Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement

« Oui, nous dissuadons ! »

De Jean-Marie Le Méné, Président de la Fondation Jérôme Lejeune :

"Pas en Chine populaire sous Mao, mais en France en 2017, donner une information susceptible de dissuader de l’avortement va devenir un délit punissable d’amendes et de peines de prison. Ne feignons pas la surprise, c’est désormais clair pour tout le monde, l’avortement est devenu l’un des premiers marqueurs de la politique moderne. Que ce soit chez Les Républicains, au Front National ou à Gauche, l’avantage est au plus offrant en la matière, chacun y va allègrement dans la surenchère. Sur la scène politique, les résistants courageux se comptent sur les doigts d’une seule main, et encore…

Déjà l’incroyable censure par le CSA du film de la Fondation Jérôme Lejeune, présentant de jeunes trisomiques heureux, était un indicateur plus qu’inquiétant. L’éradication de la trisomie relevant d’un « ordre établi», l’expression du bonheur de ceux qui n’auraient pas dû vivre est devenue suspecte. Il est donc préférable, pour eux, de cacher leur joie ou de la réserver pour des émissions à thèmes ! Cette décision du CSA, validée depuis par le Conseil d’Etat mais qui a horrifié le monde entier, reposait en effet sur la crainte que la joie des enfants trisomiques ne culpabilise les femmes ayant avorté ou ne dissuade des femmes de le faire. Halte à la contagion du beau, du bien, du vrai…

Avec le délit d’entrave, le Parlement va plus loin, il généralise l’injustice en instaurant un blackout sur toute information relative au respect de la vie dès lors que cette information pourrait être « dissuasive » de l’avortement, l’information « incitative » ayant seule droit de cité. En réalité, il s’agit des deux faces d’une même médaille. L’une et l’autre décisions – celle du juge et celle du Parlement – malmènent pareillement la vérité et la liberté. Dans les deux cas, il y a obscurcissement de la conscience et asservissement. Il n’est pas certain que tout le monde ait pris la mesure de la gravité de ce que signifient la sanctuarisation du crime et la présomption de culpabilité de ceux qui s’y opposent.

La Fondation Jérôme Lejeune appartient à la famille des « suspects habituels », ceux qu’on stigmatise par défaut, pour reprendre la célèbre réplique du film Casablanca. Il est vrai que, par déformation professionnelle, nous essayons de mettre en échec la contagion du mal, de dissuader des actes malheureux et peut être du malheur. Proposer des raisons d’espérer à des parents qui doutent, offrir une consultation spécialisée au profit de ceux qui n’intéressent plus la médecine, encourager des chercheurs à combattre des maladies que la science n’a plus envie de traiter parce qu’il suffit de s’en remettre à un eugénisme bon teint, accueillir la différence de ceux dont la vie ne mérite pas d’être vécue aux yeux du monde, nous le faisons, nous ne faisons même que cela. Mais proposer la vie, il faut le savoir, c’est dissuasif de la mort. Par nature.

Pardonnez-nous d’écouter ceux qui pleurent, qui souffrent ou qui ont peur, pardonnez-nous de les rassurer, de les accompagner, de les aider, pardonnez-nous de réussir quelquefois à dissuader certains de commettre l’irréparable. Pardonnez-nous de continuer à désespérer le désespoir. Pour nous, c’est une question de Savoir-Vivre !"

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services