Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : L'Islam en France / France : Laïcité à la française / France : Politique en France / France : Société

Nommer l’ennemi et fixer le but de guerre

C'est à nouveau un général en deuxième section qui s'exprime, et sa pensée structurée ne manque pas de dénoncer les graves défaillances politiques au sujet de la lutte contre le terrorisme islamique.

L'article est excellent, allant au coeur du sujet, à lire de bout en bout.

"L’islamiste Salah Abdeslam, recherché depuis les attentats du 13 novembre dernier qui se sont traduits par un véritable carnage à Paris, a été arrêté le 18 mars en Belgique, à Molenbeek. Le 22 mars, soit, à peine quatre jours après, Bruxelles est frappée en représailles. A ceux qui n’ont toujours pas compris, ou qui ne veulent toujours pas comprendre l’objectif visé et la détermination de notre ennemi, commun à l’Europe et à tous ceux qui ne sont pas musulmans, il faut préciser que d’autres pays européens sont ciblés dans une planification élaborée depuis plusieurs mois, et que la France sera à nouveau frappée bientôt, probablement en réponse à la remise de Salah Abdeslam aux autorités judiciaires françaises. Car cet ennemi qui nous combat dans cette guerre asymétrique sait manœuvrer et riposter lorsqu’il est touché. C’est la dure réalité que nos dirigeants, par manque de lucidité et de courage, refusent de voir. Cette réalité est d’autant plus menaçante que l’invasion migratoire que subit depuis de nombreux mois l’Europe, sans que ses dirigeants soient en mesure de réagir par incompétence et manque de vision, constitue la première étape de la guerre que mène l’Islam, à présent ouvertement, contre l’Occident et en particulier contre le continent européen. Car cette invasion migratoire a été planifiée et constitue une attaque sans précédent des pays européens visant à déstructurer de l’intérieur nos sociétés, sans compter l’infiltration par milliers de djihadistes rejoignant les réseaux et filières déjà présents et prêts à combattre et à mourir en martyrs au nom d’Allah.

Il semble cependant que cet ennemi ne soit toujours pas nommé précisément. En effet, que nous dit le Président de la République ? « Nous devons prendre conscience de l’ampleur et de la gravité de la menace terroriste… La guerre contre le terrorisme doit être menée dans toute l’Europe ». Hormis le fait qu’il énonce une évidence sur la situation et sur la nécessité de réagir – mais cela chacun est capable de l’énoncer – il ne nomme pas l’ennemi. Non, Monsieur le Président, il ne s’agit pas de terrorisme. Vous « confondez » à dessein le moyen et l’ennemi. Le terrorisme n’est que l’instrument qui sert les intérêts de l’auteur qu’il faut nommer. C’est l’Islam qui a déclaré la guerre depuis longtemps d’ailleurs à l’Occident. Ce sont des islamistes qui tuent les citoyens européens. Car l’islamisme c’est l’Islam en action. Pour le formuler autrement, l’islamisme c’est l’intégralité de l’islam. On pourrait affirmer également que l’islamisme n’existerait pas s’il l’islam n’existait pas. Et l’islam conduit naturellement à l’islamisme. Quant à son but de guerre, c’est l’imposition du califat mondial par la violence. Alors, si la guerre doit être menée dans toute l’Europe, quel est notre but de guerre ? Toute opération de guerre nécessite, en effet, de déterminer le but de guerre, c’est à dire le but à atteindre. A-t-il été fixé ? Sans quoi, nous ne sommes pas près de vivre en paix.

L’ennemi étant donc ici nommé, on ne peut que s’étonner que le Premier ministre puisse affirmer sans gêne que « lutter contre la radicalisation, c’est promouvoir un islam fort, républicain et professionnel, organisé ». Non, Monsieur le Premier ministre, ce n’est pas en promouvant et en installant un islam fort dans notre pays que vous lutterez contre la radicalisation. C’est le contraire qu’il convient de faire. Il faut stopper l’islamisation criminelle de notre pays et des pays européens et pour inverser le cours néfaste des choses il faut, dans un premier temps, stopper l’immigration extra-européenne. Et si, selon votre campagne « les actes anti-musulmans, ça commence par des mots, ça finit par des crachats, des coups, du sang », vous semblez ne pas vouloir admettre la réalité, à savoir que les actes musulmans ça commence par Allah Akbar et ça finit par des massacres, de la barbarie et du sang. Car la campagne indigne que vous venez de lancer « Tous unis contre la haine », au-delà d’un racisme anti-blanc scandaleux qu’elle véhicule et de l’insulte qui est faite à la nation, confirme cette volonté d’occulter la vérité.


