Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société / Homosexualité : revendication du lobby gay

Notre société engendre des immatures

Excellent article qui démontre combien notre société de l'égoïsme et de l'hédonisme dénature l'homme, l'avilit et finalement lui propose toute sorte de fausses portes de sortie comme le mariage pour tous : 

"Une société capricieuse qui ne sait plus vivre sans le «  tout, tout de suite », une société addictive : sexe, porno, alcools, drogues, une société infantilisée et assistée à l’extrême ou tout refus entraine colère de type infantile, appel à l’injustice, accusation de racisme, d’homophobie…, une société qui vit dans le temps accéléré des mass médias et de la surconsommation, une société sans âme et sans intériorité, une société sans identité, sans pères ni repères parce que, comme un adolescent, elle s’est rebellée contre toute forme d’autorité, clamant sa liberté de s’auto-définir en dépit de tout cela.

Notre société ressemble à bien des égards à un adulte qui n’aurait pas grandi, un adulte resté immature. Mais me direz-vous, qu’est-ce que l’immaturité finalement ? Car vous n’en citez là que les effets.

 Une multitude d’aspects 

L’immaturité résulte d’une capacité qui n’a pas été portée à son plein épanouissement. Ainsi en fonction des tendances et des capacités, on distingue : immaturité intellectuelle, immaturité affective, immaturité du sens critique, immaturité professionnelle, immaturité sexuelle, etc…

Il y a toutefois une hiérarchie entre toutes ces formes d’immaturité. L’immaturité intellectuelle et l’immaturité affective, qui affecte respectivement les capacités humaines de connaitre et d’aimer (et donc de choisir. Aimer appelle à choisir), sont génératrices des autres formes d’immaturité (…)

Au niveau de l’individu notre société n’aide aucunement à ce que les capacités humaines soient portées à leurs épanouissement, au contraire elle entrave leur développement par des principes éducatifs erronés : les pédagogies du laisser-faire, héritage de l’Émile de Rousseau ne permettent pas à l’enfant de construire sa personnalité autour de repères stables. Elles le laissent perdu et désorienté, sans savoir dans quel sens ordonner tendances, pulsions et capacités.

Avec la théorie du genre, elle a interdit l’accès de l’identité sexuelle à qui tenterait de s’en approcher. Elle empêche ainsi la maturité sexuelle de poindre.

Notre société entraine les individus à l’immaturité intellectuelle, et donc affective. Plus d’études d'œuvres classiques où l’adolescent pouvait y découvrir le fonctionnement de la nature humaine, s’initier à la psychologie, trouver des «  images –phares » qui l’aident à définir ce qu’il est, à quoi il aspire. A la place il est prié d’étudier « Zazie dans le métro » pour le bac de français. Si tant est que cela soit possible.

Là encore un article n’est pas suffisant pour dresser la liste de tous les pièges pervers que tend notre société à qui tente de se construire. Et longue est la liste des maux qui affligent ceux qu’elle est parvenue à piéger.

Si l’on juge un arbre à ses fruits, il nous faut admettre que notre société est malade : du cœur, de l’âme et de l’esprit. Et à mon sens le remède qu’il lui faut en tout premier est une intense dose d’humilité intellectuelle car en voulant faire de l’homme un dieu qui s’autodétermine, elle est devenue un véritable Enfer !"

Partager cet article

7 commentaires

  1. Zazie, chef d’oeuvre de Raymond Queneau, virtuose de la langue française. Evidemment, quand on le lit au premier degré…

  2. Il n’y a point vraiment d’individualisme car il n’y a plus vraiment d’individu. Il n’y a plus que des masses amorphes soumises à un Etat omnipotent qui rentre de plus en plus dans la vie privée des gens…

  3. Cette immaturité est également le fait des journalistes et de ceux qui vivent des médias. Ceux-ci sont de Gauche et par conséquent de facto nettement plus immatures que ne l’est un vrai journaliste de Droite. Immatures intellectuellement et moralement, ils sont affectivement immatures. Ils reportent leur façon de vivre et leur façon de voir la vie dans leurs écrits ou leurs productions cinématographiques… persuadés que l’immense majorité des français vit et pense comme eux.
    Le monde politique actuellement au pouvoir est d’ailleurs victime de ce microcosme. Il suffit de voir quelques extraits des “guignols de l’info” parodiant une Cécile Duflot perpétuellement ado pour réaliser que certains d’entre eux, parmi les humoristes, ont parfaitement compris !
    Nous avons avec la gauche au pouvoir politique et médiatique des benêts et des immatures complets… qui ne comprennent absolument pas pourquoi la France les rejette !

  4. Sortie du métro (c’est propre, design, “calme”) d’une grande capitale asiatique… Un jeune Français (branché, looké, fashion) qui déjà posait son pied sur la banquette dans le métro veut passer le portillon… Ne comprenant pas comment ça fonctionne Monsieur commence à gesticuler, s’énerver, gueuler, taper sur la machine… Avec sourire une policière lui explique comment on fait. Pas de merci, de regard, rien,à part un truc du genre quelle merde… Tu t’éloignes de la france pensant fuir ce genre de tarés, et voilà que ça te suit 🙂

  5. Oui bon Zazie c’est sympa, mais rien de tel que les grands pour former une sensibilité (en grandissant: Ségur, Verne, Daudet, Kipling, Bosco, Dumas, Balzac, Stendhal, Flaubert, Bernanos… et puis Dostoievski, Cervantès, Mauriac,… Jünger, Zweig, Hesse,…). Aujourd’hui, on appelle ça l’intelligence émotionnelle. C’est l’intelligence du coeur, et la grande littérature est un soutien formidable pour reconnaître, accepter et exprimer ce que l’on ressent.
    Amitiés,
    Christian.

  6. Il n’y a plus de “SOCIETE”. Car tous ses piliers sont soit détruits soit branlants. Il n’y a plus qu’une collectivité de collectivités. Et de toutes façons je m’exclus de cette collectivité et n’ai plus de rapports sociaux sauf avec quelques raretés. Donc ne parlez plus de “société” et surtout pas de “NOTRE société”, car ce n’est pas la mienne. Je n’ai plus rien à faire avec tous ces fous-cinglés, effectivement capricieux et devenus sauvages à l’âge adulte faute d’avoir été “dressés” correctement par des parents soucieux d’en faire des “civilisés”.

  7. Cher Philippe,
    J’aimerai beaucoup connaitre votre analyse au second degré de Zazie…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services