Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / Médias : Désinformation / Pays : International

On peut critiquer la justice, mais seulement la justice étrangère

C Alors que les magistrats français se drapent dans leur dignité quand on ose critiquer leurs jugements, les soutiens de Florence Cassez et la classe médiatique ont exprimé leur indignation après le rejet du pourvoi en cassation de la Française incarcérée au Mexique. Le ministre des Affaires étrangères Michèle Alliot-Marie a dénoncé un "déni de justice" qui "va peser sur les relations bilatérales" et affirmé qu'elle ne participerait à aucune manifestation de l'année du Mexique.

"Le gouvernement français va explorer toutes les voies de droit à sa disposition, sur le plan national et international, pour accompagner les actions que Florence Cassez décidera d'entreprendre".

Martine Aubry a appelé les collectivités socialistes à boycotter et annuler les manifestations de l'année du Mexique, et la ville de Paris a annulé une grande manifestation la semaine prochaine.

Cette affaire est intéressante, à plus d'un titre :

Sur le fond de cette affaire, que nous avions déjà évoqué, on constate que la presse française donne la parole aux défenseurs de la Française et jamais à l'accusation. Or, celle-ci mérite d'être connue. La dernière victime du gang, que la presse française n’a pas voulu entendre, témoignait:

Mon nom est Cristina Rios Valladares. J’ai été victime d’une prise d’otage, aux cotés de mon époux Raul et de mon fils qui avait 11 ans. Depuis ce jour notre vie a totalement changée… Ma famille est détruite. Ce que mon fils et moi avons vécu, du 19 octobre 2005 au 9 décembre de la même année, est indescriptible : 52 jours de captivité pendant lesquelles je fus victime d’abus sexuels et, avec mon enfant, de torture psychologique… […] Nous avons appris la nouvelle de la peine de prison que Florence Cassez méritait, cette femme dont j’avais écouté la voix à de maintes reprises pendant ma captivité… Une voix d’origine française qui bourdonne encore aujourd’hui dans mes oreilles. Une voix que mon fils reconnaît comme celle de la femme qui lui pris du sang pour l’envoyer à mon époux, avec une oreille qui lui ferait penser qu’elle appartenait à son fils.

Maintenant j’apprends que Florence réclame justice et clame son innocence. Et moi j’entends dans ces cris la voix de la femme qui, jalouse et furieuse, hurlait sur Israel Vallarta, son petit ami et chef de la bande, que s’il recommençait à s’approcher de moi, elle se vengerait sur ma personne. Florence raconte “le calvaire” de la prison, mais elle voit sa famille dans le pénitencier, elle émet des appels téléphoniques, elle réalise des interviews pour la presse et elle ne craint pas chaque seconde pour sa vie.”

Il faut croire qu'au Mexique, la justice pense d'abord aux victimes avant de relâcher des individus. Une pratique que la France pourrait imiter.

Partager cet article

13 commentaires

  1. nous donnons des leçons à la terre entière

  2. Effectivement, je crois que l’on ne sait pas tout. L’avocat de Florence Cassez ne veut pas la justice, il veut la libération de sa cliente. Le gouvernement français ne veut pas la justice, il veut une libération productrice de voix électorales. Quant à la presse boboïste-gauche-marrakech, elle ne peut que s’en prendre à ces “p…..” de pays d’Amérique latine. Peu influents sur la scène mondiale, ils sont criticables à volonté. Personnellement, j’ai vécu 3 ans en Amérique-latine et je veux dire, ici, que leurs policiers sont aussi bien formés que les nôtres, si ce n’est mieux. Alors, si la famille Cassez veut que la France (du peuple) soit à ses côtés, qu’elle sorte ses arguments. On pourra alors en discuter. Mais que nos relations avec le Mexique soient remises en cause, à cause de cette affaire est tout bonnement ahurissante. Ou alors, c’est que nous n’avions aucune relation avec ce merveilleux pays. Il est vrai que nous, on préfère le maghreb islamique qui nous pourrit la vie même si les séjours et transports sont gratos. Mais entre Acapulco et essaouira, je préfère Acapuloco.

  3. Inutile de chercher pourquoi la justice française protège les agresseurs au détriment des victimes… Quand les donneurs d’ordre eux-mêmes donnent l’exemple…
    Et ce n’est donc pas près de changer : vivement la Libération !