Car qui prêche la haine en France et en Europe ? La réponse cinglante vient de vous être donnée par les islamistes à Bruxelles. Quant à notre ministre de l’Intérieur, pourquoi autant d’obséquiosité à l’égard d’une « religion » qu’il qualifie de belle religion alors que le fait d’évoquer les racines chrétiennes de la France serait faire une relecture historique frelatée qui aurait rendu la France nauséeuse ? Par ailleurs, oser affirmer que l’arrestation de Salah Abdeslam a porté un coup sévère à Daesch est une farce qui doit faire rire l’État islamique. Enfin, notre ministre des finances reproche aux autorités belges leur naïveté et leur laxisme qui ont conduit au communautarisme. Mais qu’ont fait nos gouvernants depuis des années dans notre pays si ce n’est la même chose ? Des Molenbeek nous en avons une multitude sur notre propre sol, au sein des territoires perdus de la République. L’exemple de Saint-Denis, cité royale et nécropole des rois de France fille aînée de l’Église devenue cité de l’islam – conséquence de quarante ans de lâcheté – le démontre amplement.

Alors, devant l’aveuglement et le déni de réalité de nos gouvernants, il devient urgent de leur démontrer pourquoi l’islamisme est bien l’ennemi à abattre, le cancer à éradiquer, et pourquoi l’islam est incompatible avec la démocratie et constitue une menace pour les nations européennes.
En effet, en démocratie, ce sont les hommes qui font les lois. En islam, c’est Dieu qui a fait les lois, inscrites définitivement dans le Coran, et il n’est donc pas permis aux hommes de les changer. Et ces lois interdisent la séparation du pouvoir spirituel et du pouvoir temporel ce qui est incompatible avec notre conception du monde. Ensuite, la femme n’est non seulement pas l’égale de l’homme mais – des « savants » et théologiens musulmans viennent de le confirmer – ne peut être considérée au mieux que comme un mammifère, au même titre qu’une chèvre ou un chameau ! Cette conception de la femme est incompatible avec nos convictions. Par ailleurs, la Charia qui représente la loi islamique et qui est donc le bras armé de l’Islam dans sa conquête du monde pour imposer le califat a été jugée incompatible avec la démocratie en 2003 par la Cour Européenne des Droits de l’Homme (CEDH). Il faut donc en tirer les conséquences. Car des millions de musulmans se réfèrent à une constitution politico-religieuse – le Coran – qui leur sert de guide suprême et qui prime sur tout autre livre, constitution, loi ou tradition. Mais alors, ce livre est-il compatible avec la Constitution française, les lois, les traditions, les valeurs, les modes de pensée et la culture qui nous imprègnent ? A l’évidence, non. En effet, une analyse précise et objective de ce livre montre, non seulement à quel point il est en opposition frontale avec les fondements-mêmes de nos démocraties européennes, mais que nombre de ses versets, en complète opposition avec notre culture, sont – il faut le dire – susceptibles d’actions pénales dans la mesure où ils constituent une évidente provocation à la haine, à la violence, à la discrimination, au racisme, au sexisme, à l’antisémitisme. La lecture attentive du Coran nous révèle donc bien son incompatibilité évidente avec la culture française et européenne. Alors, le chantage à l’islamophobie ne tient pas et doit être rejeté. Il devient urgent que nos élites politiques et notamment nos gouvernants prennent conscience de cette incompatibilité de l’islam avec la démocratie et en tirent les conséquences. Il y va, en effet, de la vie des peuples européens. Car les musulmans connaissent le Coran, le considèrent comme supérieur à tout, et savent que ce livre n’est pas compatible avec la société française ou européenne dans laquelle ils vivent. Mais la quasi-totalité de nos élites politiques n’a jamais ouvert un Coran et prétend, en l’affirmant doctement, que ce livre est en parfaite adéquation avec tout ce qui constitue notre pays aux racines chrétiennes. Un tel aveuglement est coupable et le peuple ne pourra pas accepter encore longtemps de se laisser massacrer et de compter ses morts sans réagir. Car, ne nous voilons pas la face, une guerre civile caractérisée par sa nature ethnoculturelle a commencé.

