (ils étudient l’URSS)
    il y en a une qui a demandé à un jeune de 14 ans comme rédaction en classe la différence entre un système capitaliste et un système socialiste
    elle a pas été déçu
    le jeune lui a tartiné (texto): dans un système capitaliste on peut peut-être s’enrichir
    dans un système socialiste, on finira tous des pauvres
    la semaine d’après, elle a remis ça avec un devoir sur la société induistrielle
    là, le même chenapan en a remis sur l’exploitation des ouvriers, les patrons exploiteurs etc etc en se marrant
    il a eu 18!
    preuve que de toute façon, quels que soient les bahuts et les profs, parmi les jeunes, comme à toutes les époques, il y a les cons et les moins cons (les facétieux)

  5. De l’avis d’un ami, Inspecteur d’Académie, “les meilleurs profs sont dans le public et les meilleurs élèves sont dans le privé…”

  6. @Sep1
    là aussi, il ne faut pas être manichéen
    il y a dans le privé des élèves moyens, parfois médiocres, qui sont là parce que les établissements publics de leur lieu d’origine sont dangereux (ils vont donc le matin de la banlieue vers un établissement privé parisien) et il y a d’excellents élèves dans les grands lycées publics, même si souvent les profs sont en grève, parce que ceux sont les fils de bobos diplômés, qui peuvent donc consacrer du temps à leurs enfants, et ont eux-mêmes un bon niveau

  7. La différence entre privé & public ne doit pas se jouer que sur le niveau d’instruction ou le taux de réussite au bac. Il y a un climat de valeurs (discipline, règlement intérieur…) bien plus important à comparer quand on sait que son enfant passe les 2/3 de sa journée hors de la maison, qui influe bcp plus sur la personnalité, la psychologie voire même l’équilibre des adolescents.
    Sans oublier le rôle primordial des parents qui offrent ou pas un foyer-refuge à leurs enfants, & qui doivent donner les limites de l’influence de l’école (mode vestimentaire…)

  8. Je ne sais plus qui disait: “Avec 1.5 million d’employés, l’Education Nationale est, de loin, la plus grosse administration Stalinienne d’Europe, et peut-être aussi la dernière à avoir survécu au Petit Père des Peuples”. Dernier exemple: La polémique relancée sur la méthode globale.

  9. Il y a quand même un manque de professeurs dans le public, certains collèges groupent leurs élèves de 5ème par classe de 40.
    Après il ne faut pas s’étonner qu’ils aient des difficultés ou qu’un simple élève perturbateur puissent entrainer une dizaine d’élève dans la classe.
    Maintenant faudrait voir la répartition des profs dans le pays et surtout le nombre de personnes travaillant dans les ministères et dans les rectorats

  10. Une grêve annoncée ne réalise pas toujours ses promesses. Les retenues sur salaires et la défaite devant le courage (relatif) de François Fillon ont bien réduit le nombre des grêvistes.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services