On ne repousse pas une foule parquée avec du gel lacrymogène

Un père de famille témoigne sur Famille chrétienne après avoir retrouvé son fils, 14 ans, gazé, à l'hôpital Necker :

"Pour l’interne, c’est sûr, les CRS n’ont pas utilisé du gaz
mais du gel, qui peut être projeté beaucoup plus loin et qui adhère aux
tissus
. Cela se voit à la persistance du produit sur les vêtements de
mon fils qui, encore deux heures après, faisaient à eux seuls tousser et
suffoquer les soignants de l’hôpital.

J’interroge enfin mon fils pour savoir comment il a pu provoquer les CRS au point de les forcer à lancer du gel lacrymogène : « On
ne les a pas provoqués du tout. On était contre les barrières en haut
de l’avenue Foch
. Certains criaient que c’était une honte de barrer les
Champs-Élysées. Mais rien de plus. À un moment, les mouvements de foule
derrière nous ont fait pousser un peu les barrières
. Les CRS les ont alors très violemment repoussées.
Nous sommes alors restés face à face avec eux pendant une demi-heure
puis, tout à coup, en moins d’une seconde, un CRS nous a gazés,
uniquement mon ami scout et moi, à bout portant.
Cela s’est passé à une
vitesse incroyable. Un photographe qui était là nous a pris et a laissé
son numéro de téléphone. Tu l’appelleras, papa ? »
Pas d’école pour mon fils, ce lundi. Et plusieurs jours de soin avant de recouvrer – espère-t-on – son œil."