Devant l’évidence, il n’est plus temps de tergiverser. Un sursaut est obligatoire. Ce sont des actes forts qui sont à présent attendus. Dans cette guerre que nous a déclarée l’Islam, l’ennemi n’est pas seulement à l’extérieur; il est à l’intérieur, et cela concerne l’ensemble de l’Europe. Une cinquième colonne est bien à l’œuvre sur l’ensemble du territoire européen. Les actions meurtrières planifiées, coordonnées et exécutées à Paris et à Bruxelles (mais demain à Berlin, à Londres, à Rome, à Madrid, à Copenhague, à Stockholm, à Vienne, de nouveau à Paris) sont le résultat de décennies de laxisme en matière d’acceptation sans contrôle d’une immigration qui véhicule une culture de mort hostile à la nôtre. On ne peut pas envisager le vivre-ensemble avec le diable. La situation est aujourd’hui aggravée par le fait que les flux migratoires massifs et incontrôlés qui déferlent sur l’Europe sont infiltrés par des milliers de djihadistes plus radicaux encore que les nôtres. Enfin, il faut être conscient qu’il existe sur notre sol, entre ces islamistes radicaux « français » ou pas (plusieurs dizaines de milliers d’individus dangereux aujourd’hui, il faut être lucide) et une population d’origine immigrée de confession musulmane respectueuse des lois car intégrée, un cercle intermédiaire composé de centaines de milliers de personnes, plus ou moins acquises aux premiers et prêtes à les aider de différentes façons lorsque le moment se présentera. Elles occupent les territoires perdus de la République vidés de ses autochtones et qui, comme Molenbeek pour la Belgique, n’ont plus rien de commun avec la France ou l’Europe. C’est de cette même aide ou « solidarité » islamique que Salah Abdeslam a bénéficié pendant quatre mois parmi les siens.
Alors certes, il faut développer les moyens de renseignement et la coordination entre pays européens, mais cela ne suffira plus. Si nous sommes en guerre comme l’a affirmé le Président de la République, il faut à présent frapper fort l’ennemi sur notre sol. Et l’état d’urgence n’est plus adapté à une telle situation ; c’est l’état de siège qui doit être décrété conformément à l’article 36 de la Constitution. C’est, en effet, l’équivalent de la bataille d’Alger (1957) qu’il faut aujourd’hui engager sur ces territoires perdus de la République pour neutraliser les islamistes et rétablir l’état de droit. Par ailleurs, l’ennemi étant nommé il faut élaborer et mettre en œuvre une nouvelle politique globale visant (ce doit être le but de guerre) à enclencher un processus de « désislamisation » sur le long terme de notre société par l’adoption de mesures spécifiques qui doivent répondre à un principe de précaution (arrêt de l’immigration extra-européenne, suppression du regroupement familial, renvoi de tous les clandestins ou déboutés du droit d’asile, refonte complète de notre politique d’immigration, de notre code de nationalité, suppression de la bi-nationalité avec les extra-européens, fermeture définitive des mosquées salafistes, arrêt de la construction de mosquées, fermeture des abattoirs halal pratique immonde incompatible avec notre mode de vie, suppression de l’AME et des pompes sociales aspirantes, expulsion des familles polygames, refondation de l’école et de l’enseignement dispensé qui doit répondre à la transmission de notre héritage historique, spirituel et culturel qui n’a rien à voir avec l’islam…en un mot instaurer/rétablir une préférence nationale et, même, une préférence de civilisation). Il faut, en fait, provoquer, faciliter, inciter par tous les moyens ceux qui ont des difficultés à s’intégrer ou qui refusent nos principes, nos valeurs et nos traditions à quitter la France. Il faut même les pousser à émigrer vers des terres musulmanes pour pratiquer leur islam comme le prescrit d’ailleurs le Coran. C’est à présent une nécessité. Le cardinal de Richelieu affirmait que « la politique consiste à rendre possible ce qui est nécessaire ».
Alors, faisons-le pour le salut de notre nation et des peuples européens.