  4. Je lis de ci de là ceci: “En novembre 2010, la Française avait reçu deux soutiens notables : celui de l’Eglise catholique du Mexique et celui d’un ex-Procureur général fédéral, l’équivalent du ministre de la Justice, qui ont affirmé croire en son innocence.”
    Quid?
    source: http://tempsreel.nouvelobs.com/depeche/top-news/20110210.AFP2521/le-recours-en-cassation-de-florence-cassez-rejete.html
    http://www.marieclaire.fr/,florence-cassez-condamnation,20123,375636.asp
    [Attention, je ne dis pas qu’il ne faut pas croire à son innocence ni qu’il ne faut pas utiliser les recours juridiques possibles.
    Je trouve que les accusations de “déni de justice” et d’appel au boycott de la part de représentants de l’Etat sont excessifs. Et que l’on attend de la presse française qu’elle nous présente aussi l’autre point de vue. MJ]

  5. les politiciens français sont toujours égaux à eux-mêmes, c’est à dire du côté de la chienlit. Le Mexique à d’énormes difficultés en matière d’insécurité et de violences, chaque mexicain sait que toute manifestation de faiblesse est une marque d’encouragement au crime et beaucoup souhaitent un retour de la peine de mort. En ce qui concerne le gouvernement français et ses “opposants”, il ne pèse plus rien dans les relations internationales.

  6. à lire (je ne crois pas l’avoir vu mentionné dans l’excellente contre-enquête de sedcontra) ce post de 2008, trouvé sur http://post-frontieres.nordblogs.com/archive/2008/05/14/affaire-cassez-et-si-la-cle-c-etait-le-frere.html, un des rares à se poser la question pourquoi on nous parle si peu du contenu du dossier …
    Je l’ai trouvé d’ailleurs en tapant plutôt ‘zodiacos’ que ‘Florence Cassez’ dans la fenêtre Google, car avec ‘Florence Cassez’ on ne trouve évidemment sur les premières pages que les sites correctement ‘indignés’.
    PS je viens de m’apercevoir qu’en tapant ‘los Zodiaco’ (nom exact de la bande) sur Google, on obtient beaucoup plus d’informations (en espagnol) sur toute cette affaire

  7. Déjà interpellée par la forte médiatisation de cette affaire et son approche unilatérale, je suis allée faire un tour sur le site du comité de soutien. L’ampleur des moyens déployés, le nom de son président (JL Romero), le nombre de comités de soutien à l’étranger et en France, le “collectif parlementaire” etc … tout semble confirmer une chose au moins : coupable ou pas, elle fait partie du ghota et la “République des copains” comme le dit le SB est là encore en pleine action…
    http://site.cassez.net/index.php?option=com_content&task=blogsection&id=6&Itemid=37

  8. De Christian Vanneste : “reçu du Général Philippe SCHMITT, le père d’Anne Lorraine, assassinée dans le RER en 2007: ‘le mouvement des magistrats de Nantes est une injure envers nos enfants et témoigne d’un profond mépris pour les familles de victimes'”

  9. Spécialité de la diplomatie française : faire libérer les criminels – français ou non – à l’étranger : Polanski, Battisti, et cette dernière en date.
    HONTEUX !

  10. Décidément Alliot-Marie n’en rate pas une ! Elle mettrait en péril des relations internationales pour une seule personne dont rien ne prouve qu’elle est innocente.

  11. Encore du communautarisme, il me semble que Florence Cassez n’est pas innocente dans cette affaire mais que son réseau, sa communauté,… font tout pour la libérer.
    Imaginez dans le même cas de figure, une jeune fille catholique française, d'”extrème droite” qui en plus serait totalement innocente.
    Aurait-elle eu le même soutien politico-médiatique ?

  12. Je ne voudrais pas charger la barque de cette dame (Florence Cassez) qui est en prison en ce moment même (pas drôle!), qui est une compatriote en plus!
    Si j’ai bien compris, il semble qu’elle soit un peu moins victime que quand même coupable (et de choses pas vraiment jolies). Je prends donc des gants:
    Si elle est bien coupable de ce dont la Justice mexicaine l’a accusée et condamnée, pour les mêmes chefs, à bon droît…
    …et bien je ne vois pas pourquoi on s’étonne de l’hypocrisie des officiels français.
    C’est parfaîtement logique et conforme à leur habîtude générale, de choyer les délinquants et de traîter les victimes comme des parias, ça s’appelle le monde à l’envers, décadence, fin d’une civilisation, il y a des tas de mots pour décrire l’un de ces menus faits, petit clîgnotant supplémentaire dans la nuit, qui nous informe que nous allons à fond dans le mur d’en face, en klaxonnant (et contents, et reconnaissants envers les menteurs, les escrocs et les pourrisseurs)…
    La France de XXIè. siècle, en un mot!

  13. Christophe
    Merci pour ces précisions.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services