Bannière Salon Beige

Partager cet article

Homosexualité : revendication du lobby gay

Offensive LGBT au sein de l’Eglise

Offensive LGBT au sein de l’Eglise

Chaque année, l’approche des fêtes de Pâques est l’occasion d’un déferlement diabolique contre l’Eglise. Cette année ne fait pas exception.

  1. Début mars, Jean-Pierre Maugendre, président de l’association Renaissance catholique, a été mis en examen pour avoir défendu la doctrine catholique sur le mariage. Me Jérôme Triomphe constatait que certaines associations militantes mènent actuellement une offensive pour rendre hors la loi la doctrine catholique sur le mariage. Cette offensive n’est pas isolée, comme nous pouvons le constater.
  2. Parallèlement, le gouvernement français, par la voix de son ministre délégué à l’Egalité femmes-hommes, Élisabeth Moreno, a prévenu qu’il fallait rééduquer les Français pour les faire adhérer à l’idéologie LGBT.
  3. Ni une ni deux, le lobby LGBT s’est attaqué aux aumôneries catholiques. Des établissements publics et privés du secondaire sont dénoncés pour avoir diffusé auprès de leurs élèves un support de catéchèse pathologisant l’homosexualité et contre la dénaturation du mariage.
  4. Enfin, le 25 mars, jour de l’Annonciation, le ministre délégué Marlène Schiappa, évoquant la charte de la laïcité, a demandé que, dans les prêches religieux, on considère que deux hommes ou deux femmes ont le droit de se marier.

A cette offensive venant de l’extérieure de l’Eglise se mêle une offensive en interne, suite à la publication le 22 février de la réponse (et son commentaire associé) de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi à propos de la bénédiction des unions de personnes du même sexe. C’est au point de se demander si cette réponse n’a pas été provoquée afin de lancer une offensive qui avait été préparée.

Plusieurs évêques d’Outre-Rhin, notamment d’Allemagne, de Belgique, d’Autriche (7 des 10 évêques d’Autriche ont déjà rejeté le texte de Rome !) se sont indignés de la réponse de la Congrégation pour la doctrine de la foi. Le cardinal Schönborn, archevêque de Vienne et membre de la Congrégation pour la doctrine de la foi (et connu pour soutenir les invertis), vient lui aussi de dire ouvertement que les prêtres peuvent bénir les unions de personnes de même sexe. 2600 prêtres et diacres ainsi que 277 théologiens allemands appellent à ne pas appliquer la note de la Congrégation pour la doctrine de la foi. En France, Mgr de Sinety, évêque auxiliaire de Paris, s’est contenté de déformer le texte de Rome pour l’attaquer, dans une chronique sur RCF.

Mais c’est le pape François qui est désormais récupéré par les invertis. Dimanche dernier, lors de l’Angélus, il a dénoncé, comme à son habitude, le « légalisme » et le « moralisme ». Deux vaticanistes, relayés notamment par Famille chrétienneaffirment que le pape avait en privé «pris ses distances» avec la réponse de la CDF. Sandro Magister rappelle que lorsque la Congrégation pour la doctrine de la foi avait publié Dominus Jesus, qui avait provoqué une énorme polémique, Jean-Paul II avait, lui, demandé au cardinal Ratzinger de rédiger un texte, pour son Angélus, montrant qu’il approuvait le document de façon indiscutable. Par ailleurs, François a nommé mercredi à la Commission pontificale pour la protection des mineurs le journaliste Juan Carlos Cruz, un homosexuel pratiquant. C’est à lui que François avait dit : « Que vous soyez gay importe peu. Dieu vous a fait ainsi et vous aime ainsi. Cela n’a pas d’importance. Le Pape vous aime ainsi. Vous devez être heureux de ce que vous êtes. »

Enfin, pour revenir en France, un collectif d’anonymes a diffusé sur Twitter une lettre ouverte aux évêques pour qu’ils reconnaissent les personnes homosexuelles. Ces anonymes voudraient bien réécrire l’Ancien Testament, Saint-Paul et le Catéchisme de l’Eglise catholique :

Et un texte du cardinal Ratzinger, de 1986, est également dénoncé :

Ces gens s’imaginent que l’Église dispose d’un pouvoir qu’elle n’a pas, comme le rappelle le commentaire de la réponse de la CDF

car elle ne peut pas disposer des desseins de Dieu, qui seraient autrement désavoués et niés. L’Église n’est pas l’arbitre de ces desseins et des vérités de vie qu’ils expriment, mais leur fidèle interprète et messagère.

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services