Partager cet article

22 commentaires

  1. Ce general se presente t il aux elections presidentielles? Son article est un programme politique pour les 10 prochaines annees. Avec tout mon soutien. La France est partagee entre les capitulards et ceux qui croient au sursaut.

  2. Qu’attendre de gouvernants qui, toutes tendances confondues, les “Républicains” ayant assez montré qu’ils pratiquaient la même politique que les “Socialistes”, font rentrer l’ennemi par centaines de milliers chaque année sur le territoire de la nation – sans avoir jamais demandé à la dite nation son avis sur la question…
    Nos gouvernants sont complices des envahisseurs, par idéologie comme par intérêt très personnel : ils sont achetés, pour faire la politique qu’On leur dit de faire. Et ils s’exécutent…

  3. Excellente analyse en effet. Et je rejoins tout à fait l auteur lorsqu il dit qu il faut stopper l immigration extra européenne. Oui, la France a assimilé un nombre relativement d immigrés au cours des siècles, mais c étaient quasiment tous des immigrés d origine européenne, partageant le même héritage globalement, la même culture, la même religion (ou en tout cas les bases du christianisme, même s il a pu être dévoyé dans le protestantisme par ex).
    Pour ma part je crois à l existence des “races” également. Pas au sens où une race serait supérieure à une autre évidemment mais dans le sens où certaines caractéristiques physiques sont le propre d hommes liés à certains territoires. C est ainsi et c beau comme cela. Une nouvelle Babel est d un orgueil et d un aveuglement extrême…

  4. Ce que dit ce général est parfaitement juste mais pour qu’en France, le gouvernement républicain réagisse, il faudrait qu’il aime la France et son histoire. Hors, ces “politiques” sont des incultes en histoire et leur laïcisme jacobin constitue un obstacle pour aimer la France. Ces “fils spirituels de la révolution” ont déjà fait “dhimmitude” à l’islam, système d’essence diabolique, dans lequel ils reconnaissent leur propre idéologie marxiste. Ces systèmes ont en commun la haine du christianisme. Par conséquent qu’il a-t-il à espérer des “zélites mondialisées” ? RIEN. Le chaos va arriver en Europe. Ces “zélites” en sont les responsables. A ce titre elles devraient être traduites devant un tribunal d’exception pour y être jugées et condamnées à mort pour crime contre la France. La république n’est pas la France. C’est un système coupable de haute trahison. “La république gouverne mal mais se défend bien”, Pétain en sait quelque chose. Et pourtant, sa “trahison” est sans égale avec celle de nos “zélites” de Giscard à Hollande .

  5. Voilà un général qui ne voit pas plus loin que son doigt. Quand vous montrez la lune à un imbécile il regarde le doigt. Il en est ainsi d’Antoine MARTINEZ !
    C’est un peu comme tous ces hommes politiques qui suivent les USA et ses discours de marché libre. Ils oublient que les USA sont les premiers à ne pas le respecter. Dans un marché libre, le moyen de paiement est libre. Pourtant les Américains exigent à ce que le pétrole soit payé en dollar et non en euro ou en or. Cela donne déjà une petite idée des nombreuses trahisons qui nous attendent avec le Traité Transatlantique. Et permet de comprendre comment un type comme Pascal Lamy, pourtant à la tête de l’OMC, en ne dénonçant pas cette non liberté des moyens de paiement, fut un traitre au service des Américains.

