Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : L'Eglise en France

Neuvaine à l’Immaculée conception

Neuvaine à l’Immaculée conception

A l’occasion de la fête de l’immaculée conception, vivez, avec Marie, une neuvaine de guérison, de consolation, de conversion, de lumière, de feu, de joie pour transformer votre vie !

Dire « Merci Marie » le 8 décembre, jour de la fête de l’Immaculée Conception, c’est rendre grâce pour la présence protectrice de la Sainte Vierge qui veille sur chacun de nous ; et en particulier la remercier pour tout ce que nous avons reçu dans l’année écoulée. Cette année, confions particulièrement toutes nos intentions, nos souffrances, nos peines et nos joies à celle qui est depuis tout juste 100 ans la patronne principale de la France !

Au programme

  • Jour 1 : Marie dans ma vie de tous les jours
  • Jour 2 : Plus jamais peur.
  • Jour 3 : Aimer comme Marie
  • Jour 4 : La grande joie mariale
  • Jour 5 : Guérir par Marie
  • Jour 6 : Vivre ses croix avec Marie
  • Jour 7 : Converti par Marie
  • Jour 8 : Merci Marie
  • Jour 9 : Marie, Lumière dans nos nuits

Le dernier jour, une démarche particulière, simple et lumineuse sera proposée à chacun.

Des veillées pour dire un grand “Merci Marie” s’organisent un peu partout le 8 décembre. Peut-être y en a-t-il une autour de chez vous ? Si ce n’est pas le cas, pourquoi ne pas en proposer une ?

Tout au long de la neuvaine, déposez votre intention aux pieds de Marie Immaculée sur cette page dédiée !

L’Immaculée Conception est la fête de la conception de la Vierge Marie « sans tache », c’est-à-dire exempte du péché originel. Ce point de foi a été défini par un dogme de l’Église catholique, qui a été proclamé le 8 décembre 1854 par le pape Pie IX par la Constitution apostolique : Ineffabilis Deus.

Prière de la neuvaine

Marie, Je te donne ma vie, Mes douleurs et mes peines, Mes souffrances et mes difficultés, Fais ce que tu veux de moi. J’aimerais chaque jour faire plaisir à Jésus, Te faire sourire Marie. C’est ma seule volonté ! Pour le reste je m’abandonne à toi, Certain que tu me conduis Mieux que je le ferais moi-même. Vers Jésus, vers la Vie, Vers la joie éternelle ! Amen

Partager cet article