Non, Edouard Philippe n’est pas « de droite » !

Pierre Henri rappelle de manière opportune cette vérité qui, si elle n'est pas criée haut et fort, participe à l'effacement de l'existence d'une vraie différence entre droite et gauche au sens idéologique et philosophique :

"La nomination d’Edouard Philippe, maire LR du Havre, au poste de Premier Ministre a suscité une série de commentaires pavloviens de la part des journalistes : Emmanuel Macron a choisi un homme de droite pour diriger le gouvernement, disent-ils (…), il semble que la véritable question soulevée par ce choix soit celle de la définition d’un homme de droite.

Edouard Philippe est en effet membre du parti dit de droite, au même titre que Fillon, Wauquiez, Mariani, au même titre aussi que Jean-Pierre Raffarin, Nathalie Kosciusko-Morizet et Alain Juppé, son mentor qu’il avait secondé lors de la création de l’UMP en 2002. Or, la vie politique de M. Philippe a commencé à gauche, dans cette tendance que l’on appela un temps la « deuxième gauche », incarnée par Michel Rocard (…) Rocard influença fortement ce jeune militant et « conditionna son intérêt pour la vie politique ». De cette gauche à coloration « sociale-démocrate » à la « droite » d’Alain Juppé, il s’écoula moins d’une décennie durant laquelle Edouard Philippe acheva l’ENA dans la botte (après en avoir préparé le concours d’entrée en compagnie de Jérôme Guedj, actuellement député PS de l’Essonne, dans les bureaux du sénateur Jean-Luc Mélenchon…).

Est-ce donc que de jeune homme de gauche, Edouard Philippe soit devenu un homme de droite ? Ou est-ce alors que ce qualificatif que les médias radotent depuis hier ne sert qu’à masquer, derrière de fallacieuses catégories, le renoncement de la « droite de gouvernement » aux convictions de droite, sa soumission intellectuelle à la gauche, et l’incroyable pouvoir de nuisance d’un centre électoralement inexistant mais en train de réussir une captation politique de premier ordre sur les ruines du PS et le futur éclatement de LR ?

On l’a dit et répété dans nos milieux, Macron est le fils spirituel de François Hollande, mais il l’est tout autant d’Alain Juppé ! La présence d’Edouard Philippe à la tête du gouvernement n’en est qu’une confirmation : c’est la fausse droite, vrai centre politique et intellectuellement supplétive de la gauche, qui va s’allier au sein de La République en Marche avec la gauche notable et le centre-gauche d’un Bayrou. Le Maire, Estrosi, Raffarin, NKM, se bousculent déjà pour les futures places, et comme Juppé, ils sont favorables à toutes les lois destructrices que la gauche a pensées et mises en œuvre (le « mariage » homosexuel, bientôt la PMA élargie, la facilitation démente de l’avortement et l’extension du délit d’entrave, le laxisme judiciaire, etc.), ils sont immigrationnistes, ils n’ont que complaisance vis-à-vis de l’islam, mépris des traditions, ils se précipitent au service d’un président qui va encore plus assommer les classes moyennes d’impôts (la CSG, réalisation rocardienne !), et j’en passe. Ils ne sont pas de droite. Pas plus qu’Edouard Philippe. (…)"

 

Laisser un commentaire