  6. Antoine Martinez ferait mieux de réécouter la conférence de son confrère le général Wesley Clark pour comprendre qui a déstabilisé le Proche et Moyen Orient :
    https://www.youtube.com/watch?v=9QVvaT1h37k
    Après, il pourra se poser cette question : a qui profite cette déstabilisation ? Aux musulmans ou aux israéliens ?
    On l’aidera ensuite à comprendre qui est derrière cette immigration galopante en Europe ! S’il ne se voile pas la face, il verra que derrière il y a un pays bien précis mais qui n’est pas pro-musulman.

  7. Hé bien ! … c’est effectivement un beau Lundi de Pâques, MERCI !
    Haut et fort, il FAUT sortir du silence, et vite.
    Merci, vous faites parties des lucioles dont parle Mr De Villiers, il en faut de très nombreuses pour que les français soient éclairés.

  8. …que du bon sens et de la vérité que nos “zélus” ne veulent pas voir par lâcheté ou ignorance crasse…

  9. Nommer notre ennemi est l’évidence même et la nécessite absolue.
    D’autant plus que le continent européen risque dans fort peu de temps d’être confronté à une guerre sainte ,mais qui ne dit pas encore son nom.
    Il ne faut pas compter sur nos dirigeants ,je pense, pour désigner l’adversaire .
    Il y a d’autant plus urgence et nécessité à dénommer l’ennemi , car en complément d’une guerre sainte en Europe ,la France
    vu l’émergence et l’existence de deux camps : les patriotes contre les anti-France -c’est une réalité – risque d’être confrontée à une guerre civile ,ou ce qui s’y apparente .
    J’espère me tromper .
    https://www.youtube.com/watch?v=Sqy5oep9ZGk
    Ce n’est pas d’ailleurs pour rien que le ministre Russe des affaires étrangères invite à l’union.
    http://www.valeursactuelles.com/attentats-la-russie-met-en-garde-lunion-europeenne-60330

  10. Pourquoi donc les généraux n’ont ils du courage que lorsqu’il sont en 2eme section ??
    Le général Martinez aurait été bien inspiré de s’exprimer plus tôt (lorsqu’il était d’active) sur son désaccord avec ses chefs: comme le général de gendarmerie Soubelet par exemple.

  11. Ose, John et surtout Lino 16:01:32 voient plus clair que notre général.
    Le pays bien précis qui est derrière toutes les manipulations mondialistes est devenu intouchable car il a ses idiots utiles dans tous les gouvernements et médias. Toute dénonciation des agissements de ces terroristes d’Etat est immédiatement poursuivie par les pouvoirs judiciaires complices. Le but est l’éradication totale du christianisme de la face de la Terre.
    Ce qui est arrivé en Algérie en 1962 va se produire sur notre sol, si nous ne nous réveillons pas. Comme en 1962, les pires ennemis du peuple sont leurs dirigeants. Et il faudra bien que les Français en prennent enfin conscience.

  12. A ce jour, nous connaissons l”ennemi : ce sont les républicains et les socialiste, car promoteurs de la perfidie issue de la révolution française. L’islam est pour eux un moyen de poursuivre la politique d’extermination de la France Catholique.
    La seul option possible est aujourd’hui d’appeler à la colonisation de l’Afrique du nord et de l’Afrique pour en faire une terre catholique (et non chrétienne, car les protestants sont des anti-catholiques au service de la mondialocratie judéo-maçonnique americaine)

  13. Le problème c’est qu’il n’y a ni aveuglement ni déni de réalité de la part de nos gouvernants !
    Il y a des gouvernants qui sont des traitres et qui sont parfaitement conscients de ce qu’ils font…
    Voilà un général qui a tout compris SAUF cette évidente réalité.

  14. merci mon général! nous sommes tellement nombreux à le penser dans notre institution sans pouvoir rien dire. un grand merci!

  15. Ce général est aveugle ! Il est tombé dans le piège grossier des médias mainstream ! Le véritable ennemi de la France est celui qui fait tout pour mettre les chrétiens contre les musulmans. Qu’il interroge Ron Chaya :
    https://www.youtube.com/watch?v=xp-XfFbFzNc
    Ou même Imran Hosein :
    https://www.youtube.com/watch?v=1A7DxOun8e4
    Ou encore Pierre Hillard qui lui expliquera le plan de remodelage des frontières au profit d’un état précis :
    https://www.youtube.com/watch?v=b6vWYSqgcEc
    Oui ce général est un imbécile.

