Non au travail le dimanche : "sans le dimanche nous ne pouvons pas vivre"

NdsCette phrase que Benoît XVI prononça en 2005 lors de sa première visite hors du Vatican, vient en écho à celles de la Vierge Marie qui, par deux fois en France, est venue demander que le dimanche soit préservé comme journée du Seigneur

A La Salette en 1846

"Je vous ai donné six jours pour travailler, je me suis réservé le septième et on ne veut pas me l’accorder. C’est ça qui appesantit tant le bras de mon Fils" 

A Saint Bauzille de la Sylve en 1873, où la Sainte Vierge est priée sous le vocable de "Notre-Dame du dimanche" :

"Il ne faut pas travailler le dimanche. 
Heureux celui qui croira et malheureux celui qui ne croira pas".


Ndd2

13 réflexions au sujet de « Non au travail le dimanche : "sans le dimanche nous ne pouvons pas vivre" »

  1. hubert du plessis

    On ne serait réduire la politique a une gestion économique du pays. Les bienfaits du travail dominical dans ce domaine sont d’ailleurs loin d’être prouvés. l’argent gagné par les uns sera perdu par les autres. En revanche les dégâts co-latéraux sont certains. Hors nos politiques, trop timorés ou mu par la volonté de rejeter l’héritage chrétien, en parlent peu. Il est important de garder un jour dans la semaine pour établir entre les personnes une relation autre qu’économique, un jour ou on peut se retrouver tous ensemble, pour prier si on pratique, ou pour faire autre chose encore, du vélo, du foot ou encore du jogging, et surtout pour se retrouver en famille ou bien encore entre amis. Le dimanche est tout naturellement désigné pour être ce jour. Il s’impose: la France est de culture chrétienne, c’est ainsi et cela n’a rien à voir avec une remise en cause de la laïcité de l’état ou la pratique religieuse. la France est de tradition chrétienne et c’est aux nouveaux arrivants, pour être accueillis, de s’y adapter, pas l’inverse.

  2. anne charlotte Lundi

    Mgr Gaume ne mâche pas ses mots en parlant dans petit opuscule incisif de
    “La profanation du dimanche”, considérée au point de vue de la religion, de la société, de la famille, de la liberté, du bien être, de la dignité humaine et de la santé…
    Une ruine totale en cette vie temporelle…. et dans l’autre !
    Avis aux amateurs… http://www.livresenfamille.fr/p1433-jean_joseph_gaume_la_profanation_du_dimanche.html

  3. Hélène

    Dans les apparitions de la Vierge (notamment celle de la Salette), le sens des paroles est souvent d’abord “spirituel”, avant d’être “physique.” Le Dimanche (“Jour du Seigneur”) désigne le Royaume promis par la Bible; le “Règne” de Dieu parmi les hommes (“que Ton Règne vienne sur la terre comme au ciel”).
    Les hommes aujourd’hui refusent ce Royaume.
    C’est un refus spirituel, psychique, qui s’achemine désormais vers le physique (le travail du dimanche).

  4. Thévenin

    Bonjour,
    Sous emprise commerciale et économique, j’ ouvre depuis 5 ans mon supermarché le dimanche. Comment marcher vers la demande de Marie sans amputer mon entreprise d’ un revenu indispensable à sa survie écomomique et de rester un acteur indépendant qui n’ appauvrit pas son entreprise chaque année en ayant besoin de verser des dividendes à ses actionnaires ?

  5. Jean Theis

    Ce matin à RMC, le journaliste étant “pour” le travail le dimanche car “pour” la liberté etc, les quelques personnes en désaccord n’ont jamais évoqué la question religieuse, mais au mieux des promenades en famille ou voir les amis.
    C’est absolument comme si tout le monde a oublié Dieu et les quelques bribes de religion qu’on avait encore il y a 2 générations.
    Il n’y a que le fric qui compte, bien qu’on comprenne la majorité de nos concitoyens qui peinent de plus en plus à vivre décemment.
    Au fait, personne ne pense plus à prier pour son pain quotidien. On espère plutôt travailler le dimanche !

  6. Ann

    Sur le principe oui, bien sûr, personnellement il convient de respecter ce commandement, c’est notre choix.
    Par contre, la question serait de se demander si l’Etat doit nous dire, voire dicter comment passer la semaine ? c’est une question de LIBERTE. Le choix personnel qui appartient aux structures privées et les individus;c’est le cas dans les pays catholiques comme la Pologne ou les USA (chrétiens), sans doute ailleurs aussi. les magasins ouverts n’empêchent point le taux élevé de fréquentation de la messe. Et les beaufs français de gauche qui s’obstinent à ne pas travailler, c’est pour se vautrer davant leur TV ou l’ordinateur avec leur canette de bière, pas pour sanctifier le Jour du Seigneur ! Leur bricolage est leur dieux, comme les idoles TV ou ordi. Il vaudrait déjà mieux qu’ils travaillent,au moins il y aurait une contribution à l’économie.
    Si l’on commence à s’en remettre à l’Etat sur comment passer notre temps, il nous en trouvera des occupations obligatoires…. dont Dieu nous en préserve !

  7. lève-toi

    Notre-Dame de La Salette est venue pour nous porter secours, si nous méprisons ses demandes, son Fils Notre Seigneur, laissera tomber son bras sur nous tous.
    Travailler le Dimanche est un acte maçonnique, les Français sont-ils naïfs ou imbéciles ???

Laisser un commentaire