Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

On pense à la campagne quand on a peur et on se souvient des paysans quand on commence à avoir faim

On pense à la campagne quand on a peur et on se souvient des paysans quand on commence à avoir faim

De Loup Mautin sur Boulevard Voltaire :

Les paysans connaissent bien, pour les éprouver depuis la nuit des temps, les aléas climatiques imprévus qui frappent brutalement et inexorablement. Ils savent que cela fait partie de la nature des choses. Ils savent même mieux que personne comment, en un instant, tout peut disparaître. Ils savent leur petitesse et la fragilité des choses. Ils ont tous vu, détruit en un orage ou infesté par une maladie, disparaître le fruit d’une année de labeur, patiemment et laborieusement obtenu. Ces épreuves les ont préservés, les ont toujours fait revenir au plus simple, au plus élémentaire, aux données de base.

Désormais, nous y sommes ! Sans exagérer beaucoup, on peut affirmer qu’en dehors des campagnes, personne ne s’y attendait et, à tout le moins, personne n’y était préparé. Les suffisants qui nous gouvernent, passant cul par-dessus tête, ont dû se rendre à l’évidence : ils n’ont plus la main ! Il leur faut, désormais, gouverner pour de bon. S’y sont-ils seulement préparés ? L’imprévu, l’inattendu, l’impensable, il y a encore quelques semaines à peine, est advenu.

Leur Europe fantôme gesticule et s’en lave les mains, car c’est bien la Chine qui vient au secours de l’Italie, non la France ni l’Allemagne. Il est temps d’appeler un chat un chat : leur Union européenne n’est qu’un pieux mensonge. Car cette pandémie fait le tri entre le factice et le réel. Les châteaux de cartes s’écroulent, les poids et les mesures sont vérifiés. La première victime d’une guerre est le mensonge et son premier bienfait est le retour au réel.

On pense à la campagne quand on a peur et on se souvient des paysans quand on commence à avoir faim. D’ailleurs, les citadins l’ont bien compris, fuyant en province à l’annonce du confinement.

Mais l’Histoire n’est jamais avare de paradoxes. Car c’est tout de même une drôle de guerre, celle où le commandant en chef a pour mot d’ordre « Planquez-vous » ; où une mobilisation générale met à l’arrêt ; où on appelle à s’isoler pour se serrer les coudes et à écarter les corps les uns des autres pour se rapprocher d’eux en esprit. Ce qu’on croyait anachronique et périmé s’avère élémentaire et prudent.

En attendant, les travaux des champs, eux, nécessitent des bras. Et il y a urgence !

Le confinement et la restriction des déplacements à l’œuvre partout en Europe empêchent, en effet, la venue de saisonniers étrangers essentiels à l’agriculture française. De mars à mai, le secteur a besoin de plus de 200.000 saisonniers, dont 70.000 et 80.000 viennent habituellement d’Espagne, du Portugal, de Pologne et d’Afrique.

La base arrière a besoin de troupes, sans quoi elle devra faire face à des pertes importantes. Ceux qui cherchent un moyen de se rendre utiles, sans emploi, oisifs, étudiants et autres volontaires, le pays a besoin de vous. Le moment est venu de faire le tri entre les caractères et les rien qu’intelligents, entre ceux qui ont du coffre et ceux qui n’ont que des diplômes.

Au moment où tout le monde se rue sur la connexion Internet la plus proche afin de se métamorphoser en télétravailleur, retrouvez vos racines, donnez un sens à votre activité… engagez-vous !

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services

 

Pendant le confinement, le combat ne s'arrête pas.

Le Salon beige a besoin de votre aide pour défendre les principes non négociables!