  16. Du temps des croisades la confiance en eux des chrétiens était telle qu’ils étaient supérieurs aux musulmans à 1 contre 20. Aujourd’hui à 50 contre 1 notre confiance en nous et surtout en tout ce que nous sommes a tellement été bafouée que nous n’y arriverons pas. La question est de savoir combien alors faudra-t-il de martyrs avant le sursaut?

  17. Je vais aller plus loin qu’ARWEN, et je serai peut-être censurée:
    les antipathies naturelles existent, y compris au sein d’une même “race” (mot interdit); c’est comme un instinct qui nous avertit d’un danger et je pense que c’est réciproque.
    Ceci dit, tous les maghrébins ne me sont pas antipathiques, loin de là, et il ne faut oublier qu’il y a des chrétiens parmi eux.

  18. Nous ne manquons pas d’hommes, généraux ou simples citoyens, capables d’écrire des livres, des articles pour dénoncer ce qui ne va pas.
    Nous aimerions tellement qu’ils soient aussi capables d’agir.
    Pour se relever, la France a besoin d’un chef qui ne se contenterait pas de discours.

  19. Mon général,
    Vous avez tout à fait raison de dénoncer le fait que notre gouvernement ne dénonce pas l’ennemi. Mais vous-même vous trompez d’ennemi. Certes, au premier regard, il s’agit de l’islamisme. Mais il faut se poser la question de son financement. Et là, on trouve comme exécutants l’Arabie Saoudite, le Qatar et la Turquie et comme commanditaire les Etats-Unis. Nous sommes déjà plongés dans les prémisses d’une troisième guerre mondiale dont les deux camps en conflit sont la triade UK-USA-Israël d’un côté, la Russie et ses alliés de l’autre. A la France de choisir son camp. Je termine par ce qui me semble la meilleure manière de stopper complètement le terrorisme. Il suffit de trois mots : que le président de la république française déclare : la France SUSPEND sa PARTICIPATION à l’OTAN. C’est une manière de dire aux américains : si vous ne stoppez pas votre soutien à l’islamisme, la France choisira la seule voie qui répond aux intérêts des peuples européens : un front eurasiatique de Lisbonne à Vladivostok.

  20. Si on arrêtait d appeler DAESH des terroristes pour minimiser l ennemi ,le relativiser l isoler dans un concept de quelques personnes agissant pour le compte d une idéologie incompréhensible , car il s agit bien d un ennemi à échelle mondiale instrumentalisé par les marionnettistes , qui sont le contraire de ce qu est DAESH . Il s agît bien d un monde anti-chretien , qui a le soutien , financier , logistique d autres anti-chrétiens d où qu ils viennent, car en apparence quel point commun y a t il entre des athées et DAESH ? Pas grand chose en dehors de leur anti-christianisme . Pour moi , l ennemi est double , il est muzz et apatride anti-Chretien et relève d une force , d une mobilisation énorme , imposante , comme jamais , nous en avons vue. Nous sommes loin du terroriste type action directe avec 2 oû 3 paumés mais nous sommes confrontés à une force inouïe dont peu comprennent qui en sont les créateurs… Il y a ce qui se voit , DAESH et ce qui est derrière… Le gouvernement français nous montre un peu ce qui est derrière , les zuiles agissant contre leur pays , par DAESH interposé.

  21. “Nommer l’ennemi et fixer le but de guerre”
    Qui a attaqué l’Irak sans raison valable ?
    http://yournewswire.com/declassified-cia-document-reveals-iraq-war-had-zero-justification/
    Puis la Libye, la Syrie etc….. Et plus tard l’Iran…. Pourquoi ?
    Le responsable du chaos et de la venue de musulmans en Europe ne sont pas les musulmans mais ceux qui s’en servent pour mettre en place un gouvernement mondial avec comme religion le noachisme.

  22. Je n’ai jamais fait confiance à un général.
    Ca m’a évité de me sentir trahi.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services