Overdose de la culture de mort

Constance Delmas, l'une des organisatrices de la « marche pour la vie et la famille » de Bordeaux le 24 mars prochain, a répondu aux questions des Nouvelles de France. Extraits :

Pourquoi une marche pour la vie ? Est-ce vraiment utile ? Tout le monde est-il le bienvenu à cette marche ?
Les motifs ayant poussé à la création de l’association « Oui à la Vie » reposent sur un constat : le caractère sacré de la vie et le rôle irremplaçable de la famille ne sont plus considérés comme des valeurs essentielles de la société. Pour sensibiliser la société, à travers les médias, il est nécessaire d’organiser un évènement médiatique, qui rassemble de très nombreuses personnes, avec un message fort. Cette marche, dont c’est la 4ème édition, est un signe de la solidarité entre les générations. […]

BComment expliquer que les marcheurs soient si jeunes alors que les grands médias aiment dépeindre le courant pro-vie comme « démodé » ou « moyen-âgeux » ?
C’est un des enseignements majeurs de ces grandes manifestations en faveur de la vie : les participants sont extrêmement jeunes, les 15-25 ans étant très largement représentés (n’hésitez pas à visionner les vidéos sur notre site internet). C’est le signe que cette génération, qui est née et a grandi dans une société où les termes de malthusianisme, d’avortement, d’euthanasie, de droit à mourir, de rationnement des soins, de surpopulation ou de vieux qui coûtent chers à la Sécurité sociale, sont sans cesse mis en avant, fait une overdose de cette culture de mort."

Le cardinal-archevêque de Bordeaux Mgr Ricard a communiqué officiellement son soutien à cette marche.