Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Nicolas Bay : “il existe une convergence d’opinion profonde entre une partie de l’électorat LR et l’électorat RN”

Nicolas Bay : “il existe une convergence d’opinion profonde entre une partie de l’électorat LR et l’électorat RN”

Au lendemain du Conseil National du RN à Fréjus, le député européen et membre du bureau exécutif du parti Nicolas Bay est interrogé dans Valeurs Actuelles. Extraits :

Quel regard portez-vous sur Eric Zemmour ? Pensez-vous qu’il va se présenter et, si oui, quel impact peut avoir sa candidature sur le scrutin à venir ?

Je n’en sais pas davantage que vous sur les intentions d’Eric Zemmour. Je comprends qu’il puisse éprouver l’envie de mener le combat ailleurs, autrement, comme il l’a exprimé ces derniers mois, qu’il veuille défendre ses idées et placer les thématiques qui lui sont chères au coeur du débat. Le courage intellectuel dont il fait preuve depuis tant d’années doit l’inciter à réfléchir en conscience au nécessaire rassemblement du camp anti-mondialiste et à la manière la plus efficace d’éviter de reconduire Emmanuel Macron cinq années de plus à la tête du pays.

Eric Zemmour continue d’exprimer son désir d’union des droites à laquelle appartiendraient le RN et une partie de LR. Que vous inspire cette envie d’union ?

Vous savez, le principe même des élections est de chercher à rassembler, à additionner. Oui, bien sûr, il semble évident qu’il existe une convergence d’opinion profonde entre une partie de l’électorat LR et l’électorat RN. Mais au-delà, sur les thématiques que l’on dit « identitaires » – attachement aux valeurs de civilisation, rejet d’une immigration massive qui conduit à un changement de population, refus de voir les normes islamiques se diffuser et s’imposer – on constate que même dans une partie de l’électorat macroniste et de l’électorat de gauche, il existe des préoccupations auxquelles le camp national est le seul à apporter des réponses.

Marine Le Pen présente le scrutin de 2022 comme « un choix de civilisation ». Pensez-vous que la France sera perdue si elle n’est pas élue ?

Je vais vous répondre très simplement : je considère que nous sommes engagés dans une course contre la montre, démographique en particulier. Chaque journée où n’est pas menée une politique de redressement national est une journée qui nous rapproche d’un chaos que nous voyons tous se dessiner. Ce n’est pas l’avenir que je veux pour mes enfants. […]

Partager cet article

6 commentaires

  1. Nicolas Bay est certainement un bon garçon plein de bonnes intentions. Mais ce qu’il n’a pas encore compris, c’est que la Marine EST mondialiste ! On n’est plus au temps du Menhir. Si Zemmour, Marion, Nicolas Bay (pourquoi pas?) Robert Ménard et Asselineau s’unissaient, ils auraient peut-être une chance de peser en face du pantin choisi par Attali, que ce soit Jupiter ou une autre. Mais avec cinq ou six candidatures, on va droit au mur. (Bon d’accord, on y va de toute façon, et de toute façon les élections, si elles ont lieu (?) seront truquées…)

    • Le pantin choisi par Attali faisait partie de la Commission Attali (voir sur wikipédia). Il y a fait la connaissance du président de Sanofi. Celui-ci a fait entrer Macron, le pantin en question, chez Rothschild. Une des principales opérations de Macron chez Rothschild a été l’absorption de Pfizer par Nestlé. Aujourd’hui, Macron nous force à nous faire piquer par le pseudo-vaccin Pfizer, arrosé de jus de foetus humains avortés. Pourtant, Sanofi est censée préparer elle-aussi un vaccin pour la fin de l’année. Inutile d’attendre, nous disent-ils. Ce vaccin sera réservé à nos clients préférentiels américains et il ne vaut pas mieux que le Pfizer qui est réellement excellent. Tellement excellent même que Sanofi va le fabriquer sous licence. Vous êtes cernés, pas moyen de vous échapper. Merci Attali. Merci Macron.

    • Je vous propose ce scénario. Zemmour est la petite bête qui monte. On préfère l’alcool au canada-dry. Sans parler finances. Arrivent les résultats du premier tour, Zemmour est incontournable et décide à lui seul le nom du futur président en négociant ce qu’il voudra.

  2. Excellente analyse mais Nicolas Bay n’a plus rien à faire dans ce parti, ce n’est pas sa matrice . ou alors il faut qu’il recadre la patronne mais en a-t-il les moyens? et surtout qu’elle calme son égo sur-dimensionné et qu’elle s’entende avec Zemmour pour reprendre les idées qu’il véhicule et qui sont dans l’ADN du RN: arrêt de l’immigration et nettoyage des banlieues, retour de la souveraineté de la France c-a-d un Frexit etc etc….

  3. Il a raison. Le premier tour permettra de préparer le second, s’il a lieu !

  4. Quel courage ce Zemmour !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services