Bannière Salon Beige

Partager cet article

Cathophobie

Pakistan : deux infirmières chrétiennes accusées de blasphème risquent la mort

Pakistan : deux infirmières chrétiennes accusées de blasphème risquent la mort

Deux infirmières chrétiennes de Faisalabad, au Pakistan ont été accusées en vertu de la loi pakistanaise sur le blasphème contre l’islam. L’affaire a été enregistrée le 9 avril à la demande du médecin-chef Mirza Mohammad Ali de l’hôpital civil de Faisalabad. Le 8 avril, les deux infirmières chrétiennes Mariam Lal et Navish Arooj auraient enlevé et déchiré un autocollant contenant des versets du Coran. Le médecin affirme que Navish Arooj a retiré l’autocollant et l’a remis à Mariam, qui l’a caché dans sa main lorsqu’elle a vu l’infirmière principale, Rukhsana, venir vers eux. À la demande de l’infirmière principale, Mariam, selon son récit, ne lui aurait pas donné de réponse adéquate. Le lendemain, 9 avril, l’infirmière musulmane a partagé l’affaire avec l’administrateur de l’hôpital et inspecteur sanitaire Faisal Yaqoob. Ils ont estimé les deux infirmières chrétiennes coupables d’avoir déshonoré le Coran, déposant une plainte pour blasphème.

Dans la confusion qui a éclaté à l’hôpital, en entendant la nouvelle, l’un des garçons de la salle, Muhammad Waqas, a tenté de tuer l’infirmière chrétienne Mariam avec un couteau, mais Mariam n’a été blessée qu’au bras. Les deux infirmières sont maintenant en garde à vue. Kashif Aslam, coordinateur des programmes à la Commission nationale pour la justice et la paix des évêques du Pakistan, s’adressant à Fides, note:

«C’est une autre fausse accusation contre les femmes chrétiennes; il y a une affaire personnelle parmi les membres du personnel qui doit être découverte dans l’enquête. Les fidèles chrétiens ont une sensibilité profonde sur ces questions, et on leur apprend aussi à respecter les autres religions. Je ne crois pas que les jeunes infirmières chrétiennes aient profané l’autocollant contenant les versets du Coran “.

Saleem Iqbal, un militant chrétien des droits humains s’adressant à Fides, déclare:

«Il est alarmant de voir une augmentation du nombre d’accusés injustement dans les affaires de blasphème et les conversions forcées de filles appartenant à des minorités religieuses. Il s’agit du deuxième cas enregistré dans l’année: auparavant, l’infirmière chrétienne Tabitha Gill était accusée dans un hôpital de Karachi. Maintenant, cela s’est produit à Faisalabad “. “Nous appelons les politiciens chrétiens à se dépêcher d’agir pour protéger leur peuple et demandons aux fidèles d’être toujours attentifs à ceux qui peuvent les piéger dans de telles affaires, en utilisant le blasphème pour des disputes personnelles ou des jalousies personnelles“.

Tout ceci n’est pas très Fratelli Tutti

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]