Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement / Homosexualité : revendication du lobby gay

Notre défaite et notre désarroi peuvent être les prémisses de la victoire

Notre défaite et notre désarroi peuvent être les prémisses de la victoire

Lu sur IFamNews :

“Nous nous battons pour des causes perdues parce que nous savons que notre défaite et notre désarroi peuvent être les prémisses de la victoire de ceux qui viennent après nous, même si cette victoire elle-même sera temporaire ; nous nous battons plus pour maintenir quelque chose en vie que dans l’attente d’un triomphe”.

La lucidité du génie est toujours incomparable, disait un Serviteur de Dieu, et si nous voulons comprendre un tant soit peu qui est l’homme, c’est toujours vers le génie qu’il faut se tourner. Quand, en 1926, il a écrit ces mots dans l’essai Frances Herbert Bradley – recueillie plus tard dans Selected Essays, 1917-1932 (Faber & Faber, Londres 1932), une anthologie qui a changé la face de la critique littéraire – le poète et dramaturge britannico-américain naturalisé T.S. Eliot (1888-1965) portait naturellement le fardeau de toute une tradition sur ses épaules et n’avait aucune idée de la façon dont il serait prophétique.

Hier, dimanche 26 septembre, la cause de la vie humaine innocente et de la famille naturelle a perdu respectivement lors des référendums à Saint-Marin et en Suisse. Mais nous n’avons pas perdu, nous de “iFamNews”, nous les pro-vie, nous les amoureux de la vie et de la famille, de la beauté et de la réalité. Saint-Marin a perdu et la Suisse a perdu, le Monde a perdu. Saint-Marin, la Suisse et le monde ont perdu des vies et la beauté, la réalité et la vérité.

Aujourd’hui, le monde est plus laid, il est moins réel, il est moins vrai. C’est un monde où l’on peut commettre plus de meurtres en toute légalité, où les assassins règnent en maîtres, où “[…] l’erreur de l’esprit humain” dicte la loi, et où “[…] la contradiction avec toutes les cultures de l’humanité qui se sont succédé jusqu’à présent” sévit.

Nous sommes tristes, mais oui, nous nous y attendions. Nous en avons parlé à plusieurs reprises sur ces pages virtuelles. Le monde est à la dérive et, par conséquent, le meurtre peut être légalisé sous différentes formes, les tueurs à gages peuvent agir en toute liberté, les astuces de l’esprit règnent et la contradiction avec toutes les cultures humaines est la “nouvelle normalité”. Les paramètres de la coexistence humaine ont été complètement bouleversés et des critères aberrants ont été introduits. La défaite était attendue pour cette raison. La nouvelle, en fait, n’est pas que nous avons perdu à Saint-Marin et en Suisse : ça en aurait été une si nous avions gagné. Et ce n’est pas du cynisme, mais du réalisme. Saint-Marin et la Suisse se répéteront, comme cela se répète déjà quotidiennement dans de nombreux coins du monde, sans cesse, jusqu’à ce que quelque chose change, et ce qui doit changer ne changera pas comme par magie à la veille d’un énième référendum.

Ce qu’il faut, c’est un changement radical et profond de nature anthropologique, et pour y parvenir, il faut beaucoup de temps, d’énergie et, surtout, de volonté.

Si ça s’est si mal passé à Saint-Marin et en Suisse, c’est ma faute, c’est notre faute. Nous n’en avons pas fait assez.

Pourtant, nous ne jetons pas l’éponge maintenant. Nous tirons les leçons de nos erreurs et nous nous engageons à faire mieux à partir de maintenant. Plus de Saint-Marin, plus de Suisse. Le génie, le sommet de l’humanité, nous dit toujours pourquoi. La belle citation d’Eliot par laquelle j’ai commencé ci-dessus n’est en fait que l’herméneutique, la conséquence et le développement d’un aphorisme antérieur, qui dit : “Si nous considérons une cause dans toute sa dimension la plus large et la plus sage, alors il n’y a pas de Cause perdue parce qu’il n’y a pas de Cause gagnée du tout”.

Jamais tranquille, jamais au repos, jamais en retraite, nous dit Eliot. Rien n’est considéré comme acquis et on ne s’arrête jamais. Il n’y a pas d’affaires gagnées pour toujours, simplement parce que, de ce côté-ci de l’Éternité, il n’y a pas d’affaires perdues pour toujours. Ce n’est pas la gnose manichéenne, ce n’est pas Georg W.F. Hegel, ce n’est pas la dialectique pour elle-même : c’est le réalisme de la terre. Nous nous battons et nous nous battrons toujours jusqu’à notre dernier souffle, car c’est l’histoire que nous racontons.

Le temps du repos et des causes victorieuses viendra, car l’un et l’autre existent déjà. Mais ce temps n’est pas maintenant, il n’est pas pour nous maintenant.

Pour nous, en ce moment, notre tâche et notre destin, c’est la bataille : la bataille pour arracher une petite victoire à la grande défaite qui pèse sur nous et pour emporter une petite défaite avec beaucoup de grandes victoires.

La victoire viendra certainement. Nous ne le verrons pas, mais il est certain qu’elle viendra si nous jouons quand même notre rôle. Personne ne nous a promis des roses et des fleurs, et le monde ne contient que des épines. Nous les prenons doucement dans nos mains, nous serrons les poings, nos doigts saignent et nous les offrons avec un sourire de douleur, pour que demain nos enfants puissent respirer un air plus pur, que l’herbe soit plus verte, que le ciel soit plus bleu. C’est alors que nos enfants se souviendront, et que nous, les pères, aurons gagné.

Et maintenant, au travail.

Partager cet article