Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / France : Société

Ni libérales, ni socialistes, outils de libertés : les corporations, une solution d’avenir ?

Dans la perspective de la refondation de la vraie droite, une présentation captivante qui ouvre de nombreuses pistes de réflexions et d'actions concernant les rapports politiques entre un Etat arbitre et régalien et de véritables pouvoirs intermédiaires.

alors, prochaine devise: identité, subsidiarité, dignité ?

Partager cet article

8 commentaires

  1. À condition qu’elles ne ressemblent pas aux corporations modernes telles que les électriciens & gaziers et autres personnels de la SNCF aux avantages exhorbitants, mais qu’elles œuvrent pour le bien commun et non pas leur bien propre.

  2. Dans un premier temps, il serait souhaitable de revenir sur la suppression des corporations des Métiers par le décret Allarde du 2 mars 1791 suivi de la Loi d’Isaac Le Chapelier du 14 juin 1791, étapes clés de la conquête ploutocratique.
    En son Article premier le Décret Allarde stipulait :
    « L’anéantissement de toutes les espèces de Corporations d’un même état et profession étant une des bases fondamentales de la Constitution Française, il est défendu de les rétablir sous quelque prétexte et quelque forme que ce soit« .
    L’Article second va plus loin encore :
    « Les citoyens d’un même état ou profession, les entrepreneurs, ceux qui ont boutique ouverte ne pourront, lorsqu’ils se trouveront ensemble, se nommer ni présidents, ni secrétaires, ni syndics, tenir des registres, prendre des arrêtés ou délibérations, former des règlements sur leurs prétendus intérêts communs« .
    Certes, on aurait pu admettre que la structure corporative devait être complétée et adaptée aux développements de l’industrie.
    Or ce que l’on constate, c’est que non seulement les corporations étaient détruites, mais qu’en outre, le législateur de l’époque interdisait toute reconstitution d’organisations de protection du monde du travail.
    Quant aux syndicats…

  3. L’ordre des médecins
    L’ordre des avocats
    L’ordre des notaires,
    sont autant de corporations toutes puissantes qui quand elles interviennent font fléchir le gouvernement.
    La corporation est une excellente solution pour tous les emplois, elle joue le rôle de régulateur, et toute personne talentueuse ou volontaire ne sera jamais repoussée, contrairement à toutes les peurs répandues sur les corporations par les politiciens et les syndicats.
    Mais avec les corporations, la manipulation est plus délicate. Les politiciens doivent plier, et les syndicats n’existent plus.
    Les lois plus difficiles à voter.
    Imaginez vous, une corporation d’informaticiens, demandant à tous les informaticiens de cesser le travail, quel politique résisterait à cela? (banque, industrie, commerce touchés en même temps par le même arrêt de travail, mieux qu’une grève générale, ce n’est pas le but, mais avec une telle puissance, le salaire permet de vivre.) Voilà pourquoi la révolution “populaire”(Bourgeoisie, et partie de la noblesse corrompue, dont le roi voulait abolir les privilèges) détruisit en premier les corporations, livrant les ouvriers à Mamon.

  4. Ou “Une foi, une loi, un roi”.

  5. Les corporations ont été supprimées par nos amis coupeurs de têtes révolutionnaires. Encore un bon point pour ces furieux. La France a perdue son âme un certain jour de 1789.

  6. Je ne sais pas si ce modèle est adapté à la société actuelle, où le salariat va sans doute disparaître.

  7. Il existe déjà les syndicats professionnels , patronaux , mais il est vrai que leur fonctionnement n’est pas toujours homogène. Je pense que la crainte du poujadisme n’a pas encore disparu en haut lieu !

  8. Rappel
    La democratie corporative a fonctipnne plus de 7 siècles en France et aussi a wes degres divers en Europe.
    Une telle longévité ptouve qu’elle etait satisfaisante
    En y rajoutant un autre cotps social de “la famille” on l’améliorera considerablement.nous devons. Elle est facile a remettte en place car déjà ces corps sociaux existent par les chambres de metiers de commerce et d’agriculture et le corps social de la famille est en cours de constitution avec “la manif pour tous”
    Le suffrage numeraire doit etre abandonne au progit du vote qui existe deja dans les corps sociaux cites.les elus devenant conseillers departementaux puis censiterement conseillers regionaux puis deputes a mandat representatifs et non imperatif

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services