Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Ni beaux… ni parents !

Belle intervention de Christian Vanneste, député du Nord :

Vanneste"
Intervenant ce midi dans l’émission des Grandes gueules
sur RMC, j’ai une fois de plus dû combattre avec fermeté une
proposition d’autant plus mal-venue qu’elle combine le souci de
complaire au très médiatique lobbie de “la cause homosexuelle” avec une
remise en cause d’une institution essentielle à notre société, dont la
solidité est gravement compromise, et dont la pérennité pour la
solidarité sociale entre les personnes et entre les générations,
notamment en période de crise, est plus que jamais nécessaire : la
Famille fondée sur le mariage d’un homme et d’une femme, unis pour
assurer l’éducation et le bonheur de leur(s) enfant(s), avec le souhait
que ce modèle, dans son équilibre, suscite également chez eux le
souhait de prolonger la vie et l’amour entre les personnes qui lui
donne tout son prix
.

Curieusement, le lobbie a renoncé à son extravagante évaluation de naguère
: il n’y a plus 350 000 enfants pour justifier une évolution
législative. Il admet les chiffres de l’Ined que j’ai rappelés
constamment : 30 000. (…) L’argument est toujours le même : les faits existent,
la loi doit s’y soumettre ! On pourrait aussi estimer qu’un certain
nombre de familles polygames vivent sur notre sol et que la loi doit
donc l’admettre…
C’est une conception erronée, trop souvent énoncée par
des juristes aux petits pieds comme une évidence. Lorsque l’évolution
des mœurs va à l’encontre de l’Intérêt de la société, il est évidemment
nécessaire d’y remédier par la loi.
Dans les années 70, une grande
tendance à la liberté sexuelle avait même conduit certains à considérer
la pédophilie comme normale. On est heureusement revenu sur cette
évolution : la loi condamne aujourd’hui plus sévèrement qu’hier la
pédophilie.

Il faut le rappeler : la famille est
destinée aux enfants et à travers eux à la continuité de notre société.
Elle n’a pas pour but de légitimer les sentiments, ni de satisfaire le
narcissisme ou le besoin passager des individus.
J’ai redit combien la loi sur le Pacs
obtenue par une minorité d’une minorité avait nui à l’immense majorité
et à la société elle-même en conduisant à un effondrement du mariage et
en établissant des liens de plus en plus précaires dont les enfants
sont les premières victimes, à la merci de la répudiation par lettre
recommandée.

Une loi est une règle générale et ne doit en aucun cas
être fondée sur les intérêts ou les envies d’une minorité, si puissante
soit-elle auprès des médias.
La loi de mars 2002 laisse suffisamment de
place au traitement équitable des cas particuliers. Il faut en rester
là au nom du Bien commun et de l’avenir de notre société".

Lahire (merci à CV)

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services